Accueil - Services Média
UNESCOPRESSE
Communiqués de presse
Avis aux médias
A voir
Photobanque
Calendrier des événements
Relations presse

Porte-parole du DG
Flash Info
Courrier de l'UNESCO
Evénements culturels
Publications UNESCO
Services d' information
Documents UNESCO
Nations Unies
- Centre de nouvelles ONU
- Sites web du système

Version imprimable
Les médias peuvent utiliser et reproduire librement les materiaux publiés sous le nom UNESCOPRESSE

UNESCO
UNESCOPRESSE
7, Place de Fontenoy
75352 PARIS 07 SP, France

 

Contribuer au débat démocratique.  
L’UNESCO souligne le rôle de l’éducation dans la construction des sociétés du savoir
Contact éditorial : Roni Amelan, Section des relations avec la presse, tél. +33 (0)1 45 68 16 50 - Email

21-11-2005 4:50 pm L’accès à une éducation de qualité pour tous, l’information pour tous, le respect de la diversité culturelle et linguistique, et un Internet ouvert fondé sur le respect des droits de l’homme, en particulier la liberté d’expression, sont les quatre piliers sur lesquels les sociétés du savoir doivent s’élever, ont conclu les participants d’un débat - qui réunissait des personnalités de haut niveau - organisé par l’UNESCO pendant le Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI), qui a eu lieu à Tunis du 16 au 18 novembre 2005. Des penseurs et des décideurs de haut niveau du milieu de la technologie de l’information ont participé au débat de la table ronde « Façonner l’avenir par le savoir », présidée par le Directeur général de l’UNECO, Koïchiro Matsuura, le jeudi 17 novembre.

Les participants ont souligné que la croissance de l’e-société ne garantit pas le développement du savoir, et encore moins celui de la sagesse. Ils ont fait part de leur préoccupation concernant la perte de vastes quantités de savoir, notamment de savoir indigène « qui ne peut pas être transmis à travers un clavier », et l’incapacité d’un très grand nombre de personnes à accéder à une information vitale pour elles parce qu’elle n’existe pas dans leur langue.

Les orateurs ont cependant souligné le potentiel d’Internet à servir d’encyclopédie universelle générale qui rende le savoir accessible à tous. Cela a entraîné un débat sur la crédibilité du contenu trouvé sur Internet. On s’est également préoccupé que la désinformation courante sur Internet ne porte atteinte à la tolérance et à la coexistence pacifique.

Malgré la mondialisation des styles de vie et des cultures, la diversité culturelle et linguistique reste essentielle pour le développement et le bien-être des peuples. Selon les participants à la table ronde, dans ce domaine, beaucoup dépend de l’éducation qui peut souvent être aidée par la technologie.

Se référant au symposium de haut niveau (Construire les sociétés du savoir – de la vision à l’action) qu’il avait réuni pendant la première phase du Sommet (Genève, décembre 2003), Koïchiro Matsuura a souligné la nécessité de continuer à penser aux défis et aux opportunités de l’information et de la communication.

C’est à cette fin, que l’UNESCO a préparé son « Rapport mondial 2005 : Vers les sociétés du savoir », qui explique la signification du passage du concept de société de l’information et celui de sociétés du savoir. Tandis que l’arrivée d’un monde interconnecté a rapidement réorganisé nos relations avec l’information et l’éducation, la question de savoir comment construire ces sociétés fondées autour d’un savoir commun n’a pas été encore correctement étudiée ».

En produisant ce rapport et en organisant des débats comme la table-Ronde du Sommet, le Directeur général a déclaré que l’UNESCO remplissait sa mission de laboratoire d’idées « en stimulant le dialogue et en offrant une vision intellectuelle, stratégique et éthique de cet important sujet ».

* Parmi les participants, figuraient Ahmed Darwish, ministre d’Etat pour le Développement adminsitratif (Egypte) ; Viviane Reding, Commissaire pour la société de l’information et les médias (Commission européenne) ; Abdulaziz Othman Altwaijri, Directeur général de l’Organisation islamique pour l’Education, les Sciences et la Culture (ISESCO) ; Nicholas Negroponte, fondateur du Media Lab du Massachusetts Institute of Technology (Etats-Unis) ; Atsushi Aiba, du Centre de recherche international d’études japonaises (Université de Harvard) ; Lynn St. Amour, Président et directeur général d’Internet Society (Etats-Unis) ; Hans Åkerblom, Mindo (Suède) ; Wendy Hawkins, directeur de l’éducation, Intel Corporation. Au cours du débat, le public a activement participé et parmi les présents, on notait des universitaires et des chercheurs de premier plan. Le débat était animé par Anne Leer, auteur et éditrice spécialisée.


Site Internet



Source Communiqué de presse N°2005-140
Auteur(s) UNESCOPRESSE


 ID: 30898 | guest (Lire) Mise à jour: 25-11-2005 9:06 am | © 2003 - UNESCO - Contact