Accueil - Services Média
UNESCOPRESSE
Communiqués de presse
Avis aux médias
A voir
Photobanque
Calendrier des événements
Relations presse

Porte-parole du DG
Flash Info
Courrier de l'UNESCO
Evénements culturels
Publications UNESCO
Services d' information
Documents UNESCO
Nations Unies
- Centre de nouvelles ONU
- Sites web du système

Version imprimable
Les médias peuvent utiliser et reproduire librement les materiaux publiés sous le nom UNESCOPRESSE

UNESCO
UNESCOPRESSE
7, Place de Fontenoy
75352 PARIS 07 SP, France

 

Contribuer au débat démocratique.  
L’éducation supérieure progresse dans les pays émergents
Contact éditorial : Amy Otchet, Institut de statistique de l’UNESCO, tél. : +1 514 343 7973 - Email

13-10-2005 2:00 pm Il y a de plus en plus d’étudiants dans les pays émergents, où les inscriptions dans l’enseignement supérieur ont bondi de 77 % au cours de la dernière décennie. Ce chiffre est à comparer à une augmentation de 43 % dans les pays riches, selon la nouvelle étude* réalisée par l’UNESCO et l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques).ed-trends_150.jpg Intitulée Les tendances éducatives en perspective – Analyse des indicateurs de l’éducation dans le monde*, l’étude suit la demande d’éducation du primaire au supérieur, entre 1995 et 2003 et analyse ensuite les choix politiques pris par les 19 pays émergents** participant au programme Indicateurs de l’éducation dans le monde (IEM) de l’UNESCO et de l’OCDE.

Les résultats sont pour le moins surprenants étant donné le coût relativement élevé de l’enseignement supérieur. Même les pays riches de l’OCDE trouvent difficile de mobiliser les ressources financières nécessaires pour maintenir, sans même parler d’augmenter, l’accès au niveau supérieur de l’enseignement. Et comme le rapport le souligne, les pays de l’OCDE ont eu le luxe relatif de construire leurs systèmes éducatifs pendant plus de quatre décennies sans augmentation démographique : le nombre des enfants en 1995 et 2003 est le même qu’en 1960.

La situation est très différente dans les pays IEM. Alors que la baisse des naissances a permis que la pression démographique sur les systèmes éducatifs de base diminue ou même disparaisse depuis 1995, le nombre d’individus en âge d’aller dans le secondaire et dans le supérieur continue d’augmenter dans la plupart de ces pays. Ces étudiants et leurs familles aspirent généralement aux niveaux plus élevés d’enseignement et sont de plus en plus capables de les payer.

En conséquence, dans les pays IEM, la scolarisation dans les écoles de deuxième cycle du secondaire a augmenté de 39 % entre 1995 et 2003, contre 5 % dans les pays de l’OCDE. En Chine, 28,5 millions de lycéens sont scolarisés en 2003 contre 18 millions huit ans auparavant. Ce même chiffre est passé de 5,9 millions à 6,5 millions au Brésil et il a doublé au Paraguay, passant de 105 000 à 211 000.

La croissance la plus spectaculaire est cependant intervenue dans l’enseignement supérieur. Le nombre d’étudiants a quasiment triplé en Malaisie et en Egypte. Il a plus que doublé en Chine et au Brésil***. Les taux d’inscription dans le supérieur ont augmenté de plus de 25 % dans les autres pays IEM excepté les Philippines (20%).

Certains pays IEM ont même dépassé les pays de l’OCDE en termes de pourcentage des jeunes dans l’enseignement supérieur (conduisant à des diplômes équivalents à la licence, la maîtrise ou le mastère). Dans les pays de l’OCDE, un jeune sur deux entreprend de telles études. En Argentine, dans la Fédération de Russie et au Chili, cette proportion atteint respectivement 62, 61 et 53 % et en Thaïlande 50 %. En Malaisie et en Uruguay, un jeune sur trois entre à l’université.

L’augmentation de la demande en matière d’éducation reflète la reconnaissance croissante de ses bénéfices économiques et sociaux, tant pour les individus que pour les sociétés.

Malgré les chocs monétaires qui ont frappé de nombreux pays émergents à la fin des années 1990, ils ont tous augmenté la part de leur budget national attribué à l’éducation (de 30 % ou plus au Chili, en Jamaïque, en Malaisie, au Paraguay et en Thaïlande).

Mais le rapport souligne également la part de plus en plus importante du financement privé. En 2002, dans les pays IEM, les étudiants et leurs familles contribuaient à hauteur de 37 % aux frais de scolarité du supérieur contre 13 % en 1995.

Selon les auteurs du rapport, ces schémas reflètent des conceptions différentes de l’éducation supérieure. Les pays qui dépensent le plus tendent à penser que l’éducation supérieure est « un bien public qui nécessite une intervention de l’Etat ». Pour les autres, les avantages que procure l’éducation supérieure à chaque étudiant – c’est-à-dire moins de chômage et des revenus supérieurs – justifient la part plus importante du financement privé.

Ces investissements sont rentables dans de nombreux pays IEM, selon le rapport. Dans la Fédération de Russie, un jeune sur trois a obtenu un diplôme universitaire en 2003, ce qui est la moyenne de l’OCDE. Des taux de diplômés également élevés ont été recensés en Jordanie (23 %), en Egypte (22 %), aux Philippines (21 %) et en Thaïlande (27 %).

La Chine a eu le plus bas taux de diplômés avec seulement 5 %. Les auteurs ont aussi trouvé « surprenants » les faibles taux de l’Argentine (8 %) et de l’Uruguay (9 %), étant donné les taux élevés d’étudiants entrant dans ces programmes universitaires (62 et 32 % respectivement).

* Les tendances éducatives en perspective – Analyse des indicateurs de l’éducation dans le monde, édition 2005, UNESCO/OCDE, Montréal, 2005, ISBN 92-9189-024-3
** Argentine, Brésil, Chili, Chine, Égypte, Fédération de Russie, Inde, Indonésie, Jamaïque, Jordanie, Malaisie, Paraguay, Pérou, Philippines, Sri Lanka, Thaïlande, Tunisie, Uruguay et Zimbabwe.
*** Entre 1995 et 2003, les inscriptions dans l’enseignement supérieur sont passées de 1 782 686 à 3 582 105 au Brésil ; de 6 814 900 à 15 186 217 en Chine, de 790 281 à 2 153 865 en Egypte et de 227 689 à 632 309 en Malaisie.


Site Internet - Rapport en ligne



Source Communiqué de presse N°2005-120
Auteur(s) UNESCOPRESSE


 ID: 30096 | guest (Lire) Mise à jour: 06-03-2006 2:12 pm | © 2003 - UNESCO - Contact