Accueil - Services Média
UNESCOPRESSE
Communiqués de presse
Avis aux médias
A voir
Photobanque
Calendrier des événements
Relations presse

Porte-parole du DG
Flash Info
Courrier de l'UNESCO
Evénements culturels
Publications UNESCO
Services d' information
Documents UNESCO
Nations Unies
- Centre de nouvelles ONU
- Sites web du système

Version imprimable
Les médias peuvent utiliser et reproduire librement les materiaux publiés sous le nom UNESCOPRESSE

UNESCO
UNESCOPRESSE
7, Place de Fontenoy
75352 PARIS 07 SP, France

 

Contribuer au débat démocratique.  
Les présidents afghan et allemand célèbrent la dignité humaine devant la Conférence générale de l’UNESCO

05-10-2005 6:40 pm Hamid Karzai, Président de l’Afghanistan, et Horst Köhler, Président de l’Allemagne, ont pris aujourd’hui la parole devant la Conférence générale de l’UNESCO, lors d’une séance spéciale consacrée à la dignité humaine, à l’occasion du 60e anniversaire de l’Organisation.Karzai_kohler.jpg En accueillant les présidents de « deux grandes nations qui, à soixante années de distance, ont fait le choix difficile et nécessaire de la paix, de la réconciliation et de la concorde civile », le Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura, a préconisé le dialogue et la vigilance face à toutes les formes contemporaines de reniement de la dignité humaine. Pour lui, dialogue et vigilance impliquent « que nous nous associons, tous ensemble, au combat pour la promotion des droits de l’homme et des libertés fondamentales, pour la sauvegarde du patrimoine commun de l’humanité et celle de la biosphère, pour le respect du principe universel de justice, et que nous menions une lutte constante contre toutes les formes de discrimination […] ».

L’Orchestre radiosymphonique de Frankfort et le Chœur de l’UNESCO, dirigés par Eliahu Inbal, ont interprété la Neuvième symphonie de Beethoven, inscrite par l’UNESCO au registre « Mémoire du monde ».

Le Président de la Conférence générale, Musa Bin Jaafar Bin Hassan (Oman) et le Président du Conseil exécutif, Hans-Heinrich Wrede (Allemagne), ont ensuite accueilli les présidents de l’Allemagne et de l’Afghanistan. Le Président de la Conférence générale a félicité l’Allemagne de sa contribution au travail de l’UNESCO et à la lutte pour la solidarité au sein de la communauté internationale. Il a ensuite félicité l’Afghanistan pour sa marche vers la liberté et la démocratie depuis que le Président Karzai a pris ses fonctions et il a salué le succès des élections qui se sont tenues récemment dans le pays. Le Président du Conseil exécutif a, pour sa part, insisté sur l’importance du travail de l’UNESCO, particulièrement dans le domaine de l’éducation.

Le Président allemand Horst Köhler a pris la parole, rappelant que les Nations Unies et l’UNESCO ont été fondées pour empêcher que se répètent des horreurs telles que celles perpétrées dans les années 1930 et 1940 par les national-socialistes. Il a déclaré : « Aujourd'hui, nous savons que l’humanité n'a pas été libérée du fléau de la guerre et que la dignité humaine reste largement menacée par la pauvreté, le sous-développement, le terrorisme et l’absence de liberté. »

Le Président Köhler a rappelé que la Déclaration universelle des droits de l’homme a force de loi et a souligné que « toute action politique doit être évaluée au regard de sa capacité à garantir la dignité ; cela vaut de la politique des États industrialisés aux efforts de réforme des pays de développement, de la politique commerciale mondiale à la protection internationale de l'environnement ou à la bioéthique ».

« Nous respectons la dignité des personnes », a encore déclaré le Président, « nous respectons leur capacité de décider pour eux-mêmes et faire leurs choix de vie. Ce faisant, ils ne doivent pas être égoïstes ni dominateurs, mais songer à la communauté à laquelle ils appartiennent avec les autres. Ce sont ces relations humaines responsables qui fondent la culture. »

Le Président Köhler a aussi mis en relief l’importance de la diversité culturelle pour la prospérité internationale. « Une culture forte et sûre d'elle-même donne à l'individu les repères dont il a besoin pour se situer et s'orienter dans la vie », a-t-il dit, avant d’expliquer : « Les individus le savent très bien, et c'est pourquoi ils ont une conscience de plus en plus aiguë de leur identité culturelle : ce qui les a marqués, ce qui les différencie des autres et ce qui les caractérise. […] Ce qui ne veut pas dire prendre la fuite ou dresser des barrières contre les autres [...] La diversité culturelle est importante pour l'individu, pour qu'il trouve sa place, qu'il s’ouvre et participe sereinement au monde. »

Pour le Président allemand, une communauté culturelle qui se sentirait menacée risque d’entrer en résistance. « Elle s’isolera et deviendra de plus en plus rigide. Cela réduira la liberté de ses propres membres et, dans ses échanges avec les autres, elle deviendra très susceptible. La peur désespérée de perdre ses repères peut facilement se transformer en agressivité. »

« C'est pourquoi il est si important de renforcer à la fois la confiance que l’on a en sa propre culture et le respect pour les autres cultures », a déclaré le Président Köhler, préconisant un partenariat entre les cultures dont bénéficieraient les individus et les communautés dans les pays développés et en développement. « C'est ainsi que la mondialisation peut aider au mieux les gens à mener la vie qu’ils souhaitent, libérés de la pauvreté et respectés dans un monde culturellement divers. »

Le Président afghan Hamid Karzai a pris la parole immédiatement après le Président Köhler. Il a rappelé la promesse - « préserver les générations futures du fléau de la guerre » - qui est à l’origine de la création des Nations Unies et de l’UNESCO. Evoquant le travail de l’Organisation en matière d’éducation, de science, de culture – en particulier de patrimoine culturel - et de communication, le Président a déclaré : « Il y peu d’endroits au monde, voire aucun, qui ne bénéficient pas d’une façon ou d’une autre de l’expertise, du savoir et de l’aide de l’UNESCO. […] Les objectifs de l’UNESCO sont aussi pertinents aujourd’hui qu’il y a 60 ans, mais il nous faut repenser d’urgence le travail que l’UNESCO doit faire, en tenant compte des défis et obstacles majeurs auxquels nous sommes confrontés ».
« Nous vivons dans un monde où la violence brutale et insensée a encore cours et où, en conséquence, il est fait peu de cas des droits de l’homme, des valeurs et de la dignité humaines », a déclaré le Président Karzai. Il a ajouté : « Je parle en connaissance de cause puisque je viens d’un pays où mères, pères et enfants ont été victimes d’actes inhumains de terrorisme, et où l’on pâtit encore des terribles conséquences de plusieurs décennies de guerre. »

Enumérant les nombreuses formes de souffrance et de destruction causées par la violence en Afghanistan, le Président Karzai a souligné : « De telles choses n’arrivent pas qu’en Afghanistan. Dans le monde d’aujourd’hui, on trouve de nombreux exemples et chacun d’entre eux est un défi que doit relever l’UNESCO ».

Le Président afghan a remercié l’UNESCO et son Directeur général « pour la généreuse aide, tant morale que matérielle et technique, fournie à l’Afghanistan au cours des dernières années, à un moment où cette aide était si nécessaire. Elle a permis à des millions d’enfants, tant garçons que filles, d’aller à l’école dans toutes les régions de l’Afghanistan. Elle nous a soutenus dans nos efforts en vue de préserver notre riche patrimoine culturel […] Nous progressons vers une démocratie stable, nous avons adopté une nouvelle Constitution, hommes et femmes disposent du droit de vote, la liberté d’expression et de presse a été garantie à tous. Nous avons fait ce que nous pouvons pour restaurer la dignité humaine de tout notre peuple […] »

Le Président a insisté sur le rôle important joué par la communauté internationale dans l’accomplissement de cette tâche et il a déclaré : « Nous ne venons pas ici juste pour vous demander votre aide, mais aussi pour donner ce que nous sommes capables d’offrir. L’UNESCO est un lieu de rendez-vous du donner et du recevoir. »

La séance spéciale d’aujourd’hui a marqué la célébration, par la Conférence générale, du 60e anniversaire de l’UNESCO. Elle fait partie d’une série d’événements liés à ce jubilé, programmés sur les 12 prochains mois.

Photo vignette © UNESCO/Michel Ravassard: Président Karzai
Photo intérieur © UNESCO/Michel Ravassard: Président Karzai et Président Köhler.






Source Communiqué de presse N°2005-113
Auteur(s) UNESCOPRESSE


 ID: 29656 | guest (Lire) Mise à jour: 07-10-2005 1:00 pm | © 2003 - UNESCO - Contact