Accueil - Services Média
UNESCOPRESSE
Communiqués de presse
Avis aux médias
A voir
Photobanque
Calendrier des événements
Relations presse

Porte-parole du DG
Flash Info
Courrier de l'UNESCO
Evénements culturels
Publications UNESCO
Services d' information
Documents UNESCO
Nations Unies
- Centre de nouvelles ONU
- Sites web du système

Version imprimable
Les médias peuvent utiliser et reproduire librement les materiaux publiés sous le nom UNESCOPRESSE

UNESCO
UNESCOPRESSE
7, Place de Fontenoy
75352 PARIS 07 SP, France

 

Contribuer au débat démocratique.  
56 Chaires UNESCO pour defendre les Droits de l'homme

02-05-2002 10:00 pm Paris - Des officiers grecs de haut rang conviés à des conférences sur la culture de la paix, à Athènes par l'Ecole de la Défense nationale et à Salonique par l'Ecole des Hautes études de la guerre. Des écoles qui ont, au Mexique, intégré l'apprentissagedes droits humains non seulement dans leurs programmes, mais aussi dans leur vie quotidienne.

Des policiers béninois réunis en séminaire sur le thème "Maintien de l'ordre et droits de la personne". Des ateliers sur l'articulation entre droit général et droit coutumier pour le personnel des Autorités traditionnelles de Namibie. L'ouverture en 2001 à Bogota, en Colombie, de l'Ecole des jeunes pour la démocratie à deux cents participants de 15 à 25 ans pour huit mois de cours, avec l'objectif de renouveler l'exercice de la politique parmi les jeunes Colombiens et de promouvoir de nouveaux acteurs sociaux...

Autant d'activités réalisées par les Chaires UNESCO sur les droits humains, la démocratie, la paix et la tolérance. Elles ne sont toutefois que la partie la plus visible d'une action qui consiste d'abord à faire de l'enseignement et de la recherche au niveau universitaire. Les Chaires sont actuellement 56 sur tous les continents * (trois sont en cours de création en Egypte, en Equateur et à Malte) et leurs titulaires viennent de se rencontrer, comme tous les deux ans, à Stadtschlaining (Autriche) du 24 au 27 avril derniers.

Les activités de ces Chaires varient beaucoup d'un pays à l'autre. Elles ont créé, soit des enseignements portant sur les droits humains, la démocratie, la paix et la tolérance sanctionnés par des diplômes (Master's Degree sur la protection internationale des droits humains en Lituanie, MA d'éducation civique en Bulgarie, Master en droits humains, démocratie, paix et tolérance en Roumanie...), soit des modules spécifiques pour les étudiants d'autres disciplines (sciences politiques, histoire, sociologie, médecine, économie...), soit, enfin, des formations pour introduire la prise en compte des droits humains dans la pratique de nombreux professionnels, comme les médecins, avocats, enseignants, journalistes....

Plusieurs ont élaboré des cursus pour l'enseignement des droits humains dans les lycées, collèges et écoles de leur pays. Enfin, beaucoup organisent ou participent à des événements ponctuels aux niveaux national ou international - conférences, émissions de radio, festivals, universités d'été... - pour la promotion et la défense des droits fondamentaux.

Les plus dynamiques mènent de front différents types d'activités. Ainsi, à l'Université nationale autonome de Mexico, la Chaire est notamment à l'origine du Réseau des professeurs et chercheurs en droits humains d'Amérique latine ainsi que d'un enseignement à distance, sur internet, pour l'obtention d'un diplôme spécialisé. Elle a aussi activement participé, à l'automne 2001, à la Conférence régionale sur l'éducation aux droits humains en Amérique Latine et dans les Caraïbes.

En Italie, la Chaire UNESCO a été créée au sein de l'Université de Padoue, qui délivre, conjointement avec 26 autres universités européennes et avec le soutien de l'Union européenne, un Master européen en droits humains et en démocratisation. En septembre dernier, 86 étudiants de 27 pays formaient la 5e promotion de ce Master, qui devrait se transformer en "diplôme partagé" et devenir ainsi le premier vrai diplôme européen.

Souvent, les cours d'abord dispensés par la Chaire sous forme d'options finissent par intégrer les cursus obligatoires, comme en Slovaquie, ou l'enseignement des droits humains dispensé par la Chaire UNESCO fait désormais partie du programme des sciences politiques. De nombreuses Chaires mènent également une activité éditoriale, publiant les résultats de leurs recherches ou traduisant, comme en Iran, les textes internationaux sur les droits de l'homme.

Toutefois, les réalisations des Chaires les plus actives ne doivent pas occulter les problèmes rencontrés par d'autres, qui peuvent être dus à la situation politique - comme en Algérie ou dans les Territoires autonomes palestiniens - ou économique. Si l'UNESCO accorde une subvention initiale pour la création d'une Chaire de recherche dans une université, il revient à celle-ci de prendre ensuite le relais. Dans les pays en développement ou en transition, le manque de ressources financières et de personnel dont pâtissent beaucoup d'universités affecte souventle fonctionnement de la Chaire UNESCO.

L'UNESCO, explique Pierre Sané, Sous-Directeur général de l'UNESCO pour les sciences sociales et humaines, est actuellement en train de redéfinir la stratégie dans le domaine des droits humains. Celle-ci visera àintégrer la dimension de ces droits dans tous les programmes de l'Organisation et à développer la recherche et la mobilisation sur trois grands thèmes : les droits économiques, sociaux et culturels, les droits des femmes et la lutte contre le racisme et la discrimination (notamment dans le cadre du suivi de la Conférence de Durban en 2001). A Stadtschlaining, Pierre Sané a sollicité la participation des Chaires : " Des recherches pourraient couvrir des sujets tels que : l'efficacité des mécanismes et desprocédures pour la protection des droits économiques, sociaux et culturels, les obstacles à leur application, les meilleures pratiques, etc. Elles pourraient aussi […] identifier les forces et processus qui influent sur ces droits - comme la mondialisation, le fossé grandissant entre riches et pauvres, l'intensification des échanges culturels, l'impact des événements du 11 septembre sur les droits humains - et, last but not least, promouvoir le concept de développement à dimension humaine ".

" Les Chaires sont une ressource très importante pour l'UNESCO, estime Pierre Sané, car chacune se trouve au cœur d'un réseau, et on peut atteindre à travers elles des cibles très larges. C'est pourquoi la diversité de leurs actions est un atout. Elles doivent répondre à des besoins nationaux, et il est essentiel pour elles de définir ces besoins avec leurs partenaires dans le pays, comme les ONG ".

A Stadtschlaining, les titulaires des Chaires UNESCO sur les droits humains, la démocratie, la paix et la tolérance ont aussi préparé leur participation au Forum mondial des Chaires UNESCO, qui se tiendra du 13 au 15 novembre prochains à Paris.

***


* Afrique du Sud, Algérie, Allemagne, Argentine, Arménie, Autriche, Azerbaïdjan, Belarus (2), Bénin, Brésil, Bulgarie (2), Burundi, Colombie, Corée, Guinée équatoriale, Egypte, Espagne, Etats-Unis (2), Ethiopie, France, Géorgie, Grèce, Inde (2), Iran, Israël, Italie, Jordanie, Lituanie, Madagascar, Mali, Malte, Mexique, Maroc ((3), Namibie, Ouzbékistan, Pays-Bas, Pologne, République démocratique du Congo, République dominicaine, Roumanie, Russie (4), Slovaquie, Suisse, Ukraine, Uruguay, Zimbabwe et dans les Territoires autonomes palestiniens.

Il existe actuellement dans le monde 400 chaires UNESCO dans les domaines de compétence de l'Organisation, qui ont été créées dans le cadre du projet UNITWIN lancé en 1991.


Site web : une liste des adresses des chaires UNESCO est disponible en ligne.



Source Communiqué de presse N°2002-27
Auteur(s) UNESCOPRESSE


 ID: 2965 | guest (Lire) Mise à jour: 14-11-2002 5:42 pm | © 2003 - UNESCO - Contact