Accueil - Services Média
UNESCOPRESSE
Communiqués de presse
Avis aux médias
A voir
Photobanque
Calendrier des événements
Relations presse

Porte-parole du DG
Flash Info
Courrier de l'UNESCO
Evénements culturels
Publications UNESCO
Services d' information
Documents UNESCO
Nations Unies
- Centre de nouvelles ONU
- Sites web du système

Version imprimable
Les médias peuvent utiliser et reproduire librement les materiaux publiés sous le nom UNESCOPRESSE

UNESCO
UNESCOPRESSE
7, Place de Fontenoy
75352 PARIS 07 SP, France

 

Contribuer au débat démocratique.  
Des professionnels des médias cherchent à proteger la liberté de la presse à l'heure du terrorisme

01-05-2002 10:00 pm Manille (Philippines) - Des professionnels des médias et des organisations non gouvernementales des droits civiques, réunis à Manille, ont adopté aujourd'hui une résolution stipulant que les journalistes ont le droit et le devoir d'enquêter et d'informersur le terrorisme et que doit être respecté leur droit à travailler en sécurité. A la fin des deux jours de la Conférence de l'UNESCO sur les médias et le terrorisme, quelque 100 professionnels des médias ont également manifesté leur inquiétude à propos de l'arrestation, aujourd'hui au Zimbabwe, de trois journalistes : Llody Mudiwa et Collin Chgiwanza, du quotidien indépendant The Daily News, et Andrew Meldrun, correspondant du Guardian (Royaume-Uni).

" Nous appelons les autorités du Zimbabwe à abandonner les charges contre ces journalistes et à cesser de les persécuter par le biais de l'Access to Information and Protection of Privacy Act ", ont déclaré les participants à la conférence.

Ils ont manifesté leur inquiétude à la veille des célébrations de la Journée mondiale de la liberté de la presse, dont l'événement principal setiendra demain à Manille avec la remise du Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano à Geoffrey Nyarota, fondateur et directeur du seul journal indépendant du Zimbabwe, The Daily News.

A l'occasion de la clôture de la Conférence sur les médias et le terrorisme, Geoffrey Nyarota a déclaré : " Le Zimbabwe a besoin de toute l'aide internationale possible, en particulier de la part de l'UNESCO et des organisations de professionnels des médias. En exprimant aujourd'hui leur solidarité, ils envoient aux autorités d'Harare un signal leur indiquant que le Zimbabwe ne peut pas agir en dehors des normes internationalement acceptées ".

La Résolution sur le terrorisme et les médias, adoptée par les participants à la conférence, met en avantles inquiétudes que soulèvent les " restrictions imposées au droit à la liberté d'expression et à la liberté de l'information par un nombre croissant d'Etats à la suite des attaques du 11 septembre ".

Les participants se déclarent également " convaincus qu'un débat public ouvert et que la libre circulation de l'information sont essentiels à toutes solutions à long terme des problèmes de terrorisme ".

Ils affirment aussi que " toute stratégie visant à répondre à la menace terroriste doit promouvoir un respect accru de la liberté d'expression et des médias, plutôt que d'imposer des restrictions à ces droits fondamentaux ".

" Les médias ont à la fois le droit et le devoir de traiter pleinement du terrorisme, afin que soit respecté le droit du public à savoir, et ceux de promouvoir un débat ouvert et informé sur le terrorisme ", ajoute la résolution.

A propos de la sécurité des journalistes, les participants déclarent : " Les Etats en paix, de même que tous les intervenants dans un conflit, doivent prendre des mesures véritables pour s'assurer que les forces armées, les combattants mais aussi les services de renseignement et tous les autres officiels engagés dans la lutte contre le terrorisme, comprennent et respectent à la fois les droits dontdisposent les journalistes en tant que civils au titre des conventions de Genève et de ses protocoles additionnels et le droit de ces derniers à la liberté d'expression ".

Ont pris part à la conférence de Manille des journalistes du monde entier dont le travail quotidien les exposent aux dangers du terrorisme et de la violence mais aussi des représentants des grandes organisations internationales des professionnels des médias et des organisations non gouvernementales des droits civiques, dont Human Rights Watch, la Fédération internationale des journalistes, le Comité mondial pour la liberté de la presse, le Comité pour la protection des journalistes, Reporters sans frontières et l'Association mondiale des journaux.

****

Contact: Roni Amelan ou Isabelle Le Fournis
Téléphone portable: 00 33 6 14 69 53 72






Source Communiqué de presse N°2002-26
Auteur(s) UNESCOPRESSE


 ID: 2964 | guest (Lire) Mise à jour: 15-11-2002 4:21 pm | © 2003 - UNESCO - Contact