Accueil - Services Média
UNESCOPRESSE
Communiqués de presse
Avis aux médias
A voir
Photobanque
Calendrier des événements
Relations presse

Porte-parole du DG
Flash Info
Courrier de l'UNESCO
Evénements culturels
Publications UNESCO
Services d' information
Documents UNESCO
Nations Unies
- Centre de nouvelles ONU
- Sites web du système

Version imprimable
Les médias peuvent utiliser et reproduire librement les materiaux publiés sous le nom UNESCOPRESSE

UNESCO
UNESCOPRESSE
7, Place de Fontenoy
75352 PARIS 07 SP, France

 

Contribuer au débat démocratique.  
Message conjoint à l’occasion de la Journée Mondiale de la Liberté de la Presse - 3 mai 2002

29-04-2002 10:00 pm Paris - A l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, le Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, Kofi A. Annan, le Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura, et le Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Mary Robinson, ont délivré le message suivant : « Cette année, la Journée mondiale de la liberté de la presse est consacrée à la question du terrorisme et de la liberté des médias. Avant tout, elle est dédiée aux courageux journalistes qui prennent de grands risques, parfois au prix de leur vie, en exerçant leur profession.

Au cours de chacune des deux dernières années, plus de 50 journalistes ont été tués alors qu’ils couvraient des conflits violents. De plus en plus souvent, ils sont tués, de manière délibérée, par des individus qui tentent d’empêcher les médias d’exposer leurs activités criminelles, malhonnêtes ou terroristes, et non par accident du fait de la guerre. Le destin cruel de Daniel Pearl, pour ne citer qu’un cas tragique, illustre le danger de la profession.

La menace terroriste contre la liberté et l’indépendance des médias peut être à la fois directe et indirecte. Bien trop souvent, le terrorisme implique des attaques violentes contre des reporters et des éditeurs, qu’il s’agisse de meurtres, d’enlèvements, d’actes de torture oud’attaques à l’explosif contre les bureaux des médias. Une telle violence nous fait horreur. Les journalistes ont des droits, comme tout un chacun, droits dont ils n’ont pas été dépossédés en choisissant leur profession.

La menace terroriste indirectecomporte deux aspects principaux. D’une part, les terroristes cherchent à intimider, à susciter la peur et la suspicion, et à réduire au silence les voix avec lesquelles ils sont en désaccord, ce qui crée un climat hostile à l’exercice des droits et libertés. D’autre part, le terrorisme peut inciter les gouvernements à répondre par des lois, des règlements et des formes de surveillance qui sapent précisément les droits et libertés qu’une campagne antiterroriste est censée défendre. En fait, au nom de la lutte contre le terrorisme, les principes et les valeurs élaborés au cours des décennies, voire des siècles, peuvent être mis en péril.

Les libertés fondamentales, les droits de l’homme et les pratiques démocratiques sont les meilleurs garants de la liberté. Cette protection doit s’étendre à la liberté de la presse et à la liberté de parole en tant qu’éléments positifs en eux-mêmes et moyens de lutter contre le terrorisme. Le plus grand service que les médias peuvent rendre dans la lutte contre le terrorisme est d’agir librement, de manière indépendante et responsable. Cela signifie qu’ils ne doivent pas se laisser intimider par les menaces ni servir de simples relais pour l’expression de sentiments patriotiques ou d’opinions incendiaires. Le rôle des médias est de rechercher la vérité et de la faire connaître; de présenter les informations et les points de vue avec objectivité; de choisir avec soin les mots qu’ils utilisent et les images qu’ils transmettent; et de défendre les nobles principes de l’éthique professionnelle. Une presse responsable est une presse qui se réglemente elle-même. Les autorités publiques doivent résister à la tentation d’imposer aux médias des règlements draconiens.

À l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, nous réaffirmons que la liberté de la presse constitue un aspect indispensable de la liberté d’expression, notion plus vaste, droit que chacun acquiert à la naissance et qui constitue un des fondements du progrès humain ».


Le Secrétaire général
de l’Organisation des Nations Unies
Kofi A. Annan


Le Directeur général de l’UNESCO
Koïchiro Matsuura


Le Haut Commissaire
des Nations Unies
aux droits de l'homme
Mary Robinson






Source Communiqué de presse N°2002-25
Auteur(s) UNESCOPRESSE


 ID: 2962 | guest (Lire) Mise à jour: 15-11-2002 4:23 pm | © 2003 - UNESCO - Contact