Accueil - Services Média
UNESCOPRESSE
Communiqués de presse
Avis aux médias
A voir
Photobanque
Calendrier des événements
Relations presse

Porte-parole du DG
Flash Info
Courrier de l'UNESCO
Evénements culturels
Publications UNESCO
Services d' information
Documents UNESCO
Nations Unies
- Centre de nouvelles ONU
- Sites web du système

Version imprimable
Les médias peuvent utiliser et reproduire librement les materiaux publiés sous le nom UNESCOPRESSE

UNESCO
UNESCOPRESSE
7, Place de Fontenoy
75352 PARIS 07 SP, France

 

Contribuer au débat démocratique.  
Nouvelles réserves de biosphère en Pologne et en Ukraine, et réexamen par le Royaume-Uni de ses réserves

24-03-2002 11:00 pm Paris - Deux nouvelles zones naturelles se trouvant aux limites de la Pologne et de l'Ukraine et pouvant être fusionnées en une seule réserve de biosphère transfrontière, ont été ajoutées par le Programme de l'UNESCO sur l'Homme et la biosphère (MAB) au réseau mondial de réserves de biosphère le vendredi 22 mars à la fin de la réunion bisannuelle de son Conseil à Paris. Les nouveaux sites sont des zones humides contiguës en Polésie occidentale (Pologne) et au Shatskiy (Ukraine). Elles forment un paysage unique de rivières, lacs, landes et forêt et constituent un melting pot d'habitants de différentes cultures, nationalités et religions. Ces sites constituent un havre pour les oiseaux. Les changements sociaux et économiques de la région ont créé des opportunités de développement dans cette zone à la population clairsemée, mais posent, en retour, des défis pour la protection de l'environnement. L'objectif à long terme est de rassembler les deux sites en une seule réserve de biosphère, peut-être vers la fin de l'année. Le site ainsi créé deviendrait alors la sixième réserve de biosphère transfrontière dans le monde.

Le choix du site souligne combien le concept de réserves de biosphère est en train d'évoluer, passant d'une priorité donnée à la protection de la nature et à la science à un autre concept impliquant activement les communautés locales dans la gestion et le développement économique des réserves. C'est pourquoi, au cours de la même réunion, le Royaume-Uni a décidé de retirer quatre sites isolés qui ne correspondent plus, selon les autorités britanniques, aux nouveaux critères de ce qu'est aujourd'hui une réserve de biosphère, même s'ils restent des sites d'une grande beauté naturelle. Avec les deux sites supplémentaires et les quatre retirés, le nombre total de réserves dans le monde est désormais de 409. " C'est un réseau vivant ", a souligné le Secrétaire du MAB, Peter Bridgewater. " Ce n'est pas comme si nous collions des timbres dans un album ".

Des négociations pour la réunion des nouvelles réserves de biosphère sont en préparation au niveau ministériel entre la Pologne et l'Ukraine. " Nous espérons queces sites seront rejoints plus tard par un troisième site du Bélarus voisin ", a expliqué Peter Bridgewater. " L'idée est de renforcer la coopération entre les trois pays afin de rationaliser l'utilisation et la gestion des ressources naturelles partagées ". Le concept de réserve de biosphère de l'UNESCO est utilisé comme un cadre conciliant des intérêts différents et tous les utilisateurs de l'écosystème transfrontalier, dans les domaines notamment de la protection de l'environnement, de l'amélioration du cadre de vie des habitants ainsi que de la recherche scientifique et de l'enseignement.

Afin de maintenir la qualité de gestion des réserves de biosphère, les pays du Réseau mondial des réserves de biosphère sont invités à réexaminer périodiquement les sites existants. " Les critères des réserves de biosphère ont évolué au cours des années ", a dit Peter Bridgewater, " en conséquence, certains sites désignés au tout début du Programme MAB ne sont plus conformes aux critères d'aujourd'hui ".

Mettre davantage l'accent sur l'implication des communautés dans la planification et la gestion des réserves de biosphère - "l'homme" du MAB - est l'un des changements intervenu depuis 1995. Cela ne peut être obtenu sur les sites situés dans des zones très reculées et où il y a très peu d'habitants. " Les pays du réseau mondial sont invités à retirer de tels sites qui ne correspondent plus aux critères ", a expliqué Peter Bridgewater. " Cela augmente la crédibilité et l'importance du réseau dans son ensemble ".

En tant que partie prenante de cette évolution, le Royaume-Uni a décidé de retirer quatre sites, après " un réexamen exemplaire de ses 13 sites ". Les quatre sites sont les Iles du Rhum et St Kilda, au large de la côte Ouest de l'Ecosse, ainsi que Claish Moss et Caerlavaerock, également en Ecosse.

Le Réseau mondial des réserves de biosphère couvre des zones ou territoires qui contiennent des écosystèmes terrestre ou côtier et se donnent pour objectif de réconcilier la protection de la biodiversitéavec une utilisation rationnelle des ressources biologiques. Les réserves sont très différentes. Certaines sont connues comme Uluru (Ayers Rock-Mount Olga), en Australie, le Pantanal, au Brésil, les Cévennes, en France.

Les réserves de biosphère du Programme MAB reflètent une vision moderne de la conservation de la nature qui inclut systématiquement une participation humaine et qui essaie de réconcilier la conservation de la nature avec l'utilisation durable des ressources biologiques. Bien avant que les expressions comme "biodiversité" et "développement durable" n'aient cours, les premières réserves traçaient la voie dans cette direction. Elles constituent ainsi des modèles vécus pour aider les pays à mettre en œuvre l'Agenda 21 sur l'environnement et le développement, adopté en 1992 à la Conférence de Rio. Certains pays ont plusieurs réserves de biosphère : la Fédération de Russie en compte 25 ; la Chine, 21 ; l'Espagne, 20 ; l'Allemagne, 13 ; l'Australie, 12 ; le Mexique , 12 ; l'Argentine, 10 et la France, 10.

Le Réseau mondial des réserves de biosphère a été créé en 1976 par le Programme de l'UNESCO sur l'Homme et la biosphère, un programme international de recherche, éducation et diffusion de données concernant la biosphère. Lancé en 1971, le Programme MAB fonctionne à travers plus de 100 comités nationaux de scientifiques et décideurs. Les Etats Membres rejoignent le Programme sur la base du volontariat. Le programme reflète le constat que la survie humaine sur Terre dépend de l'exploitationrationnelle des ressources de la planète. Il cherche à créer une culture et une philosophie d'harmonie entre l'homme et son environnement.


Site Internet : MAB



Source Communiqué de presse N°2002-17
Auteur(s) UNESCOPRESSE


 ID: 2937 | guest (Lire) Mise à jour: 15-11-2002 4:54 pm | © 2003 - UNESCO - Contact