Accueil - Services Média
UNESCOPRESSE
Communiqués de presse
Avis aux médias
A voir
Photobanque
Calendrier des événements
Relations presse

Porte-parole du DG
Flash Info
Courrier de l'UNESCO
Evénements culturels
Publications UNESCO
Services d' information
Documents UNESCO
Nations Unies
- Centre de nouvelles ONU
- Sites web du système

Version imprimable
Les médias peuvent utiliser et reproduire librement les materiaux publiés sous le nom UNESCOPRESSE

UNESCO
UNESCOPRESSE
7, Place de Fontenoy
75352 PARIS 07 SP, France

 

Contribuer au débat démocratique.  
Vers une reprise du dialogue au Moyen-Orient

13-03-2002 11:00 pm Paris - M. Koïchiro Matsuura, Directeur général de l'UNESCO, a eu une série d'entretiens consacrés à la situation au Moyen-Orient, le jeudi 14 mars 2002. Il s'est tout d'abord entretenu avec le Président du Groupe arabe de l'UNESCO, accompagné de l'Ambassadeur Ahmad Abdelrazek, Observateur permanent de l'Autorité palestinienne auprès de l'UNESCO et de Mme Saïda Charaseddine, représentant l'ALECSO.

Venus manifester auprès du Directeur général leur indignation à la suite les récentes actions militaires israéliennes qui ont entraîné la mort de nombreux écoliers palestiniens et la destruction de plusieurs écoles, ils lui ont remis une lettre du Ministre palestinien de l'Education demandant l'intervention de l'UNESCO pour que les vies des écoliers et étudiants palestiniens soient protégées et leur droit à l'éducation respecté.

M. Matsuura s'est ensuite entretenu avec le Vice-ministre des Affaires étrangères israélien, M. Michaël Melchior, en visite officielle en France. Au cours de leur entretien, le Vice-Ministre a confirmé qu'il était absolument nécessaire d'échapper à la " folie " de la situation actuelle. Il a insisté sur le rôle central que doit jouer la société civile dans la recherche de solutions inventives et d'approches innovantes pour renforcer le dialogue entre les différentes identités, cultures et religions. Il a demandé à l'UNESCO de promouvoir des partenariats dans ce sens.

Au cours de ces discussions, le Directeur général a marqué sa pleine adhésion aux propos tenus par le Secrétaire général des Nations Unies, M. Kofi Annan, devant le Conseil de sécurité cette semaine, et s'est associé à l'appel lancé en faveur d'un arrêt immédiat de la violence et à une reprise des négociations en vue d'un règlement politique. M. Matsuura a fait part de son extrême préoccupation face à " un insupportable enchaînement de la violence, de la vengeance et des souffrances ". Il estime cependant que "à un moment de tension accrue dans les relations israélo-palestiniennes, il y a cependant des signes d'espoir aux niveau régional et international ". Il a tenu à souligner le " caractère prometteur de deux développements récents " à savoir l'adoption parle Conseil de sécurité de la résolution 1397 et l'initiative du Prince Abdullah d'Arabie Saoudite.

Devant ses interlocuteurs, M. Matsuura a insisté sur le rôle crucial de l'éducation, élément indispensable à l'établissement d'une paix durable et à la restauration de la sécurité, pour jeter les bases d'une meilleure compréhension mutuelle. Il a notamment déclaré : " Tous nos espoirs de paix et les chances de réconciliation entre les Israéliens et les Palestiniens sont gravement compromis chaque fois qu'un enfant est empêché d'aller en classe. Nous devons panser les plaies des cœurs et des esprits des jeunes palestiniens et israéliens pour créer les conditions d'un meilleur avenir. Nous ne pouvons plus attendre. Il faut que tous les enfants, israéliens et palestiniens, puissent retourner à l'école en toute sécurité : ce sera le premier pas essentiel vers la paix ".


Le Directeur général a également souligné le rôle fondamental de la culture dans le processus de réconciliation. " Les Israéliens et les Palestiniens doivent apprendre à vivre ensemble dans un respect mutuel. Je suis convaincu que partout dans le monde le dialogue entre cultures et religions est le ciment de la paix. C'est particulièrement vrai au Moyen-Orient aujourd'hui. Il est urgent de nous pencher sur la dimension culturelle de la sécurité internationale ; le dialogue interculturel peut servir de moteur à la paix et à la réconciliation. L'UNESCO est prête à s'associer à toutes les initiatives qui contribueraient à libérer les peuples du prisme déformant des préjugés et stéréotypes. "






Source Communiqué de presse N°2002-14
Auteur(s) UNESCOPRESSE


 ID: 2928 | guest (Lire) Mise à jour: 15-11-2002 5:00 pm | © 2003 - UNESCO - Contact