Accueil - Services Média
UNESCOPRESSE
Communiqués de presse
Avis aux médias
A voir
Photobanque
Calendrier des événements
Relations presse

Porte-parole du DG
Flash Info
Courrier de l'UNESCO
Evénements culturels
Publications UNESCO
Services d' information
Documents UNESCO
Nations Unies
- Centre de nouvelles ONU
- Sites web du système

Version imprimable
Les médias peuvent utiliser et reproduire librement les materiaux publiés sous le nom UNESCOPRESSE

UNESCO
UNESCOPRESSE
7, Place de Fontenoy
75352 PARIS 07 SP, France

 

Contribuer au débat démocratique.  
Les médias et la bonne gouvernance : célébration de la Journée mondiale de la liberté de la presse
Contact éditorial : Roni Amelan, Section des relations avec la presse, tél. +33 (0)1 45 68 16 50, portable à Dakar : +33 (0)6 74 39 84 41 - Email

04-05-2005 11:20 am La conférence internationale sur « Les médias et la bonne gouvernance » qui s’est tenue à Dakar du 1er au 3 mai, s’est terminée avec l’adoption d’une Déclaration plaidant pour le respect de la liberté de la presse, l’accès à l’information et la dépénalisation de la diffamation. La Déclaration a été adoptée par quelque 150 représentants d’importants médias et organisations qui luttent pour la liberté d’expression* qui ont participé à la Conférence organisée par l’UNESCO à l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse.

La Déclaration souligne que « les médias indépendants et pluralistes sont essentiels à la transparence, à la responsabilité et à la participation en tant qu’éléments fondamentaux de la bonne gouvernance et du développement fondés sur les Droits de l’homme », essentiels pour la réduction de la pauvreté.

Elle souligne également la nécessité, pour les autorités nationales, de créer un environnement favorable aux médias libres et indépendants et de « reconnaître le droit à l’accès à toutes les informations détenues par les organismes publics ».

Au moment de la clôture de la Conférence, le Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura, a déclaré qu’à chaque fois que le droit d’informer est mis à mal, c’est l’ensemble des droits de l’homme qui sont mis à mal. Il a ajouté que « la liberté de la presse c’est aussi des conditions de travail honorables, des revenus justes et décents pour les travailleurs de l’information. ».

Koïchiro Matsuura a également exhorté les responsables politiques africains à « prendre en considération les préoccupations des personnels des médias pour qu’ensemble ils puissent trouver les solutions les plus appropriées aux problèmes de formation, de gestion, d’équipements, de législation, d’accès aux sources d’information »

Bacar Dia, Ministre sénégalais de l’Information et Porte-parole du gouvernement a clôturé la Conférence avec la promesse que son gouvernement accorderait une attention toute particulière aux recommandations faites par les participants.

Le Président de la République du Sénégal, Abdoulaye Wade, a pris part, aux côtés du Directeur général, à la cérémonie de la remise du Prix mondial UNESCO/Guillermo Cano pour la liberté de la presse.

« Après l’indépendance, d’aucuns disaient que le développement devait venir en premier et que la liberté viendrait plus tard », a dit le Président. « Nous avons choisi la liberté en tant que fondement de notre société et je demeure convaincu que les deux doivent aller de pair ».

Durant la cérémonie, Larry Kilman, Directeur de la Communication de l’Association mondiale des journaux, a reçu le Prix au nom du lauréat, le journaliste chinois Cheng Yizhong, dont il a lu le message :

« Pour nous, les travailleurs de la presse en Chine, la priorité la plus haute en ce moment est de développer le droit du grand public à être informé et d’augmenter la visibilité politique. C’est un devoir qu’il nous faut assumer, c’est aussi ‘le pouvoir des sans-pouvoir’. En tant que journalistes, vous avez le droit de garder le silence, mais vous n’avez pas le droit de dire des mensonges. Dire la vérité n’est pas ce qu’un journaliste peut faire de mieux, c’est le minimum qu’il doive faire ».

* L’Association mondiale des journaux (AMJ), Amnesty International, Reporters sans frontières, le Comité mondial pour la liberté de la presse (CMLP), Transparency International, l’Union des journalistes de l’Afrique de l’Ouest (UJAO), la Fédération internationale des journalistes (FIJ), l’Union internationale de la presse francophone (UIPF), le Media Institute for Southern Africa (Namibie), la Commission des Nations Unies pour les droits de l’homme, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), l’Institut Panos (Sénégal), le Réseau mondial de la Banque mondiale (RMBM), Article 19.


Site Internet



Source Communiqué de presse N°2005-54
Auteur(s) UNESCOPRESSE


 ID: 27316 | guest (Lire) Mise à jour: 10-05-2005 1:38 pm | © 2003 - UNESCO - Contact