Accueil - Services Média
UNESCOPRESSE
Communiqués de presse
Avis aux médias
A voir
Photobanque
Calendrier des événements
Relations presse

Porte-parole du DG
Flash Info
Courrier de l'UNESCO
Evénements culturels
Publications UNESCO
Services d' information
Documents UNESCO
Nations Unies
- Centre de nouvelles ONU
- Sites web du système

Version imprimable
Les médias peuvent utiliser et reproduire librement les materiaux publiés sous le nom UNESCOPRESSE

UNESCO
UNESCOPRESSE
7, Place de Fontenoy
75352 PARIS 07 SP, France

 

Contribuer au débat démocratique.  
Les médias et la bonne gouvernance, thème principal de la Journée mondiale de la liberté de la presse
Contact éditorial : Roni Amelan, Section des relations avec la presse, tél. +33 (0)1 45 68 16 50, portable à Dakar : +33 (0)6 74 39 84 41 - Email

27-04-2005 12:00 pm « Les médias et la bonne gouvernance » est le thème de la Journée mondiale de la liberté de la presse (3 mai*) que l’UNESCO célèbrera cette année à Dakar par une conférence internationale et la cérémonie de remise du Prix mondial UNESCO/Guillermo Cano pour la liberté de la presse. La conférence (du 1er au 3 mai, à l’hôtel Méridien) sera ouverte par le Premier ministre du Sénégal, Macky Sall, et par le Sous-Directeur général de l’UNESCO pour la communication et l’information, Abdul Waheed Khan. D’éminents professionnels des médias du monde entier, ainsi que des représentants d’importantes organisations internationales et africaines, non gouvernementales et intergouvernementales, participeront à l’événement**. Koïchiro Matsuura, Directeur général de l’UNESCO, et Alpha Oumar Konaré, Président de l’Union africaine clôtureront la Conférence.

Parmi les questions abordées pendant les différentes sessions de la conférence figurent : l’apport direct des médias à la promotion de la bonne gouvernance (participation, élections, la lutte contre la corruption et l’Etat de droit) ; médias et pauvreté ; médias et droits de l’homme ; liberté d’information et accès à l’information ; éthique du journalisme et formation au journalisme d’investigation. Les participants devraient adopter des recommandations et un cadre d’action à la clôture de la Conférence.

La cérémonie de la remise Prix mondial UNESCO/Guillermo Cano pour la liberté de la presse se tiendra au Théâtre Daniel Sorano le 3 mai à 16h, après la clôture de la conférence.

Abdoulaye Wade, Président du Sénégal, présidera la cérémonie à laquelle participeront le Président Konaré et Olusegun Obasanjo, Président du Nigeria. Le Directeur général de l’UNESCO remettra le Prix. Le lauréat de cette année est le journaliste chinois Cheng Yizhong, choisi par un jury international indépendant de professionnels des médias présidé par Kavi Chongkittavorn, directeur délégué du quotidien anglophone de Bangkok, The Nation.

L’UNESCO, en tant qu’organisation intergouvernementale qui a pour mandat constitutionnel de « promouvoir la libre circulation des idées par le mot et par l’image », célèbre la Journée mondiale de la liberté de la presse pour souligner l’importance de la liberté de la presse et du droit de l’homme fondamental qu’est la liberté d’expression. Les bureaux de l’UNESCO organisent des séminaires et d’autres manifestations afin de marquer l’événement dans toutes les parties du monde, des Caraïbes et de l’Amérique latine à l’Asie du Sud-Est, du Moyen-Orient à l’Afrique australe.

Dans son message pour la Journée, le Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura, explique que sans la liberté d’expression et la liberté de la presse « la démocratie ne peut s'imposer et le développement demeure hors d'atteinte. Les médias indépendants, libres et pluralistes jouent un rôle crucial dans la bonne gouvernance des sociétés démocratiques, en assurant la transparence et le respect des principes de responsabilité, en promouvant la participation et l'état de droit et en contribuant à la lutte contre la pauvreté ».

Non seulement les médias libres et indépendants agissent comme des gardiens des droits de l’homme et dénoncent les abus commis par les autorités, mais ils fournissent également aux citoyens l’information dont ils ont besoin pour exercer leurs droits démocratiques, notamment dans les périodes d’élections. Les médias diffusent également l’information fondamentale pour la vie et le développement des communautés. Ils apportent une contribution essentielle en vue d’atteindre, d’ici à 2015, les Objectifs du Millénaire des Nations Unies pour le développement, parmi lesquels figurent l’éradication de l’extrême pauvreté, l’éducation primaire universelle, la promotion de l’égalité des sexes et la lutte contre le HIV-Sida.

L’UNESCO soutient depuis longtemps les médias indépendants et pluralistes dans les pays en développement, les pays en transition et les zones de post-conflits dans le monde entier et en Afrique notamment. Ce soutien a pris différentes formes : aide à la préparation d’une législation favorable à la liberté d’expression et développement des compétences (formation professionnelle et développement des infrastructures).

En Afrique, l’UNESCO a aidé à mettre en place de nombreuses radios communautaires et des centres multimédia et a fourni un soutien législatif aux pays sortant d’un conflit, comme le Mozambique et la République démocratique du Congo, par exemple. A travers son Programme intergouvernemental pour le développement de la communication (PIDC), l’UNESCO a fait bénéficier des journaux, agences de presse et radios et télévisions africains, tant publics que privés, de plus de 40 millions de dollars.

La célébration de la Journée mondiale de la liberté de la presse a été proposée au départ par les participants d’un séminaire sur la promotion d’une presse africaine indépendante et pluraliste, organisé à Windhoek (Namibie) en 1991. L’UNESCO a célébré la Journée à Windhoek en 2001 ; c’était la première fois que la célébration avait lieu en Afrique.

* Pour plus d’information, y compris le programme complet et le message du Directeur général : http://www.unesco.org/webworld/wpfd/2005/fr

** L’Association mondiale des journaux (AMJ), Amnesty International, Reporters sans frontières, le Comité mondial pour la liberté de la presse (CMLP), Transparency International, l’Union des journalistes de l’Afrique de l’Ouest (UJAO), la Fédération internationale des journalistes (FIJ), l’Union internationale de la presse francophone (UIPF), le Media Institute for Southern Africa (Namibie), la Commission des Nations Unies pour les droits de l’homme, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), l’Institut Panos (Sénégal), le Réseau mondial de la Banque mondiale (RMBM), Article 19.


Site Internet



Source Communiqué de presse N°2005-49
Auteur(s) UNESCOPRESSE


 ID: 27129 | guest (Lire) Mise à jour: 03-05-2005 3:02 pm | © 2003 - UNESCO - Contact