Accueil - Services Média
UNESCOPRESSE
Communiqués de presse
Avis aux médias
A voir
Photobanque
Calendrier des événements
Relations presse

Porte-parole du DG
Flash Info
Courrier de l'UNESCO
Evénements culturels
Publications UNESCO
Services d' information
Documents UNESCO
Nations Unies
- Centre de nouvelles ONU
- Sites web du système

Version imprimable
Les médias peuvent utiliser et reproduire librement les materiaux publiés sous le nom UNESCOPRESSE

UNESCO
UNESCOPRESSE
7, Place de Fontenoy
75352 PARIS 07 SP, France

 

Contribuer au débat démocratique.  
Nouvelles richesses archéologiques découvertes à Axoum
Contact éditorial : Jasmina Sopova, Section des relations avec la presse, tél. +33 (0)1 45 68 17 17 - Email
Contact audiovisuel : Carole darmouni, Section audiovisuelle, tél. +33 (0)1 45 68 17 38 - Email

25-04-2005 4:10 pm Des richesses archéologiques insoupçonnées ont été découvertes par les experts que l’UNESCO a envoyés la semaine dernière à Axoum (Ethiopie). Ils avaient pour mission d’évaluer le terrain de ce site de la Liste du patrimoine mondial, en vue de l’érection de son obélisque qui se trouvait à Rome depuis 1937. La troisième et dernière partie de la stèle, d’un poids total de 160 tonnes et d’une hauteur de 24,6 mètres, est arrivée ce matin à l’aéroport d’Axoum.aksum_300.jpg « Des cavités et des arcades souterraines ont été découvertes aux alentours de l’emplacement original de la stèle », ont déclaré Elizabeth Wangari, du Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO, et Jim Williams, du Secteur de la Culture, qui ont participé à la mission. « La prospection par géoradars et électrotomographie - les méthodes actuellement les plus sophistiquées qui permettent de voir sous terre – a notamment révélé l’existence de plusieurs vastes chambres funéraires qui se situent sous le parking mitoyen du site, construit en 1963 », ont-ils précisé.

Selon les experts, il s’agit d’une nécropole royale de différentes dynasties pré-chrétiennes, qui se prolonge bien au-delà des limites actuelles de la zone archéologique située aux pieds des monts Saint-Georges et Mariam

L’équipe d’experts de l’UNESCO, dirigée par l’archéologue Rodolfo Fattovich, spécialiste d’Axoum à l’Instituto Universitario Orientale de Naples (Italie) a effectué des prospections archéologiques dites « non destructives ». Les données recueillies par les géoradars et les électrotomographes sont actuellement traitées dans un laboratoire de l’Université de Rome – La Sapienza. Elles donneront lieu à des modèles en 3D des tombeaux royaux. Le traitement des images sera prochainement communiqué aux autorités éthiopiennes et italiennes.

Depuis les années 1970, une série de tombeaux ont été découverts. Certains ont été pillés, d’autres épargnés. Les richesses de ces derniers se trouvent aux musées archéologiques d’Axoum et d’Addis Abeba. Aujourd’hui, une seule tombe est ouverte au public, à Axoum : le tombeau de la fausse porte.

Le Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura, s’est réjoui de cette importante découverte. « Il est probable que certains des tombeaux décelés par les procédés d’imagerie du sous-sol soient intacts. Il faudrait désormais procéder à des fouilles archéologiques qui pourraient aboutir à la mise à jour de richesses d’un intérêt historique majeur. L’ouverture de nouvelles tombes au public représenterait, en outre, un atout supplémentaire pour le site, ce qui, en favorisant le tourisme culturel, à terme, contribuera au développement économique du pays », a-t-il déclaré.
Le site archéologique d’Axoum comprend trois parcs, abritant 176 stèles : le parc Nord, le parc Gudit (du nom de la reine de confession juive qui a pris le pouvoir au Xe siècle) et le parc principal où se trouvait la stèle désormais connue sous le nom de « l’obélisque d’Axoum ». Ses fondations forment un trou de 10 mètres de longueur, 10 mètres de largeur et 6 mètres de profondeur. Selon les spécialistes, ce sont probablement des pilleurs qui ont causé l’effondrement de l’obélisque, soit au Xe, soit au XVIe siècle.

C’est dans ce même parc que gît le plus grand monolithe jamais sculpté par l’homme (33 mètres), qui s’est écroulé probablement dès son érection au 3e ou 4e siècle, détruisant le temple Nefas Mawcha, dont les ruines se trouvent à proximité.

Axoum a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en 1980. En novembre dernier, les gouvernements éthiopien et italien ont signé un accord bilatéral sur le retour de l’obélisque d’Axoum, dans le cadre de la Convention de l’UNESCO relative à la protection du patrimoine mondial culturel et naturel de 1972. A ce titre ils ont demandé la collaboration de l’UNESCO. La Convention du patrimoine mondial engage les Etats parties « à apporter leur concours à l’identification, à la protection, à la conservation et à la mise en valeur du patrimoine culturel et naturel ».

Photo©UNESCO/A.Merlo
Des photos et un B-roll de l’arrivée de l’obélisque à Axoum et du site seront disponibles à la photothèque de l’UNESCO.






Source Communiqué de presse N°2005-47
Auteur(s) UNESCOPRESSE


 ID: 27070 | guest (Lire) Mise à jour: 02-05-2005 9:02 am | © 2003 - UNESCO - Contact