Accueil - Services Média
UNESCOPRESSE
Communiqués de presse
Avis aux médias
A voir
Photobanque
Calendrier des événements
Relations presse

Porte-parole du DG
Flash Info
Courrier de l'UNESCO
Evénements culturels
Publications UNESCO
Services d' information
Documents UNESCO
Nations Unies
- Centre de nouvelles ONU
- Sites web du système

Version imprimable
Les médias peuvent utiliser et reproduire librement les materiaux publiés sous le nom UNESCOPRESSE

UNESCO
UNESCOPRESSE
7, Place de Fontenoy
75352 PARIS 07 SP, France

 

Contribuer au débat démocratique.  
Le Président de la République islamique de Mauritanie à l’UNESCO

11-04-2005 5:00 pm Le Président de la République islamique de Mauritanie, Maaouya Ould Sid’Ahmed Taya, a ouvert aujourd’hui, au siège de l’UNESCO, une conférence et une exposition consacrées au patrimoine culturel de la Mauritanie et à ses anciennes cités de Ouadane, Chinguetti, Tichitt et Oualata. Au cours de sa visite, le Président s’est également entretenu avec le Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura. En félicitant le Président pour le succès de la campagne de sauvegarde des cités mauritaniennes inscrites sur la Liste du patrimoine mondial, Koïchiro Matsuura a évoqué la coopération exemplaire entre le Gouvernement mauritanien, l’UNESCO et la Banque mondiale qui a rendu cette campagne possible.

Le Directeur général a également remis au Président Ould Taya la Médaille UNESCO « Campagne de Nubie » qui symbolise l’exemplarité d’une mobilisation internationale en faveur de la sauvegarde du patrimoine de l’humanité.

« L’importance historique et culturelle de ces ksour [cités] », a déclaré Koïchiro Matsuura, « a justifié que des efforts de grande envergure soient entrepris pour sauvegarder la trace d’une civilisation urbaine du désert et stimuler leur revitalisation, à travers une stratégie visant à encourager les initiatives de réhabilitation et la promotion de procédures, de modalités et de savoir-faire techniques en vue d’un développement économique, social et urbain. »

Le Directeur général a souligné que la « participation des communautés elles-mêmes, et leur conscience profonde de la valeur de leur patrimoine culturel, a sans aucun doute été un facteur déterminant de la réussite du projet ». Concernant le Fond d’incitation à la réhabilitation des centres historiques des anciennes cités mauritaniennes, Koïchiro Matsuura a déclaré que les efforts entrepris seront poursuivis, exprimant l’espoir que les donateurs continueront à soutenir la Mauritanie.

Koïchiro Matsuura a également souligné que le projet global de sauvegarde et de valorisation du patrimoine comprend « le patrimoine immatériel, essentiel pour préserver l’esprit d’une civilisation ancienne […]. La musique nomade, la conservation des manuscrits séculaires, ou les traditions et métiers anciens sont donc également l’objet de toute notre attention ».

Jean-François Rischard, vice-président pour l’Europe à la Banque mondiale, a également salué « la remarquable mobilisation qui s’est progressivement faite autour d’une initiative qui au départ demandait beaucoup d’esprit d’entreprise et un penchant pour l’innovation et même pas mal de courage, puisqu’il s’agissait d’une opération par nature risquée ».

Jean-François Rischard a souligné que le projet comprend des activités liées au renforcement des capacités des institutions mauritaniennes dans le domaine de la sauvegarde du patrimoine et en faveur des anciens manuscrits, des soutiens ciblés vers la culture vivante, une aide à l’artisanat et à la promotion du tourisme culturel.

« La culture est un élément central et indispensable d’un développement économique et social harmonieux », a déclaré Jean-François Rischard. Soutenant que la culture peut aider à « éviter des crises d’identité potentiellement dévastatrices », le vice-président a estimé qu’au moment où la Mauritanie est sur le point de devenir un pays exportateur de pétrole, elle « a besoin de se tourner vers son histoire et vers son héritage culturel pour mieux construire son avenir et surtout pour mieux gérer les profonds changements qui vont intervenir bientôt ».

Enfin, le Président de la République islamique de Mauritanie a pris la parole, déclarant que l’inscription, en1996, des quatre cités mauritaniennes sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO incite « à redoubler d’efforts pour protéger ce patrimoine précieux ».

Il a également insisté sur l’importance de la culture et du patrimoine culturel dans la préservation de la paix. « De notre histoire séculaire, nous avons puisé la conviction profonde de la nécessité du dialogue comme meilleur moyen de compréhension entre les peuples et de cohabitation entre les cultures », a-t-il dit, ajoutant que « l’UNESCO est la tribune la plus appropriée pour exprimer cette conviction. »

En parlant de la mobilisation internationale contre le terrorisme, le Président a souligné que « l’aspiration à un monde pacifié et stable requiert un sens de la responsabilité face aux défis et épreuves dont souffrent de vastes régions du monde et particulièrement en Afrique. Elle suppose aussi de mettre les avancées technologiques et scientifiques au service de l’humanité tout entière ».

« En Mauritanie, nous sommes convaincus que la culture demeure le meilleur rempart contre le racisme, le fanatisme et la violence, puisqu’elle est porteuse de principes de tolérance, d’ouverture et d’acceptation de l’autre », a dit le Président Ould Taya avant de décrire la sauvegarde du patrimoine naturel de son pays.

L’exposition sur la réhabilitation des cités Ouadane, Chinguetti, Tichitt et Oualata sera ouverte jusqu’au 14 avril. Elle a déjà été présentée à la Banque Mondiale et le sera prochainement au Musée Adrar, à Atar (Mauritanie)






Source Communiqué de presse N°2005-41
Auteur(s) UNESCOPRESSE


 ID: 26846 | guest (Lire) Mise à jour: 13-04-2005 2:01 pm | © 2003 - UNESCO - Contact