Accueil - Services Média
UNESCOPRESSE
Communiqués de presse
Avis aux médias
A voir
Photobanque
Calendrier des événements
Relations presse

Porte-parole du DG
Flash Info
Courrier de l'UNESCO
Evénements culturels
Publications UNESCO
Services d' information
Documents UNESCO
Nations Unies
- Centre de nouvelles ONU
- Sites web du système

Version imprimable
Les médias peuvent utiliser et reproduire librement les materiaux publiés sous le nom UNESCOPRESSE

UNESCO
UNESCOPRESSE
7, Place de Fontenoy
75352 PARIS 07 SP, France

 

Contribuer au débat démocratique.  
Le Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano récompense le journaliste chinois Cheng Yizhong
Contact éditorial : Roni Amelan, Bureau de l’information du public, Section des relations avec la presse, tél +33(0)145681650 - Email

07-04-2005 4:35 pm Sur recommandation d’un jury international de professionnels des médias du monde entier, le Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura, a désigné le journaliste chinois Cheng Yizhong lauréat 2005 du Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano. Kavi Chongkittavorn, rédacteur en chef délégué du quotidien anglophone de Bangkok The Nation et président du jury, a déclaré : « Cheng Yizhong représente ce qui se fait de meilleur en matière de journalisme chinois ; il se fait l’écho des faibles et surveille les puissants. Sa courageuse liberté de parole a sensibilisé l’opinion publique à la réalité chinoise ».

C’est en tant que rédacteur en chef du Nanfang Dushi Bao (Quotidien de la métropole du Sud) que Cheng Yizhong, âgé de 40 ans, a ouvert de nouveaux espaces au journalisme en Chine. Son indépendance éditoriale et son savoir-faire professionnel ont contribué à faire de son journal l’un des quotidiens les plus populaires du pays, publiant entre autres des articles consacrés à l’épidémie de SARS et à un décès dans un commissariat de police de Canton.

Emprisonné cinq mois avec deux de ses collègues du Nanfang Dushi Bao, Yu Huafeng et Li Minying, Cheng Yizhong a été libéré en août 2004. Bien qu’aucune charge n’ait été retenue contre lui, il lui a été interdit de reprendre ses activités professionnelles.

En remerciant pour le Prix, Cheng Yizhong a déclaré : « Je me sens soulagé et réconforté mais triste. Tout ce que nous avons fait, c’est d’agir selon notre conscience. Nous devons malheureusement payer le prix pour avoir suivi notre conscience ».

Le Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano, d’un montant de 25 000 dollars, est décerné chaque année à l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, le 3 mai, célébrée cette année à Dakar au Sénégal.

Le jury, présidé par Kavi Chongkittavorn (Thaïlande), est composé des membres suivants : Ruth de Aquino (Brésil), Conor Brady (Irlande), Oliver Clarke (Jamaïque), Souleymane Diallo (Guinée), Kunda Dixit (Népal), Yosri Fouda (Qatar), Feria Haffajee (Afrique du Sud), Marvi Kalb (Etats-Unis), Daoud Kuttab (Jordanie), Remzi Lani (Albanie), Artūras Račas (Lituanie) et deux représentants de la Fundación Guillermo Cano (Colombie).

Créé en 1997 par le Conseil exécutif de l’UNESCO, le Prix est destiné à mettre en valeur le travail d’une personne, d’une organisation ou d’une institution défendant ou promouvant la liberté d’expression n’importe où dans le monde, surtout si cette action a mis sa vie en danger.

Le Prix porte le nom du journaliste colombien Guillermo Cano assassiné en 1987 pour avoir dénoncé les activités des puissants barons de la drogue de son pays. Les candidats sont proposés par les Etats membres, des organisations régionales ou internationales qui assurent la promotion de la liberté d’expression.






Source Communiqué de presse N°2005-39
Auteur(s) UNESCOPRESSE


 ID: 26794 | guest (Lire) Mise à jour: 08-04-2005 11:22 am | © 2003 - UNESCO - Contact