Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture

 

Palmyre_250.jpg Palmyre_250r.jpg
 
Palmyre, la « ville des palmiers », a été fondée vers la fin du IIIe millénaire avant J.-C. dans une oasis située entre les fleuves Oronte et Euphrate, au cœur du désert syrien. C’était la capitale des Palmyriens, une alliée de Rome au début de l’empire romain, à la fin du Ier siècle avant J.-C. Elle a connu son âge d’or sous le règne de la reine Zénobie, au IIIe siècle avant J.-C., après quoi elle a été mise à sac par l’empereur romain Aurélien, en 273.

Au cours des siècles suivants, elle a recouvré une partie de sa puissance, mais n’a jamais regagné sa place d’antan. Ses ruines figurent néanmoins parmi les plus importantes de la fin de l’Antiquité. Palmyre se distingue notamment par ses sculptures funéraires dont les images hiératiques et l’intensité spirituelle transcendent les influences grecques, romaines, perses et annoncent l’apparition de l’art byzantin.

Palmyre a été inscrite sur la Liste du patrimoine mondial en 1980 et quinze ans plus tard, l’UNESCO a fait frapper une médaille commémorant cet événement. L’avers porte l’inscription « Palmyre » en arabe et en français et présente une vue de la Grande Colonnade (la rue principale du site est bordée de portiques et de colonnes corinthiennes de neuf mètres de haut). Le revers représente le logo de l’UNESCO.

Disponible en or, argent et bronze.

Photo © UNESCO/N. Burke

© UNESCO 1995-2008 - ID: 26445