Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture

 

Acropolis_250.jpg Acropolis_250r.jpg
 
Témoignage des civilisations, des mythes et des religions qui ont fleuri dans la Grèce antique pendant plus de mille ans, l’Acropole, où se trouvent quatre des plus grands chefs-d’œuvre de l’art grec classique – le Parthénon, les Propylées, l’Érechtéion et le temple d’Athéna Nikê, est le symbole archétypal du patrimoine mondial. Le Parthénon, dont l’UNESCO s’est inspirée pour créer son logo, a été gravement endommagé par les guerres et les pillages. En outre, comme tous les édifices de l’Acropole, il est exposé à différents types de corrosion, entraînant par exemple la fissuration du marbre due à la rouille sur les poutrelles et les agrafes métalliques utilisées pour étayer les murs lors de la restauration de 1933.La pollution atmosphérique urbaine est également un problème majeur.

L’UNESCO a lancé en 1977 une campagne internationale pour la sauvegarde de l’Acropole. Dix ans plus tard, ce site a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial. Gravée par Serge Santucci, l’avers de la médaille représente l’une des six Caryatides, les statues de femmes supportant le plafond de la loggia située au sud du temple d’Erechtéion. Le revers est une vue d’ensemble de l’Acropole où l’on peut voir, de gauche à droite, le complexe des Propylées, le temple d’Athéna Nikê et le Parthénon. La médaille a été frappée en 1977.

Disponible en or, argent et bronze.

Photo © UNESCO/N. Burke

© UNESCO 1995-2008 - ID: 26418