Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture

 

Philae_250a.jpg Philae_250ar.jpg
 
En 1960, l’UNESCO a lancé une campagne internationale pour sauver les monuments de Nubie, menacés par les eaux montantes du barrage d’Assouan. La campagne, qui a duré vingt ans, concernait essentiellement les temples des sites d’Abou Simbel et de Philae qui ont été démontés, transférés et reconstruits sur une zone plus élevée à l’abri des eaux du Nil. Par l’ampleur des travaux et les difficultés rencontrées, cette opération était inédite.

Elle a débuté avec Abou Simbel et s’est achevée avec succès en 1968. Le démontage des cinq monuments de Philae, totalisant près de 50 000 blocs, a commencé en 1976 ; les temples reconstruits ont finalement été inaugurés en 1980 sur le nouveau site de l’île d’Agilkia. L’ensemble des monuments de Nubie a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en 1979, et ce projet demeure un exemple en terme de mobilisation et de soutien internationaux dans le cadre d’une opération de sauvegarde.

Dessiné par Annick Maignen et gravé par Max Léognany, l’avers de la médaille représente la tête de la déesse Isis, reproduite à partir d’un bas-relief du temple qui lui est dédié, le plus grand du site de Philae. Au revers sont gravés des hiéroglyphes où apparaît le nom du roi Ptolémée II Philadelphe, sous le règne duquel les temples ont été achevés– au IIIe siècle avant J.-C. –, protégés par Nekhbet, la déesse vautour de la Haute-Égypte. Cette médaille a été frappée en 1975.

Disponible en or, argent et bronze.

Photo © UNESCO/N. Burke

© UNESCO 1995-2008 - ID: 26414