Accueil - Services Média
UNESCOPRESSE
Communiqués de presse
Avis aux médias
A voir
Photobanque
Calendrier des événements
Relations presse

Porte-parole du DG
Flash Info
Courrier de l'UNESCO
Evénements culturels
Publications UNESCO
Services d' information
Documents UNESCO
Nations Unies
- Centre de nouvelles ONU
- Sites web du système

Version imprimable
Les médias peuvent utiliser et reproduire librement les materiaux publiés sous le nom UNESCOPRESSE

UNESCO
UNESCOPRESSE
7, Place de Fontenoy
75352 PARIS 07 SP, France

 

Contribuer au débat démocratique.  
Le Directeur général de l’UNESCO condamne le meurtre du journaliste bangladeshi Sheikh Belaluddin Ahmed

17-02-2005 10:00 am Le Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura, a condamné le meurtre du journaliste bangladeshi Sheikh Belaluddin Ahmed, correspondant de The Daily Sangram, décédé le 11 février, six jours après avoir été la cible d’un attentat à la bombe devant le Club de la presse de Khulna, au Sud-Ouest du Bangladesh. « Je condamne le meurtre de Sheikh Belaluddin Ahmed. J’espère que l’enquête des autorités permettra de traduire en justice les lâches qui ont perpétré ce nouvel attentat contre un journaliste de Khulna. Tant que de tels crimes restent impunis, il est impossible de restaurer un climat propice à la liberté d’expression », a déclaré le Directeur général.

Koïchiro Matsuura a rappelé que les Etats membres de l’UNESCO ont adopté, lors de la Conférence générale de 1997, une résolution demandant qu’il soit mis fin à l’impunité en matière d’attaque contre la presse. « Les médias jouent un rôle essentiel dans le fonctionnement de la démocratie et il est de la plus grande importance que les crimes commis contre des journalistes ne restent pas impunis », a ajouté le Directeur général.

Sheikh Belaluddin Ahmed, 48 ans, correspondant du quotidien The Daily Sangram, est décédé le 11 février dans un hôpital de Dacca, six jours après avoir été victime de l’explosion d’une bombe, placée sur sa mobylette, devant le Club de la presse de Khulna. Trois autres journalistes avaient été blessés lors de cet attentat.

Surnommée la « vallée de la mort » par les journalistes locaux, la ville de Khulna n’en est pas à son premier attentat à la bombe. En janvier 2005, un autre journaliste, Dip Azad, du quotidien Jugantor, avait été visé par une bombe qui n’avait pas explosé. En janvier et juin 2004, Manik Saha, pigiste pour la BBC et correspondant du quotidien New Age, puis Humayun Kabir, rédacteur en chef du quotidien Janmabhumi, avaient eux aussi été tués à Khulna dans des attentats à la bombe.

L’UNESCO est la seule agence des Nations Unies qui a un mandat pour défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. L’article 1 de son Acte constitutif déclare que l’Organisation se propose «d'assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». Pour y parvenir l’Organisation doit favoriser « la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses et recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image…»






Source Communiqué de presse N°2005-21
Auteur(s) UNESCOPRESSE


 ID: 25467 | guest (Lire) Mise à jour: 21-02-2005 2:47 pm | © 2003 - UNESCO - Contact