Accueil - Services Média
UNESCOPRESSE
Communiqués de presse
Avis aux médias
A voir
Photobanque
Calendrier des événements
Relations presse

Porte-parole du DG
Flash Info
Courrier de l'UNESCO
Evénements culturels
Publications UNESCO
Services d' information
Documents UNESCO
Nations Unies
- Centre de nouvelles ONU
- Sites web du système

Version imprimable
Les médias peuvent utiliser et reproduire librement les materiaux publiés sous le nom UNESCOPRESSE

UNESCO
UNESCOPRESSE
7, Place de Fontenoy
75352 PARIS 07 SP, France

 

Contribuer au débat démocratique.  
Le Directeur général de l’UNESCO s’inquiète de l’insécurité grandissante pour les journalistes

11-02-2005 2:05 pm Le Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura, s’est dit aujourd’hui de plus en plus préoccupé par l’insécurité croissante dans laquelle les journalistes doivent exercer leur métier. Koïchiro Matsuura a déclaré : « Les attaques visant des journalistes sont autant de coups portés à la démocratie, qui dépend largement de la capacité des médias à collecter l’information et à la diffuser auprès du public. Trop souvent, la mission des journalistes s’effectue dans des conditions d’insécurité intolérables ».

Le Directeur général a poursuivi : « L’attaque commise contre tout un groupe de journalistes près de la ville pakistanaise de Wana, est révoltante. Le mitraillage du minibus où se trouvaient plusieurs journalistes, dont Amir Nawab Khan et Allah Noor Wazir qui ont trouvé la mort, relève d’une politique de la terreur qui a pour but de faire fuir les rares observateurs. Aucune société ne peut fonctionner de façon satisfaisante et juste en bafouant à ce point les principes démocratiques élémentaires ».

Ce constat vaut pour l’Iraq avec l’assassinat du journaliste iraquien Abdel Hussein Khazaal, tué avec son fils de trois ans le 9 février à Bassorah. « Le tribut payé par la presse en Iraq s’est encore alourdi avec la mort d’Abdel Hussein Khazaal, tué dans des conditions particulièrement odieuses. L’insécurité croissante dans laquelle les journalistes sont condamnés à travailler est très préoccupante. En prenant des journalistes pour cible, on s’en prend directement à la liberté d’expression, un droit inscrit dans la Déclaration universelle des droits de l’homme », a déclaré Koïchiro Matsuura.

Le Directeur général a également condamné le meurtre de Kate Peyton, de la BBC, prise pour cible le 9 février à Mogadiscio (Somalie) et a rappelé l’enlèvement en Iraq de Giuliana Sgrena, Florence Aubenas et Hussein Hanoun al-Saadi, autre exemple inacceptable de cette insécurité dans laquelle les journalistes doivent travailler.

Amir Nawab Khan (Associated Press Television News et The Frontier Post) et Allah Noor Wazir (Khyber TV de Peshawar, le quotidien pakistanais The Nation et l’agence DPA) ont été tués le 7 janvier alors qu’ils revenaient du village de Sararogha, au Waziristan sud, où ils avaient assisté à la reddition d’un chef rebelle, Baitullah Mehsud, qui a accepté de déposer les armes en échange de l’amnistie proposée par le gouvernement pakistanais. Le minibus dans lequel ils avaient pris place avec deux autres journalistes a été mitraillé par des inconnus. Les blessés sont Anwar Shakir, qui travaillait à Wana pour l’Agence France Presse et Zardad Khan, de la chaîne Al-Jazeera.

Abdel Hussein Khazaal était le correspondant de la télévision Al-Hurrah (La Libre), chaîne arabophone financée par les Etats-Unis, et dirigeait le service de presse du gouvernorat de Bassorah. Il a été tué alors qu’il sortait de son domicile.

Kate Peyton, productrice de la BBC basée à Johannesburg (Afrique du Sud), a été prise pour cible le 9 février à une vingtaine de mètres de son hôtel à Mogadiscio (Somalie), un des endroits les plus dangereux du monde pour les associations de journalistes.

L’UNESCO est la seule agence des Nations Unies qui a un mandat pour défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. L’article 1 de son Acte constitutif déclare que l’Organisation se propose «d'assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». Pour y parvenir l’Organisation doit favoriser « la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses et recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image…»






Source Communiqué de presse N°2005-17
Auteur(s) UNESCOPRESSE


 ID: 25266 | guest (Lire) Mise à jour: 21-02-2005 2:50 pm | © 2003 - UNESCO - Contact