Accueil - Services Média
UNESCOPRESSE
Communiqués de presse
Avis aux médias
A voir
Photobanque
Calendrier des événements
Relations presse

Porte-parole du DG
Flash Info
Courrier de l'UNESCO
Evénements culturels
Publications UNESCO
Services d' information
Documents UNESCO
Nations Unies
- Centre de nouvelles ONU
- Sites web du système

Version imprimable
Les médias peuvent utiliser et reproduire librement les materiaux publiés sous le nom UNESCOPRESSE

UNESCO
UNESCOPRESSE
7, Place de Fontenoy
75352 PARIS 07 SP, France

 

Contribuer au débat démocratique.  
Le Directeur général de l’UNESCO demande la libération de la journaliste française Florence Aubenas et de son guide iraquien Hussein Hanoun al-Saadi

31-01-2005 3:30 pm Alors qu’une soirée de solidarité est organisée aujourd’hui à Paris par le journal Libération et Reporters sans Frontières, le Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura, a lancé un appel à la libération de la journaliste française Florence Aubenas et de son interprète iraquien Hussein Hanoun al-Saadi, portés disparus en Iraq depuis le 5 janvier. Il a aussi déploré l’insécurité dans laquelle travaillent les professionnels des médias dans ce pays. « Je souhaite rendre hommage au courage des journalistes, iraquiens ou étrangers, qui prennent, comme Florence Aubenas, des risques considérables pour que le public puisse être informé », a déclaré le Directeur général. « Je souhaite également demander à tous les groupes présents dans le pays de cesser de prendre les journalistes pour cible, que ce soit pour des motifs politiques ou crapuleux. L’indépendance et la liberté des médias doivent être respectées si l’on veut que le peuple iraquien soit capable de prendre en charge son destin et de faire des choix éclairés ».

Florence Aubenas, reporter du quotidien français Libération, et son guide-interprète iraquien, Hussein Hanoun al-Saadi, ont été vus pour la dernière fois à l’hôtel de la journaliste à Bagdad. Tout laisse à penser qu’ils ont été enlevés mais les mobiles de ce rapt restent incertains.

Koïchiro Matsuura a rappelé que « les journalistes sont des civils effectuant une tâche reconnue à la fois par la Déclaration universelle des droits de l’homme – qui inscrit la liberté d’expression parmi les droits de l’homme fondamentaux – et par la Convention de Genève et ses protocoles. Je déplore l’insécurité dans laquelle les professionnels des médias doivent travailler en Iraq et demande à toutes les autorités responsables de respecter le droit légitime des journalistes et de leurs équipes à mener à bien leur importante mission ».

L’UNESCO est la seule agence des Nations Unies qui a un mandat pour défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. L’article 1 de son Acte constitutif déclare que l’Organisation se propose «d'assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». Pour y parvenir l’Organisation doit favoriser « la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses et recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image…»






Source Communiqué de presse N°2005-13
Auteur(s) UNESCOPRESSE


 ID: 24902 | guest (Lire) Mise à jour: 31-01-2005 3:58 pm | © 2003 - UNESCO - Contact