Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture
Où en sont les récifs coralliens dans le monde? Présentation à l'UNESCO du bilan 2004

La version 2004 du Status of Coral Reefs of the World (Etat des récifs coralliens dans le monde, 580 pages), préparée par 240 experts de 96 pays, sera présentée le 9 décembre à l’UNESCO (Restaurant, 7e étage, 18 à 19h) en présence de Patricio Bernal, Secrétaire exécutif de la Commission océanographique intergouvernementale (COI) de l’UNESCO, de Clive Wilkinson, coordinateur du Réseau global de contrôle des récifs coralliens (GCRMN) et éditeur de l’étude 2004, de Corinne Etaix, Directrice adjointe de la nature et des paysages au ministère français de l’Ecologie et du Développement durable, ainsi que de différents partenaires.



Cette nouvelle édition du Status of Coral Reefs of the World fait le point sur la situation des récifs coralliens dans le monde entier. Essentiels pour la bio-diversité, ils représentent aussi une ressource fondamentale pour l’homme : rien qu’en Asie, un milliard d’êtres humains y puisent les ressources de leur alimentation. L’étude a été lancée à Washington (Etats-Unis) le 6 décembre et est accessible sur le site www.aims.gov.au.

Selon le document : 20% des récifs du monde ont été détruits et ne montrent aucun signe de récupération ; 50 % des 16% de récifs endommagés par les phénomènes de blanchissement et mortalité des coraux en 1998 ont totalement récupéré ou sont en cours de récupération ; 24% des récifs coralliens du monde sont actuellement en grave danger de destruction du fait de l’impact des activités humaines et 26% supplémentaires risquent d’être en danger dans l’avenir.

Pour le document, les principales menaces pour les récifs coralliens relèvent du changement climatique (blanchissement des coraux, élévation du niveau de CO2, maladies et multiplication des prédateurs, telle que l’étoile de mer épineuse "coussin de belle-mère"), des pressions exercées directement par l’homme (sur-pêche et méthodes de pêche destructives ; sédiments liés à la déforestation ; rejets d’engrais et de produits chimiques utilisés par l’agriculture ; urbanisation des côtes) et de la dimension humaine de façon plus générale (pauvreté croissante et démographie ; manque de moyens de gestion de certains pays ; faible volonté politique).

Le Sommet mondial sur le développement durable (Johannesburg 2002) avait préconisé la création de réseaux de réserves marines pour protéger la biodiversité des récifs coralliens. De nombreux partenariats se sont mis en place. Des programmes ont vu ou voient le jour : CORDIO pour l’Océan Indien (Suède et Banque mondiale), associé depuis peu à l’Asie du sud (IUCN) ; AFD-CRISP pour le Pacifique sud (Agence française de développement) ; PEMSEA pour l’Asie de l’est et du sud est (douze gouvernements).


Les journalistes souhaitant assister au lancement doivent demander leur accréditation auprès de la Section des relations avec la presse de l’UNESCO : tél. +33 (0)1 45 68 17 48 / i.le-fournis@unesco.org



 
Auteur(s) UNESCOPRESSE
Source Avis aux médias No 2004 - 88
Generic Field
russe
Contact éditorial : Section des relations avec la presse de l’UNESCO : tél. +33 (0)1 45 68 17 48
- Email i.le-fournis@unesco.org
Date de publication 07 Dec 2004
© UNESCO 1995-2007 - ID: 24007