Accueil - Services Média
UNESCOPRESSE
Communiqués de presse
Avis aux médias
A voir
Photobanque
Calendrier des événements
Relations presse

Porte-parole du DG
Flash Info
Courrier de l'UNESCO
Evénements culturels
Publications UNESCO
Services d' information
Documents UNESCO
Nations Unies
- Centre de nouvelles ONU
- Sites web du système

Version imprimable
Les médias peuvent utiliser et reproduire librement les materiaux publiés sous le nom UNESCOPRESSE

UNESCO
UNESCOPRESSE
7, Place de Fontenoy
75352 PARIS 07 SP, France

 

Contribuer au débat démocratique.  
MINEPS IV: Une nouvelle étape vers une convention contre le dopage
Contact éditorial : Jasmina Sopova: Bureau de l’information du public, Section des relations avec la presse. Portable : + 33 (0)6 14 69 53 72 - Email

30-11-2004 1:00 pm Le dopage, l’éducation physique et les femmes dans le sport sont les principaux thèmes de la Quatrième conférence internationale des ministres et hauts fonctionnaires responsables de l’éducation physique et du sport (MINEPS IV), qui se tiendra à Athènes, du 6 au 8 décembre, à l'invitation du Gouvernement grec. Des participants d’environ 70 pays y sont attendus.

Adolf Ogi, Conseiller spécial du Secrétaire des Nations Unies pour le sport, Jacques Rogge, président du Comité international olympique et Richard W. Pound, Président de l’Agence mondiale antidopage (AMA), Jenõ Kamuti, Président du Comité international pour le fair-play et Phil Craven, Président du Comité international paralympique, ouvriront la Conférence avec le Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura.

L’avant-projet de convention internationale de lutte contre le dopage dans le sport*, sera examiné par la Commission I de la Conférence. Il s’agit du premier texte relatif au dopage qui soit à la fois de portée universelle et à caractère contraignant. Selon Koïchiro Matsuura, « plus qu’un instrument répressif, ce texte devra accorder la place qu’elles méritent à l’éducation et à l’information […] sur les méfaits du dopage, tant sur le plan physique qu’éthique ».

Quel mécanisme de suivi pour la Convention ? Comment sera-t-il financé ? Comment coexisteront la nouvelle convention et les instruments internationaux existants** ? Faut-il retenir, modifier ou supprimer les articles 35 (relatif aux Etats qui ont un régime constitutionnel fédéral) et 38 (sur les restrictions territoriales) ? Telles sont les questions principales qu’aborderont les participants.

L’idée d’élaborer ce nouvel instrument juridique a été lancée lors de la Table ronde ministérielle qui a réuni, au siège de l’UNESCO (janvier 2003), 360 participants de 103 pays. Un texte a été élaboré lors de deux réunions intergouvernementales (janvier et mai 2004). Des observations exprimées au cours de MINEPS IV y seront intégrées lors d’une réunion prévue à Paris du 10 au 15 janvier 2005. Le texte sera ensuite soumis à la 33e session de la Conférence générale de l’UNESCO (octobre 2005), en vue de son adoption avant les Jeux Olympiques d’hiver de 2006 (Turin, Italie).

La Commission II travaillera sur la Stratégie pour le renforcement de l’éducation physique et le sport dans les systèmes éducatifs. De nombreuses études ont montré que l’augmentation des heures d’éducation physique au détriment des « disciplines intellectuelles » n’aboutit pas à une baisse, mais à une amélioration des performances des élèves. Des enfants qui se livrent à 5 heures d’activité physique par semaine ont des résultats sensiblement meilleurs que ceux qui n’ont que 40 minutes d’activité physique par semaine***. Pourtant, à l’échelle mondiale, moins du tiers des pays disposent d’équipements appropriés et les programmes d’éducation physique sont largement délaissés au profit d’autres disciplines****.

La dévalorisation de l’éducation physique en tant que discipline scolaire, la désuétude de ses modèles, les politiques sportives trop axées sur la formation d’une élite-vitrine de la nation, sont autant de sujets qui devront inciter les participants de MINEPS IV à proposer des mesures de promotion du sport à l’école et en dehors de ses murs.

Le sport et la femme est le thème de la Commission III. Depuis l’Antiquité, les femmes sont victimes de discrimination en matière de sport. Dans la Grèce antique, elles n’avaient même pas le droit d’assister aux Jeux olympiques. Elles ont dû attendre 1900 pour y participer.

Aujourd’hui, bien que la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination envers les femmes (1979) compte 179 Etats parties, la présence des femmes dans le monde du sport est très inégale d’une région à l’autre.

Le sport ne figure pas dans la Déclaration universelle des droits de l’homme. La reconnaissance du droit au sport par le biais d’un nouvel instrument normatif pourrait être discutée au cours de MINEPS IV.

La préparation de l’Année internationale du sport et de l’éducation physique occupera certainement une place prépondérante durant MINEPS IV. Proclamée par l’Assemblée générale des Nations Unies (3 novembre 2003), l’année 2005 sera l’occasion de promouvoir le sport pour tous et les valeurs éthiques qui lui sont inhérentes.


* Le texte est disponible à l’adresse suivante : www.unesco.org/education/adoping/fr

** Principalement: Charte européenne contre le dopage dans le sport (1984) ; Charte internationale olympique (1988), Convention contre le dopage adoptée, Conseil de l’Europe (1989), Code antidopage, Conseil des Communautés européennes (1992), Code mondial antidopage, Agence mondiale antidopage (2003).

*** Forum mondial sur l’activité physique et le sport, Québec, 1995 (www.unesco.org/quebec/fsport.htm)

**** Sommet mondial de l’éducation physique et du sport, Berlin, 1999






Source Communiqué de Presse No 2004 - 112
Auteur(s) UNESCOPRESSE


 ID: 23879 | guest (Lire) Mise à jour: 10-12-2004 11:05 am | © 2003 - UNESCO - Contact