Accueil - Services Média
UNESCOPRESSE
Communiqués de presse
Avis aux médias
A voir
Photobanque
Calendrier des événements
Relations presse

Porte-parole du DG
Flash Info
Courrier de l'UNESCO
Evénements culturels
Publications UNESCO
Services d' information
Documents UNESCO
Nations Unies
- Centre de nouvelles ONU
- Sites web du système

Version imprimable
Les médias peuvent utiliser et reproduire librement les materiaux publiés sous le nom UNESCOPRESSE

UNESCO
UNESCOPRESSE
7, Place de Fontenoy
75352 PARIS 07 SP, France

 

Contribuer au débat démocratique.  
La 47e session de la Conférence internationale de l'éducation s'achève à Genève
Contact éditorial :
  • Sue Williams: Service des relations avec la presse, Tél. : +33 (0)1 45 68 17 06 – s.williams@unesco.org
  • Luis Vazquez: Bureau international de l’Education, Genève. Tél. : +41 (22) 817 78 27 - Email
  • 13-09-2004 3:30 pm Genève - Les Délégués de plus de 135 pays participant à la 47e session de la Conférence internationale de l’éducation ont identifié un faisceau d’actions prioritaires destinées à améliorer la qualité de l’éducation de tous les jeunes - thème de la conférence - , et ont appelé à la mobilisation de tous les partenaires en vue d’atteindre cet objectif.
    L’éducation de qualité de tous les jeunes : défis, tendances et priorités était le thème de cette session de la conférence, organisée périodiquement par le Bureau international de l’éducation de l’UNESCO à Genève.

    Un « message » adopté par les participants lors de la clôture de la conférence, samedi 11 septembre, a réaffirmé « l’importance capitale de l’éducation dans [les] politiques nationales de développement ». Le message a souligné la nécessité d’aider les jeunes à « affronter un monde de plus en plus difficile, marqué en particulier par les défis d’humaniser la mondialisation, par le rôle important de l’information et de la connaissance comme facteurs de production et de développement, par l’augmentation des mouvements de population, par la fragilisation et la marginalisation de nombreux groupes sociaux, ainsi que par l’aggravation des inégalités et de la pauvreté, à l’intérieur des pays et dans le monde ».

    Pour les participants, y parvenir et donner l’éducation la plus appropriée dans ce monde qui change rapidement et qui est imprévisible, nécessite de s’attaquer à plusieurs défis importants, le moindre n’étant pas le nombre impressionnant de jeunes concernés.

    Le monde est confronté à la plus grande génération de jeunes jamais connue, avec plus d’un milliard de personnes âgés de 12 à 20 ans. En 2020, 87 % des jeunes du monde vivront dans les pays en développement, où aujourd’hui ils sont déjà majoritaires. Même si la scolarisation au niveau secondaire a été multipliée par dix dans le monde au cours des 50 dernières années, un grand nombre de jeunes – particulièrement des filles – n’ont toujours pas la chance de finir l’école primaire.

    Dans de nombreux pays, ont souligné les participants, « les besoins éducatifs des jeunes ne constituent pas toujours une priorité, pour des raisons économiques, culturelles et sociales » et la mobilisation d’alliances effectives pour une éducation de qualité « n’est pas suffisante parmi les étudiants, les enseignants, les parents, les communautés, la société civile, les médias, les entreprises, la communauté dans son ensemble et les autres acteurs impliqués ».

    Parmi les actions prioritaires identifiées par les délégués figurent : l’augmentation de l’accès et l’équité pour tous les jeunes grâce à l’utilisation accrue des technologies de l’information et de la communication ; l’amélioration de la façon d’innover et de créer, incluant la réforme des modes de transmission de l’éducation ; une action résolue en vue de compenser l’inégalité des sexes ; la reconnaissance de l’importance des enseignants et des formateurs ; l’accroissement de la recherche ; une amélioration de l’utilisation des ressources ainsi que de meilleurs partenariats.

    L’éducation de qualité aujourd’hui, a conclu le Directeur général de l’UNESCO Koïchiro Matsuura, à la cérémonie de clôture, doit « aider les jeunes à acquérir les attitudes et les compétences de ce qui pourrait être appelé l’ "esprit démocratique". Dans un tel esprit s’inscrivent des valeurs stables et pérennes comme la tolérance, la solidarité, la compréhension mutuelle et le respect des droits de l’homme […], cet esprit a besoin d’être souple et adaptable, capable d’analyser et de comprendre des perspectives différentes mais aussi de pouvoir construire et reconstruire une vision cohérente. De tels états d’esprit ne peuvent être générés par des approches traditionnelles centrées sur un contenu purement académique et des méthodes d’enseignement rigides ».

    La Première Dame du Qatar, Son Excellence Sheikha Mozah Bint Nasser Al Missned, Envoyée spéciale de l’UNESCO pour l’éducation de base et supérieure, a également participé à la cérémonie de clôture de la conférence.

    « Il est clair », a déclaré la Première Dame du Qatar, « que l’éducation de qualité implique tous les secteurs de la société, pas seulement le secteur éducatif, et que les institutions éducatives de qualité ne peuvent naître que d’une culture de la qualité. Cette culture doit être enracinée fermement dans les valeurs, les croyances et les comportements de nos citoyens ».


    Pour plus d’information sur le travail de la conférence et le texte complet du Message de la 47e session, consulter : www.ibe.unesco.org






    Source Communiqué de Presse No 2004 - 86
    Auteur(s) UNESCOPRESSE


     ID: 22713 | guest (Lire) Mise à jour: 13-10-2004 8:41 am | © 2003 - UNESCO - Contact