Accueil - Services Média
UNESCOPRESSE
Communiqués de presse
Avis aux médias
A voir
Photobanque
Calendrier des événements
Relations presse

Porte-parole du DG
Flash Info
Courrier de l'UNESCO
Evénements culturels
Publications UNESCO
Services d' information
Documents UNESCO
Nations Unies
- Centre de nouvelles ONU
- Sites web du système

Version imprimable
Les médias peuvent utiliser et reproduire librement les materiaux publiés sous le nom UNESCOPRESSE

UNESCO
UNESCOPRESSE
7, Place de Fontenoy
75352 PARIS 07 SP, France

 

Contribuer au débat démocratique.  
Le Directeur général condamne le meurtre du journaliste méxicain Francisco Javier Ortiz Franco

25-06-2004 11:25 pm Le Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura, a condamné aujourd’hui le meurtre de Francisco Javier Ortiz Franco, co-rédacteur en chef de l’hebdomadaire Zeta, le 22 juin à Tijuana, Baja California, au Mexique.

« Je condamne le meurtre de M. Ortiz Franco, le deuxième journaliste de Zeta tué de sang froid. M. Ortiz Franco était l’un des fondateurs de Zeta, qui était reconnu pour son indépendance et la qualité de ses enquêtes, illustrant la contribution essentielle des médias libres à la démocratie ».

L’assassinat de Francisco Javier Ortiz Franco constitue la troisième attaque contre des journalistes de l’hebdomadaire de Tijuana au cours de ces dernières années. L’un de ses fondateurs, Héctor Félix Miranda, a été assassiné en avril 1988 et l’éditeur du journal, J. Jesús Blancornelas, a été blessé en 1997 lors d’une tentative d’assassinat au cours de laquelle son garde du corps a été tué.

M. Blancornelas a reçu le Prix mondial UNESCO/Guillermo Cano pour la liberté de la presse en 1999 pour ses reportages sur le trafic de drogue et la corruption, thèmes abordés également dans les articles d’Ortiz Franco.

Roberto Javier Mora García a été tué en mars de cette année après avoir publié des articles sur le même sujet dans El Mañana, quotidien édité à Nuevo Laredo, au Nord-Est du Mexique, dont il était le rédacteur en chef.

Selon le Comité pour la protection des journalistes (CPJ), sept journalistes ont été assassinés en Amérique latine en 2003, nombre d’entre eux en raison d’enquêtes sur le trafic de drogue et la corruption.


L’UNESCO est la seule agence des Nations Unies qui a un mandat pour défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. L’article 1 de son Acte constitutif déclare que l’Organisation se propose «d'assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». Pour y parvenir l’Organisation doit favoriser « la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses et recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image…»






Source Communiqué de presse N°2004 - 55
Auteur(s) UNESCOPRESSE


 ID: 21346 | guest (Lire) Mise à jour: 25-06-2004 9:27 am | © 2003 - UNESCO - Contact