Accueil - Services Média
UNESCOPRESSE
Communiqués de presse
Avis aux médias
A voir
Photobanque
Calendrier des événements
Relations presse

Porte-parole du DG
Flash Info
Courrier de l'UNESCO
Evénements culturels
Publications UNESCO
Services d' information
Documents UNESCO
Nations Unies
- Centre de nouvelles ONU
- Sites web du système

Version imprimable
Les médias peuvent utiliser et reproduire librement les materiaux publiés sous le nom UNESCOPRESSE

UNESCO
UNESCOPRESSE
7, Place de Fontenoy
75352 PARIS 07 SP, France

 

Contribuer au débat démocratique.  
Le Directeur général de l'UNESCO condamne le meurtre du dirigeant d'une radio des Philippines Ely Binoya

23-06-2004 4:30 am Le Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura, a condamné aujourd’hui le meurtre du directeur de radio Ely Binoya, à General Santos City, au Sud des Philippines, le 17 juin.

« Je condamne l’assassinat de M. Binoya », a déclaré le Directeur général. « Avoir recours à une arme à feu pour faire taire les médias est une attaque contre la démocratie qui repose sur le débat public et la diversité des sources d’informations et des analyses ».

Koïchiro Matsuura a poursuivi : « Je suis très préoccupé par ce meurtre et par le grand nombre de journalistes tués aux Philippines au cours des années récentes. Mais je suis réconforté par l’engagement des autorités des Philippines d’enquêter sur ces meurtres et j’espère que le succès de ces enquêtes améliorera la sécurité des professionnels des médias déterminés à exercer leur métier ».

Le producteur et directeur de Radio Natin, Ely Binoya, a été abattu par deux tueurs sur le trajet entre la radio et son domicile. Il était connu comme un commentateur à la dent dure qui critiquait souvent les hommes politiques. Ely Binoya est le second animateur de radio à être tué aux Philippines cette année. Ruel Endrinal, de Radio DZRC, à Legazpi, dans la province d’Albay, a été abattu le 11 février dernier.

Selon la South East Asian Press Aliance (SEAPA), 44 journalistes ont été assassinés aux Philippines depuis 1986, année où la démocratie a été rétablie dans le pays et des dizaines d’autres ont été blessés pendant la même période. L’année dernière a été la pire année pour les médias des Philippines depuis la fin de la loi martiale, avec sept journalistes tués, selon cette organisation. La plupart ont été tués après avoir enquêté sur la corruption.

Le 18 juin, 28 organisations participant à la Réunion générale du réseau international pour la liberté d’expression, IFEX – qui est soutenu par l’UNESCO – ont émis une protestation contre les attaques répétées contre les journalistes aux Philippines*.


L’UNESCO est la seule agence des Nations Unies qui a un mandat pour défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. L’article 1 de son Acte constitutif déclare que l’Organisation se propose «d'assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». Pour y parvenir l’Organisation doit favoriser « la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses et recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image…»

* voir : http://www.ifex.org/






Source Communiqué de presse N°2004 - 54
Auteur(s) UNESCOPRESSE


 ID: 21274 | guest (Lire) Mise à jour: 29-07-2004 9:47 am | © 2003 - UNESCO - Contact