Accueil - Services Média
UNESCOPRESSE
Communiqués de presse
Avis aux médias
A voir
Photobanque
Calendrier des événements
Relations presse

Porte-parole du DG
Flash Info
Courrier de l'UNESCO
Evénements culturels
Publications UNESCO
Services d' information
Documents UNESCO
Nations Unies
- Centre de nouvelles ONU
- Sites web du système

Version imprimable
Les médias peuvent utiliser et reproduire librement les materiaux publiés sous le nom UNESCOPRESSE

UNESCO
UNESCOPRESSE
7, Place de Fontenoy
75352 PARIS 07 SP, France

 

Contribuer au débat démocratique.  
Esclaves oubliés : Un nouveau programme lancé à l'UNESCO
Contact éditorial : Jasmina Sopova, Bureau de l’Information du Public, Section des relations avec la presse. Tél: +33 (0)1 45 68 17 17 - Email

23-04-2004 6:15 pm « Esclaves oubliés », un nouveau programme de recherche et d’information du Groupe de recherche en archéologie navale (GRAN, France), soutenu par l’UNESCO, vient d’être lancé au siège de l’Organisation. Ce projet, qui s’inscrit dans le cadre de l’Année internationale de commémoration de la lutte contre l’esclavage et de son abolition (2004) et du programme de l’UNESCO La Route de l’esclave, a été inspiré par le naufrage du négrier L’Utile sur l’île de Tromelin (océan Indien), en 1761.

L’Utile, une flûte de la Compagnie française des Indes Orientales, partie de Bayonne pour les Mascareignes le 17 novembre 1760, fait naufrage le 31 juillet 1761 sur l’île de Sable (actuellement Tromelin), alors qu’elle transporte des esclaves provenant de Madagascar et destinés à l’île de France (Maurice).

L’équipage construit alors une embarcation de fortune et laisse 60 esclaves sur l’île, en leur promettant de venir les rechercher. Cette promesse ne fut jamais tenue et ce n’est que quinze ans plus tard, le 29 novembre 1776, que le chevalier de Tromelin, commandant la corvette La Dauphine, récupérera huit esclaves survivants : sept femmes et un enfant de huit mois.

Ce programme est destiné :
- à effectuer des recherches historiques et archéologiques ayant pour objectif d’élucider tous les aspects de cette terrible histoire, qui est représentative de la traite des esclaves en général et de celle pratiquée dans l’océan Indien en particulier ;

- à servir de support à une communication dirigée vers les médias, le grand public et les écoles pour les sensibiliser aux problèmes de l’esclavage aussi bien pour ce qui concerne son histoire et ses conséquences, que ses formes modernes.

L’opération a été confiée au Groupe de Recherche en Archéologie Navale (GRAN, France), association partenaire du projet UNESCO, La Route de l’esclave.

Une équipe de chercheurs en France métropolitaine, à la Réunion et à Madagascar, s’est fixé comme objectif de retracer la trajectoire de ces esclaves et d’élucider les conditions de la survie extraordinaire des quelques rescapés restés pendant 15 ans sur un îlot désertique sans aucun contact avec l’extérieur. Des recherches généalogiques sont également en cours pour essayer de retrouver les descendants des protagonistes (esclaves et marins) de cette histoire.

Une prospection avec sondage archéologiques aussi bien sous-marine que terrestre, sera réalisée dès cette année. L’opération a reçu le soutien du Ministère français de la Défense et de Météo-France, qui entretient une station météorologique habitée à Tromelin et pourra apporter une aide logistique et météorologique aux personnes chargées de cette prospection pendant leur séjour sur l'île. ».

Le troisième volet de ce projet consiste à mettre sur pied un système de communication associant écoles et collèges à travers le site Internet du GRAN (www.archéonavale.org), en utilisant un logiciel de gestion et de hiérarchisation des partenaires qui permet la rédaction aisée de texte illustrés et leur validation. En outre, le GRAN publiera en ligne un journal bilingue (français – anglais). Sa diffusion sera quotidienne pendant les opérations de terrain.

Outre l’UNESCO qui a déjà financé des recherches historiques, les collectivités territoriales de la Réunion (département et région) ont manifesté leur intérêt et accepté le principe d’un financement du projet.

L’Unité Mixte de Service (Sorbonne – CNRS – Musée de la Marine) Histoire et archéologie maritime parrainent également ce projet auquel participent en outre Météo France, l’Université de la Réunion, le Musée de la Compagnie des Indes de Lorient, l’association nantaise : « Les anneaux de la Mémoire » et l’Association Réunionnaise « La Confrérie des gens de la mer ».

Pour plus d’informations sur le GRAN : : www.archeonavale.org

La partie du site consacrée au projet pourra provisoirement être consultée à l’adresse : www.archeonavale.org/Tromelin






Source Communiqué de Presse No 2004 - 36
Auteur(s) UNESCOPRESSE


 ID: 20107 | guest (Lire) Mise à jour: 24-01-2005 2:14 pm | © 2003 - UNESCO - Contact