Accueil - Services Média
UNESCOPRESSE
Communiqués de presse
Avis aux médias
A voir
Photobanque
Calendrier des événements
Relations presse

Porte-parole du DG
Flash Info
Courrier de l'UNESCO
Evénements culturels
Publications UNESCO
Services d' information
Documents UNESCO
Nations Unies
- Centre de nouvelles ONU
- Sites web du système

Version imprimable
Les médias peuvent utiliser et reproduire librement les materiaux publiés sous le nom UNESCOPRESSE

UNESCO
UNESCOPRESSE
7, Place de Fontenoy
75352 PARIS 07 SP, France

 

Contribuer au débat démocratique.  
L'Oréal et l'UNESCO: faire avancer les femmes de science à travers le monde
Des prix et des bourses pour les femmes et la science 2004
Contact éditorial :
  • Agence de Rel. de Presse: RUDER FINN, Mai TRAN/Frédérique IMPENNATI. Tél.: +33 (0)1 56 81 15 00 , mtran@ruderfinn.fr - fimpennati@ruderfinn.fr
  • L’ORÉAL: Dir. des Partenariats et du Mécénat. Tél.: + 33 (0)1 47 56 42 55, Fwis-infos@dgc.loreal.com
  • UNESCO: Ser. de Presse. Tél: +33 (0)1 45 68 17 48, fax: +33 (0)1 45 68 56 52 www.unesco.org
  • L’ORÉAL: Ser. de Presse. Tél: +33 (0)1 47 56 41 95, press@loreal.com
  • 08-03-2004 9:30 am Cinq remarquables chercheuses d’envergure internationale sont nommées Lauréates L’ORÉAL-UNESCO en reconnaissance de leur contribution scientifique. Quinze jeunes femmes du monde entier, au talent prometteur et futurs leaders de la recherche, reçoivent une Bourse pour conduire des projets de recherche.
    L’ORÉAL et UNESCO ont annoncé aujourd'hui les noms des cinq Lauréates, une par continent, et des quinze Boursières qui recevront les Prix et Bourses 2004 POUR LES FEMMES ET LA SCIENCE cette semaine à Paris.

    Le partenariat L’ORÉAL-UNESCO POUR LES FEMMES ET LA SCIENCE, aujourd’hui dans sa sixième édition, est un exemple unique de partenariat entre une institution intergouvernementale et une entreprise privée en vue de récompenser des chercheuses pour leurs travaux d'exception et de mettre en lumière les femmes de science en général. Depuis la création du programme en 1998, 91 femmes de science de 45 pays ont vu reconnaître leurs découvertes ou ont été encouragées à poursuivre leurs carrières scientifiques.

    Les Lauréates des Prix 2004 L’ORÉAL-UNESCO, qui travaillent dans tous les domaines des Sciences de la Vie, de la biologie cellulaire à l'immunologie et à la prévention des maladies, ont été choisies pour leurs travaux innovants et leurs contributions aux progrès de la science. Les Lauréates reçoivent chacune 100 000 dollars.

    Les candidates aux Prix L’ORÉAL-UNESCO ont été nominées par plus de 800 scientifiques des quatre coins du monde. Les Lauréates 2004 ont été sélectionnées par un jury international de 15 éminents membres de la communauté scientifique mondiale, présidés par Christian de Duve, Prix Nobel de Médecine et Président Fondateur des Prix.

    Cette année, les Lauréates, une par continent, auteurs de découvertes scientifiques aussi diverses que les cellules-T, la productivité agricole, les neurosciences, la génétique ou les maladies parasitaires sont :
  • Afrique – Jennifer Thomson (Afrique du Sud) : « Pour le développement de plantes transgéniques résistantes aux infections virales, à la sécheresse, et à d'autres risques ».
  • Amérique latine – Lucia Mendonça Previato (Brésil) : « Pour avoir fait progresser la compréhension, le traitement et la prévention de la maladie de Chagas ».
  • Amérique du Nord – Philippa Marrack (Etats-Unis) : « Pour la caractérisation des fonctions des lymphocytes T dans l'immunité et pour la découverte des superantigènes ».
  • Asie / Pacifique – Nancy Ip (Chine) : « Pour ses découvertes concernant le contrôle moléculaire de la croissance, de la différenciation et de la formation des synapses dans le système nerveux ».
  • Europe – Christine Petit (France) : « Pour avoir élucidé les bases moléculaires et cellulaires de la surdité et d'autres déficits sensoriels héréditaires, chez l’homme »

    Un déséquilibre de longue date existe entre hommes et femmes dans la recherche scientifique. Non seulement les femmes restent sous-représentées dans les professions scientifiques, mais celles qui réussissent à faire carrière dans les sciences bénéficient de moins de soutien et ont moins d'occasions d'évolution de carrière que leurs pairs masculins, ce qui peut entrainer une grande perte de valeur pour la société civile.

    - Selon le Rapport Greenfield 2002 (commandé par le gouvernement britannique), dans tous les pays, les femmes détiennent moins de 10 % des postes scientifiques élevés.
    - En 2000, un groupe d'experts de la Commission Européenne, le groupe ETAN sur les Femmes et la Science, a annoncé que, dans six Etats membres, moins de 7 % des professeurs titulaires en science étaient des femmes, que la proportion de femmes occupant des postes scientifiques élevés restait très faible, et que moins de 5 % des membres de sociétés savantes sont des femmes.
    - Un autre rapport de la Commission Européenne souligne cette année qu'au sein de l'Union Européenne, bien que près de 40 % des doctorats soient obtenus par des femmes (et même davantage en sciences du vivant), seulement 15 % des chercheurs de l'industrie européenne sont des femmes.

    Cette situation est confirmée par de nouvelles données, fournies par l’Institut de statistique de l’UNESCO (basé à Montréal, Canada), qui comparent la proportion de femmes diplômées (licence, maîtrise, doctorat) en sciences et technologies (S&T) dans quelque 70 pays. Ainsi, au Japon, 18 % des docteurs en S&T sont des femmes et ce chiffre tombe à 15 % en Nouvelle-Zélande alors qu’il passe à 38 % en Turquie. Bien que ces faibles pourcentages constituent la norme, il y a quelques exceptions, particulièrement en Amérique latine où les femmes représentent 60 % des docteurs en S&T à El Salvador et 59 % en Argentine. (http://unesdoc.unesco.org/images/0011/001181/118131fo.pdf)

    En même temps que les Prix sont annoncées les 15 Bourses UNESCO-L’ORÉAL. Chaque Boursière, au niveau doctorant ou post-doctorant, reçoit 20 000 dollars, pour l’ aider à poursuivre son projet de recherche dans de grands laboratoires du monde entier.

    Les Bourses UNESCO-L’ORÉAL permettent à de jeunes scientifiques de poursuivre leurs recherches dans un laboratoire hors de leur pays. En 2004, les quinze boursières (trois par régions : Afrique, Etats Arabes, Asie & le Pacifique, Europe & Amérique du Nord et Amérique Latine & les Caraïbes) ont été choisies par le Comité de Sélection des Bourses, à Paris, parmi les candidates proposées par les Commissions Nationales de l'UNESCO.

    Afrique
    Maurice : Bibi Rehana Jauhangeer – Microbiologie moléculaire
    Nigeria : Maryam Aminu – Virologie
    Tanzanie : Blandina Lugendo – Biologie marine

    Amérique Latine & les Caraïbes
    Argentine : María Laura Guichón – Écologie
    Mexique : Rosa Estela Navarro – Biologie du développement
    Venezuela : Maria Teresa Abreu – Biologie cellulaire

    Asie & le Pacifique
    Indonésie : Ines Atmosukarto – Microbiologie
    Nouvelle-Zélande : Diana Webster – Science médicale
    Pakistan : Farzana Shaheen – Chimie

    États Arabes
    Liban : Ghinwa Naja – Physique Chimie
    Syrie : Mouna Al-Sabbagh – Biotechnologie
    Yémen : Salwa Hamid Al Khayat – Biologie/Microbiologie

    Europe & Amérique du Nord
    Croatie : Silvia Bilokapic – Biologie moléculaire
    Roumanie : Elena Luminita Bradatan – Médecine/Oncologie
    Turquie : Semra Aygün – Biologie moléculaire


    Outre les Lauréates et les Boursières, le programme POUR LES FEMMES ET LA SCIENCE est actif tout au long de l'année. Dans le monde entier, les filiales de L’ORÉAL en collaboration avec les Commissions Nationales de l’UNESCO ont mis en place des initiatives nationales qui prolongent le partenariat : bourses nationales pour des femmes scientifiques, programmes d'éducation ou de tutorat pour amener des jeunes filles vers les carrières scientifiques, ainsi que des conférences et séminaires.




    L’ORÉAL est le n°1 mondial de la cosmétique, présent dans 130 pays du monde. Quelque 2900 personnes travaillent dans les quatorze centres de recherche de L’ORÉAL, implantés en France, en Asie et en Amérique, qui déposent chaque année plus de 500 demandes de brevet. Cinquante-cinq pour cent des effectifs de la recherche sont des femmes, pourcentage inégalé partout ailleurs dans l'industrie. www.loreal.com



    Depuis sa création en 1945, l'UNESCO s’est consacrée à l’élimination de toute forme de discrimination et à la promotion de l’égalité entre les hommes et les femmes. Tout en concevant des programmes d’éducation scientifique - à l’école et en dehors de l’école -destinés spécialement aux filles, l’UNESCO a mis en place toute une série de réseaux et de chaires académiques reliant les femmes de science du monde entier. L’Organisation développe aussi de nouveaux indicateurs visant à mesurer l’accès des femmes à la formation scientifique et à aider au développement de politiques appropriées dans ses 190 Etats membres. (www.unesco.org/science/women).

    Pour plus d'informations ou pour organiser des interviews avec les Lauréates et les Boursières de cette année, veuillez contacter : www.forwomeninscience.com






  • Source Communiqué de Presse No 2004 - 20
    Auteur(s) UNESCOPRESSE


     ID: 19025 | guest (Lire) Mise à jour: 09-03-2004 11:57 am | © 2003 - UNESCO - Contact