Accueil - Services Média
UNESCOPRESSE
Communiqués de presse
Avis aux médias
A voir
Photobanque
Calendrier des événements
Relations presse

Porte-parole du DG
Flash Info
Courrier de l'UNESCO
Evénements culturels
Publications UNESCO
Services d' information
Documents UNESCO
Nations Unies
- Centre de nouvelles ONU
- Sites web du système

Version imprimable
Les médias peuvent utiliser et reproduire librement les materiaux publiés sous le nom UNESCOPRESSE

UNESCO
UNESCOPRESSE
7, Place de Fontenoy
75352 PARIS 07 SP, France

 

Contribuer au débat démocratique.  
L'UNESCO plaide pour le liberté d'expression au Sommet mondial sur la société de l'information
Contact éditorial : Roni Amelan, Bureau de l’information du public de l’UNESCO, Section éditoriale. Tél. : +33 (0)6 14 69 53 72 – Email: r.amelan@unesco.org
  • Isabelle Le Fournis, Bureau de l’information du public de l’UNESCO, Section éditoriale. Tél. : +33 (0)6 14 69 54 98 - Email
  • 05-12-2003 5:30 pm L’UNESCO va se faire l’avocat de la liberté d’expression au Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI, Genève, 10-12 décembre). L’Organisation fera tout pour que ce droit fondamental, inscrit dans l’article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’homme et dans le premier article de l’Acte constitutif de l’UNESCO, soit inclus dans la Déclaration de principes et le Plan d’action qui doivent être adoptés à la clôture de ce sommet sur les technologies de l’information et de la communication (TIC).

    Dans un discours aux représentants des Etats membres de l’Organisation le 21 novembre dernier, le Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura, a déclaré que le Sommet ne pourrait tenir ses promesses que si « une condition préalable indispensable est atteinte : l’assurance sans ambiguïté que la liberté d’expression est reconnue comme un principe fondamental sous-tendant et alimentant le développement de la société de l’information ».

    La liberté d’expression sous-tend les trois autres principes que l’UNESCO promeut au Sommet pour que les TIC soient au service des objectifs internationaux de développement, notamment du combat contre la pauvreté. Ces principes sont : l’accès égal à l’éducation ; l’accès universel à l’information, y compris celle du domaine public ; la préservation et la promotion de la diversité culturelle, multilinguisme inclus.

    Du point de vue de l’UNESCO, le développement de la société de l’information doit conduire à la création de différentes sociétés du savoir, un concept fondé sur une vision plus globale et plus ancrée dans l’humain du potentiel des TIC à améliorer le développement, comme le Directeur général l’a souligné dans son discours du 21 novembre. Le Sommet, a-t-il déclaré, « se donne pour objectif de traiter, en premier lieu, les dimensions sociales, politiques, culturelles et institutionnelles du changement. Il offre en effet l’opportunité d’établir un agenda politique plus riche, qui prendrait en compte des préoccupations intellectuelles et éthiques relevant de questions telles que l’inclusion sociale, la jeunesse, l’égalité des sexes, la diversité culturelle, les droits de l’homme et le dialogue interculturel ».

    Il a souligné cependant : « Il est vain de parler d’une société de l’information, et à plus forte raison de sociétés du savoir, si on n’assure pas un accès gratuit et libre à l’information et au savoir sous toutes leurs formes et sur tous les supports ».

    L’UNESCO organise une série d’événements pour plaider en faveur de sa vision des sociétés du savoir au Sommet. Un Colloque de haut niveau – Construire les sociétés du savoir : de la vision à l’action - réunira des intellectuels de renommée mondiale et des leaders politiques pour discuter les principes de base des sociétés du savoir.

    Le Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura, inaugurera le colloque le 9 décembre (15h), en présence d’Adama Samassékou, Président du Comité préparatoire du SMSI, qui a décrit le colloque comme un appel aux leaders mondiaux à tout faire pour que les dimensions culturelles, éthiques et intellectuelles soient les pivots du Sommet.

    Les experts et intellectuels qui prendront part au colloque sont : l’économiste et sociologue Gary Becker, Prix Nobel d’économie ; Monkombu S. Swaminathan, Président de la Fondation de recherche M.S. Swaminathan en Inde, qui cherche à mettre la science et la technologie au service d’un développement à la fois durable et socialement équitable ; Lawrence Lessig, de la Stanford Law School, un grand expert du droit de l’internet ; Valdas Adamkus, ancien Président de la Lituanie et Ambassadeur de bonne volonté de l’UNESCO pour la construction des sociétés du savoir ; John Gage, Chercheur en chef et Directeur du bureau scientifique de Sun Microsytems, qui plaide pour la diversité des logiciels et des logiciels open-source ; et Abdul-Muyeed Chowdhury, Directeur exécutif du BRAC (Bangladesh Rural Advancement Committee).

    Trois chefs d’Etat doivent intervenir lors des deux tables rondes du colloque : Olusegun Obasanjo, Président du Nigeria ; Joaquim Alberto Chissano, Président du Mozambique et Président de l’Union africaine ; Vaira Vike-Freiberga, Président de Lettonie. On attend aussi la participation de ministres de Nouvelle-Zélande, de Thaïlande et de Tunisie.

    Le colloque s’intéressera à quatre questions majeures : Comment assurer un accès universel à l’information ? Comment réaliser l’égalité d’accès à une éducation de qualité ? Comment favoriser la liberté d’expression dans le cyberespace ? Et enfin, comment parvenir au pluralisme dans les sociétés du savoir ?

    Après la cérémonie d’ouverture, la première table ronde aura pour thème : « Modeler les sociétés du savoir » (16h-18h). Une deuxième table ronde, le 10 décembre (10h – 12h) portera sur « La diversité dans les sociétés du savoir ». Le journaliste et producteur à la BBC World, Stephen Cole, modérera les deux tables rondes.

    Le colloque se tiendra dans l’enceinte du Sommet au Centre des expositions et des conférences Palexpo de Genève, Salle C. Pour plus d’information, notamment sur les participants, consulter : http://www.unesco.org/wsis/symposium/

    Pendant le Sommet, l’UNESCO organise également les débats et présentations thématiques suivants :

    Le 10 décembre (10h-12h) l’UNESCO présentera son Portail Digi-Arts (Plate-forme ICT4D, Hall 4, Salle 16) qui propose de nouvelles méthodes d’e-apprentissage des arts numériques, ainsi que quatre programmes, via Internet, invitant des jeunes gens de différentes cultures, scolarisés ou non, à réfléchir et à échanger leurs points de vue sur des problèmes de société comme le sida, à travers une expérience artistique de groupe, mariant son, images numériques et autres matériaux multimédias. (http://portal.unesco.org/digiarts)

    La table ronde Diversité culturelle dans les sociétés du savoir (10 décembre, 13h30-16h30, Centre des conférences, Hall 3, Salle C), se penchera sur trois instruments normatifs préparés sous l’égide de l’UNESCO : la Déclaration universelle sur la diversité culturelle de 2001 ; la Recommandation sur la promotion et l’utilisation du multilinguisme et l’accès universel au cyberespace, et la Charte sur la conservation du patrimoine numérique, adoptées cette année. Des juristes y discuteront du principe de diversité, des défis de la conservation numérique et du besoin de réaffirmer et promouvoir un équilibre équitable entre les droits légitimes des créateurs ou autres détenteurs de droits et l’intérêt du public dans l’environnement numérique. Des exemples pratiques du travail de l’UNESCO viendront compléter le débat.

    Une initiative de l’UNESCO visant à créer 150 Centres multimédias communautaires (CMC) dans trois pays africains - financée par l’Agence suisse de développement et de coopération (SDC) - sera lancée le 10 décembre (18h15-19h15, Salle 2/3) par Koïchiro Matsuura et Walter Fust, Directeur général de la SDC, avec les Présidents Amadou Toumani Touré (Mali), Joaquim Alberto Chissano (Mozambique) et Abdoulaye Wade (Sénégal).

    Le 11 décembre, un débat sur la Radiotélévision publique (9h-12h30, Centre des conférences, Salle B) réunira des participants de différentes régions pour partager leurs expériences et aborder des questions portant sur le rôle de ce média et sur son développement à l’âge numérique.

    La table ronde Education et sociétés du savoir (11 décembre, 9h30-13h, Centre des conférences, Hall 3, Salle C) se déroulera en trois séances : Education pour les sociétés du savoir : tendances, défis et politiques ; Education dans les sociétés du savoir : stratégies, outils, enseignement et apprentissage ; L’UNESCO en tant qu’acteur clé du développement d’une éducation pour et dans les sociétés du savoir. Des décideurs politiques dans le domaine de l’éducation, des représentants d’agences de l’ONU et d’ONG, des éducateurs, des scientifiques et des étudiants ont été invités à exprimer leurs priorités et à faire des recommandations pouvant aider la communauté mondiale à relever les défis des sociétés du savoir.

    La table ronde Sciences dans les sociétés du savoir (11 décembre, 14h-16h30, Centre des conférences, Hall 3, Salle C) examinera à quel point le développement durable dépend d’un accès ouvert et équitable au savoir scientifique, ainsi que le rôle des TIC dans ce contexte. L’accent sera mis sur la réduction du fossé numérique. Les thèmes suivants seront plus particulièrement étudiés : accès universel au savoir scientifique, amélioration de l’éducation et de la formation et des questions de politique en matière d’information scientifique.

    La table ronde Développement des médias dans les sociétés du savoir (12 décembre, 10h-13h, Centre des conférences, Hall 3, Salle C) s’intéressera aux opportunités offertes par les nouvelles technologies de l’information à la liberté d’expression. Elle traitera également du rôle que jouent les centres multimédias communautaires pour élargir l’accès aux sociétés du savoir. Parmi les participants figurent des militants de la liberté de la presse et des responsables de CMC en Afrique, en Asie et dans les Caraïbes.

    La table ronde Langues, alphabétisation et nouvelles technologies (12 décembre, 14h-18h, Plate-forme ICT4D, Hall 4, Salle 2) se demandera comment élaborer des contenus pour le développement qui soient culturellement adaptés. Trois séances seront consacrées à cette question. La première présentera des actions réalisées dans des pays en développement pour soutenir, grâce aux TIC, les objectifs d’alphabétisation et de développement, en portant une attention particulière aux contenus en langue locale. La deuxième séance consistera en un débat entre des représentants de différents horizons - gouvernemental, intergouvernemental, agences de développement publiques ou privées, médias - qui étudieront les projets et initiatives du plan d’action du SMSI. Pendant la troisième séance, les participants se réuniront en petits groupes pour discuter de projets spécifiques.

    L’Institut de statistique de l’UNESCO (ISU) coorganise un atelier intitulé Le suivi de la société de l’information : données, mesures et méthodes, en coopération avec la CEE-ONU, la CNUCED, l’UIT, l’OCDE et Eurostat (8 et 9 décembre à la CEE-ONU). L’atelier cherchera à identifier les lacunes actuelles en matière de données sur les TIC au niveau mondial. Il examinera des thèmes tels que le rôle des TIC dans les transformations économiques et sociétales, l’usage des TIC par les individus et les ménages, l’usage des TIC dans le monde des affaires, et la mesure des incidences sociales des TIC. L’ISU organise également une séance intitulée « TIC et société : mesurer les impacts sociaux des TIC », qui explorera notamment les bénéfices que les TIC apportent en matière d’éducation, ainsi que des questions ayant trait à l’accès aux TIC, en soulignant particulièrement les différences dues au sexe.

    L’exposition de l’UNESCO « Construire des sociétés du savoir », qui regroupe 280 projets illustrant le potentiel des sociétés du savoir, sera présentée pendant toute la durée du Sommet (Hall 4, Stand 629). Une version virtuelle de l’exposition est accessible sur Internet (http://www.unesco.org/confgen/exhibition2003).

    L’UNESCO publie également une série de rapports sur l’état de la recherche sur les TIC et des questions qui relèvent des domaines de compétence de l’Organisation : état de la recherche sur la société de l’information ; textes de base de l’UNESCO et société de l’information ; science et société de l’information ; diversité culturelle et linguistique dans la société de l’information ; développement des médias dans la société de l’information ; rapport statistique dans la société de l’information ; éducation dans la société de l’information ; transformation sociale dans la société de l’information ; mémoire de la société de l’information ; différence des sexes dans la société de l’information : vers l’égalité ? Pour plus d’informations sur les rapports, consulter : http://www.unesco.org/wsis/events/publications/

    ****

    Pour plus d’information et des mises à jour, consulter : http://www.unesco.org/wsis/events/






    Source Communiqué de Presse No 2003 - 102
    Auteur(s) UNESCOPRESSE


     ID: 17533 | guest (Lire) Mise à jour: 09-12-2003 10:12 am | © 2003 - UNESCO - Contact