Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture
A Essaouira (Maroc) : évaluation du projet 'développement urban et ressources en eau dans les petites villes historiques de la méditerranée'

Comment restaurer et préserver le cœur historique de villes côtières, sans chasser leurs habitants, en respectant les critères traditionnels de construction tout en intégrant les normes modernes, en associant les artisans locaux et avec le soutien des autorités locales et gouvernementales ?



C’est à ce défi multiple que tente de répondre le projet « Développement urbain et ressources en eau dans les petites villes historiques de la Méditerranée », que l’UNESCO a développé depuis 1997 dans cinq villes pilotes : Essaouira (Maroc), Mahdia (Tunisie), Omišalj (Croatie), Saïda (Liban) et Jableh (Syrie). Du 30 novembre au 2 décembre 2003, l’ensemble des acteurs du projet - architectes, urbanistes, géologues, hydrologues, élus locaux et experts de l’UNESCO... - procèdent à son évaluation à Essaouira, à l’invitation du Maroc.

Le projet a pour objectif principal de promouvoir, auprès des municipalités et des ministères concernés, des alternatives de développement environnemental et socio-culturel, avec une approche interdisciplinaire et socialement durable.

Le 1er décembre, les maires des villes pilotes présenteront les projets réalisés dans leur ville depuis l’intervention de l’UNESCO auprès de leur municipalité, que ce soit par des séminaires internationaux sur le « Développement urbain équilibré entre terre, mer et société » ou par des missions d’experts. Un échange entre les maires et les experts visera à évaluer l’impact réel de ces interventions sur les décisions politiques prises par les municipalités concernant le choix de nouveaux projets ou la réorientaiton de projets existants.

Le 2 décembre, les experts formuleront des recommandations sur la poursuite éventuelle du projet. Ils se baseront d’une part sur le rapport général de l’évaluateur externe, le géographe algérien Rachid Boumedine, et d’autre part sur les attentes des municipalités ainsi que sur les offres de partenariats potentiels - comme celle du maire de La Rochelle (France), qui signera à cette occasion un accord de coopération avec l’UNESCO en faveur de Saïda - ou sur les contributions éventuelles d’autres agences des Nations Unies comme UN-Habitat, le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) ou le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

Ce projet rassemble principalement les réseaux d’experts de l’UNESCO des programmes MOST (Gestion des transformations sociales) et PHI (Programme hydrologique international) et de l’Unité « Régions côtières et petites îles ». Il est fondé sur les principes de la Déclaration d’Istanbul (Habitat II, 1996) et de la Charte sur les villes historiques de l’ICOMOS.



 
Auteur(s) UNESCOPRESSE
Source Avis aux médias No 2003 - 102
Generic Field
Arabe
Contact éditorial : Monique Perrot-Lanaud, Bureau de l’information du public, Section éditoriale. Tél. 01 45 68 17 14
- Email m.perrot@unesco.org
Date de publication 27 Nov 2003
© UNESCO 1995-2007 - ID: 17426