Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture
Sauvegarde et developpement d’Angkor : bilan et nouveau plan d’action

La seconde Conférence intergouvernementale sur la sauvegarde et le développement durable d’Angkor et de sa région se tiendra à Paris (Centre de Conférences internationales Kléber) les 14 et 15 novembre prochains. Organisée conjointement par la France et le Japon, avec le concours de l’UNESCO, la Conférence célèbre le dixième anniversaire de la Déclaration de Tokyo - texte fondateur d’une décennie d’action internationale en faveur de ce site exceptionnel - mais elle doit aussi discuter et adopter les grandes lignes de la stratégie et les actions à y entreprendre au cours des dix ans à venir.



La Déclaration de Tokyo avait été adoptée le 13 octobre 1993 au Japon à l’issue de la première Conférence intergouvernementale sur la sauvegarde et le développement du site historique d’Angkor. Elle a créé le Comité international de coordination (CIC) afin de garantir la qualité des interventions menées sur le site d’Angkor (inscrit en 1992 sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO et sur la Liste du patrimoine en péril) mais aussi de promouvoir et de coordonner l’aide internationale qui s’est élevée à plus de 50 millions de dollars en 10 ans. Le CIC, dont l’UNESCO assure le secrétariat, est coprésidé par la France et le Japon. En dix ans, il a coordonné plus de 100 projets en associant, à travers une trentaine de partenaires (organisations internationales, universités, entreprises privées, ONGs, etc.), la communauté internationale.

Ce mécanisme, s’appuyant sur son partenaire cambodgien, l’APSARA (Autorité pour la Protection du Site et l’Aménagement de la Région d’Angkor), créé en février 1995, a permis des actions allant de la sauvegarde de 15 monuments majeurs au déminage du site, de la lutte contre le pillage - grâce à la création d’une police du patrimoine – à des projets de recherche ou à des formations à tous les niveaux. Pour le Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura : « Ce mécanisme original [le CIC] a désormais fait ses preuves et l’UNESCO a proposé de l’adopter pour d’autres pays sortant d’un conflit. Il existe désormais un CIC pour l’Afghanistan et un autre pour l’Iraq ».

Alors que la Conférence de Tokyo et les dix ans qui ont suivi étaient placés sous le signe de la sauvegarde d’urgence – le Cambodge et Angkor sortaient de deux décennies de guerres civiles et de conflits -, la Conférence qui va se tenir cette semaine à Paris s’inscrit, elle, dans le cadre de la recherche du développement durable : assurer la croissance économique, indispensable pour lutter contre la pauvreté, mais dans le respect de l’intégrité du site et de ses dizaines de milliers d’habitants. Quarante projets vont être proposés autour de trois grands axes : aménagement et gestion touristique du parc archéologique d’Angkor ; maîtrise et gestion du développement de la ville et de la province de Siem Reap ; développement du quartier des Portes d’Angkor, trait d’union entre Siem Reap et Angkor.

Aujourd’hui encore, une vaste mobilisation internationale est nécessaire pour conserver le gigantesque site d’Angkor (comptant une quarantaine de monuments principaux et des centaines de sites archéologiques répartis sur 40 000 ha) et pour l’insérer dans la politique de développement du Cambodge. Une Déclaration de Paris devrait donc être adoptée à l’issue de la Conférence des 14 et 15 novembre, ainsi qu’un plan d’action, afin de poursuivre sur la voie tracée par la Déclaration de Tokyo.

Le ministre français des Affaires étrangères, Dominique de Villepin, le Ministre d’Etat auprès de la Présidence du Conseil des Ministres du Royaume du Cambodge, Sok An, et un représentant de haut niveau du Ministère des Affaires étrangères du Japon, interviendront à l’ouverture de la Conférence (10h). Un message du Directeur général de l’UNESCO, absent de Paris, sera diffusé à cette occasion. La séance de clôture se tiendra le 15 novembre (16h30).



 
Source Avis aux médias N°2003- 93
Contact éditorial : Lucía Iglesias Kuntz, Bureau de l’information du public, Section éditoriale, Tél. +33 (0)1 45 68 17 02
- Email l.iglesias@unesco.org
Date de publication 10 Nov 2003
© UNESCO 1995-2007 - ID: 17157