Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture
Le Directeur général de l’UNESCO déplore la situation du quotidien zimbabwéen The daily news

Le Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura, s’est déclaré aujourd’hui préoccupé par la situation du quotidien zimbabwéen The Daily News et a déploré les arrestations de ses directeurs.



« Je suis très préoccupé par la situation du Daily News », a déclaré le Directeur général, avant d’ajouter : « Les inculpations et arrestations incessantes de dirigeants et de journalistes, ainsi que les tracasseries administratives que subit cet unique quotidien indépendant du pays, semblent viser sa fermeture définitive. Or, museler la presse, c’est paralyser le développement et la prospérité d’un pays. La liberté d’expression et la liberté de la presse sont des moteurs des processus démocratiques ».

Fondé il y a quatre ans, The Daily News a été interdit de parution le 12 septembre, à la suite d’une décision de la Cour Suprême selon laquelle le journal paraissait illégalement, car n’ayant pas obtenu la licence d’exploitation de la part de la Commission gouvernementale des médias (MIC). Cette dernière a été instituée par une loi sur l’information de mars 2002, considérée comme anticonstitutionnelle par The Daily News.

Le vendredi 24 octobre, le Tribunal administratif du Zimbabwe a ordonné à la MIC de délivrer une licence au Daily News dans un délai d’un mois. Le journal réapparaissait néanmoins dès le lendemain dans les kiosques. 18 journalistes du quotidien ont aussitôt été arrêtés, puis rapidement remis en liberté. Cinq directeurs ont été inculpés pour « publication illégale » et « obstruction au cours de la justice », puis arrêtés.

« Je salue la décision du 24 octobre prononcée par le Tribunal administratif du Zimbabwe et je ne peux que regretter qu’elle ait été suivie de nouvelles inculpations et arrestations », a déclaré Koïchiro Matsuura, avant d’ajouter : « Je suis particulièrement sensible au sort de ce journal qui a été fondé par Geoffrey Nyarota, journaliste zimbabwéen à qui j’ai personnellement remis le Prix UNESCO/Guillermo Cano de la liberté de la presse en 2002 ».

Depuis le début de cette année, Geoffrey Nyarota, maintes fois inculpé et arrêté dans son pays, bénéficie de la prestigieuse bourse Nieman de journalisme de l’Université d’Harvard.

Quelque 40 journalistes ont été inculpés et quatre correspondants étrangers expulsés du Zimbabwe depuis le début de 2002.



 
Source Communiqué de presse N°2003-90
Generic Field

Espagnol
Date de publication 30 Oct 2003
© UNESCO 1995-2007 - ID: 16976