Accueil - Services Média
UNESCOPRESSE
Communiqués de presse
Avis aux médias
A voir
Photobanque
Calendrier des événements
Relations presse

Porte-parole du DG
Flash Info
Courrier de l'UNESCO
Evénements culturels
Publications UNESCO
Services d' information
Documents UNESCO
Nations Unies
- Centre de nouvelles ONU
- Sites web du système

Version imprimable
Les médias peuvent utiliser et reproduire librement les materiaux publiés sous le nom UNESCOPRESSE

UNESCO
UNESCOPRESSE
7, Place de Fontenoy
75352 PARIS 07 SP, France

 

Contribuer au débat démocratique.  
Le Président du Kirghizistan plaide à l'UNESCO pour l'éducation et les nouvelles technologies de l'information et de la communication

06-10-2003 5:00 pm « La science, les technologies modernes et un véritable développement culturel sont liés de façon organique à l’éducation. […] L’époque moderne demande aux chefs d’Etat, universitaires et éducateurs d’opérer un choix scrupuleux dans leurs priorités en matière de développement de l’éducation », a déclaré aujourd’hui le Président du Kirghizistan, Askar Akaev, lors de son intervention devant les 190 Etats membres de l’UNESCO réunis à Paris pour la 32e session de la Conférence générale de l’Organisation, présidée par le Nigérian Michael Abiola Omolewa.PresidentAkaev_250.jpg Pour Askar Akaev, « l’éducation et la connaissance déterminent non seulement le potentiel spirituel et intellectuel d’une nation, mais aussi sa place dans le futur ordre mondial ». Il a rappelé les progrès de son pays dans ce domaine : multiplication par 4,5 du nombre des universités (de 9 à 40) en dix ans ; multiplication par 2,5 des diplômés en technologies de l’information en cinq ans. Il a souligné que « le développement de l’éducation et des technologies de l’information coïncidait totalement avec l’objectif de réduction de la pauvreté », objectif que Askar Akaev a inscrit, avec le développement de la démocratie, parmi les priorités de son gouvernement.

Le Président du Kirghizistan a rendu hommage au travail de l’UNESCO dans son pays : « Durant les années difficiles, elle a contribué à soutenir le développement spirituel et intellectuel, la renaissance de notre pays et son intégration réussie dans la communauté mondiale ». Il a notamment évoqué les six chaires UNESCO installées dans des universités kirghizes et traitant d’éducation environnementale, de développement durable en régions de montagne, d’égalité entre les sexes, des cultures et religions dans le monde, de démocratie, de dialogue interculturel dans une société multiethnique.

Askar Akaev a ensuite évoqué la signature d’un plan d’opérations concernant un projet de l’UNESCO pour la conservation des sites de la Route de la soie situés dans la vallée de la Haute Tchoui, projet financé principalement par le gouvernement japonais. Cette signature a eu lieu, après le discours du Président kirghize, sous une yourte, la tente traditionnelle des nomades d’Asie centrale, dressée pour l’occasion sur la Piazza devant l’UNESCO.

A cette occasion, le Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura, a déclaré que ce plan d’opérations s’inscrivait dans un grand programme de préservation de l’important patrimoine situé le long des routes de la soie, en Chine et en Asie centrale. « Il doit comprendre la conservation de Krasnaya Rechka [anciennement Navikat], en particulier le deuxième complexe de temples bouddhistes, et des activités de conservation d’urgence dans les sites voisins de Suyab et Balasagyn [aujourd’hui Ak Beshim et Burana]. Les travaux préliminaires démarreront cet automne et devraient normalement être terminés en 2006. La conservation et la restauration de ces sites célèbres nous donnera des preuves d’une compréhension et d’une tolérance dont nous pouvons nous inspirer aujourd’hui encore ».

Dans son discours devant la Conférence générale, le Président du Kirghizistan a aussi évoqué l’organisation dans son pays en 2004, avec l’UNESCO, d’une conférence internationale sur le thème "L’Eurasie au XXIème siècle : dialogue entre les cultures ou conflit de civilisations ?" qui devrait permettre un large débat entre universitaires de renom, représentants de diverses cultures et religions, et politiques. Le Kirghizistan a déjà organisé des forums UNESCO sur son territoire, notamment « Culture et religion en Asie Centrale » (1999), « Dialogue interculturel et interreligieux comme partie intrinsèque du dialogue des civilisations » (2001).

Réaffirmant son engagement en faveur des objectifs et idéaux de l’UNESCO, Askar Akaev a conclu en proposant l’ouverture au Kirghizistan d’une Université de l’UNESCO, à l’image de l’Université des Nations Unies à Tokyo : « Cette université pourrait devenir un des instituts faisant autorité dans le monde en matière d’enseignement supérieur et son enseignement à distance pourrait être accessible à tous ».






Source Communiqué de Presse No 2003 - 71
Auteur(s) UNESCOPRESSE


 ID: 16298 | guest (Lire) Mise à jour: 07-10-2003 4:07 pm | © 2003 - UNESCO - Contact