Accueil - Services Média
UNESCOPRESSE
Communiqués de presse
Avis aux médias
A voir
Photobanque
Calendrier des événements
Relations presse

Porte-parole du DG
Flash Info
Le Courrier de l'UNESCO
Evénements culturels
Publications UNESCO
Services d' information
Documents UNESCO
Nations Unies
- Centre de nouvelles ONU
- Sites web du système

Version imprimable
Les médias peuvent utiliser et reproduire librement les materiaux publiés sous le nom UNESCOPRESSE

UNESCO
UNESCOPRESSE
7, Place de Fontenoy
75352 PARIS 07 SP, France

 

Contribuer au débat démocratique.  
10424761273newspaper-readers.jpg
12-09-2003 3:25 pm La majeure partie de la biodiversité marine du monde et d’immenses réserves de sources d’énergie, comme le méthane, se trouvent à la limite entre le plateau continental et la haute mer, une zone appelée « marge continentale ». Mais aujourd’hui, nous ne connaissons ni la taille de ces réserves ni si elles pourraient être exploitées. Pour en savoir plus sur ce sujet et d’autres qui s’y rapportent, la Commission océanographique intergouvernementale (COI) et la Division des sciences de la Terre de l’UNESCO organisent conjointement avec la Commission européenne une conférence scientifique sur les marges continentales (OMARC) du 15 au 17 septembre à Paris.
La marge continentale est devenue l’objet de recherches industrielles et scientifiques de plus en plus nombreuses. Selon certaines estimations, par exemple, le méthane, retenu dans les molécules d’eau gelée et appelé « hydrate gazeux », a un potentiel énergétique équivalent à deux fois l’ensemble des réserves connues de pétrole, de charbon et de gaz. Ces réserves de méthane semblent abondantes dans les marges continentales de nombreuses parties du monde, parmi lesquelles l’Alaska, l’Antarctique, l’Europe, le Golfe du Mexique, le Japon et la Norvège.

A l’heure actuelle, il n’est pas techniquement possible d’exploiter les hydrates gazeux à grande échelle. Et certains s’inquiètent du fait que forer le sous-sol marin pour trouver les hydrates pourrait déstabiliser les fonds océaniques et libérer le méthane dans l’atmosphère. Le méthane étant un gaz à effet de serre dix fois plus puissant que le dioxyde de carbone, il est possible que sa libération dans un lointain passé ait pu accélérer le réchauffement planétaire et précipiter la fin de la dernière glaciation.

D’autres sujets doivent être abordés pendant la conférence, parmi lesquels les écosystèmes des marges continentales et la biodiversité qui s’y trouve, les coraux en eaux profondes, les techniques d’imagerie des fonds des marges continentales, et le point sur un certain nombre de projets de recherche et de formation dans ce domaine innovant.



La conférence se tiendra du 15 au 17 septembre au CAP 15 – Centre d’affaires et de congrès de Paris , 1–3, quai de Grenelle, 75015 Paris. Téléphone : +33 (0)1 44 37 42 00.
Une conférence de presse est prévue le mercredi 17 septembre à 17 h au CAP 15 (Salle Newport), en présence de Christian Patermann, Directeur général Recherche sur l’environnement et le développement durable de la CE (DGXII) ; de Jürgen Mienert, Professeur du Département de géologie à l’Université de Tromso (Norvège) ; de Patricio A. Bernal, Sous-Directeur général de l’UNESCO et Secrétaire général de la COI ; et de Jean-François Minster, PDG d’IFREMER.
Pour plus d’information, consulter http://www.ig.uit.no/konferanser/omarc/






Source Avis aux médias No 2003 - 73
Auteur(s) UNESCOPRESSE



Archives

 ID: 14587 | guest (Lire) Mise à jour: 15-09-2003 7:50 am | © 2003 - UNESCO - Contact