Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture
Kotor, Srebarna et Yellowstone sont retirés de la Liste du Patrimoine Mondial en péril

Paris – Le Comité du patrimoine mondial de l’UNESCO réuni depuis le 30 juin au siège de l’Organisation, sous la présidence de Vera Lacoeuilhe (Sainte-Lucie), a retiré aujourd’hui trois sites de la Liste du patrimoine mondial en péril. Il s’agit de la Réserve naturelle de Srébarna (Bulgarie), de Yellowstone (Etats-Unis d’Amérique) et de la Contrée naturelle et culturo-historique de Kotor (Serbie et Monténégro).


La Réserve naturelle de Srébarna (Bulgarie) a été inscrite sur la Liste du patrimoine mondial en 1983. Elle a ensuite été inscrite sur la Liste du patrimoine mondial en péril en 1992, en raison de la destruction progressive de l'habitat d'eau douce des populations d'oiseaux. La réduction des entrées d’eau dans le site, dont souffrait la réserve naturelle, constituait un problème préoccupant.

Suite aux efforts déployés par la Bulgarie, notamment pour approvisionner le site en eau du Danube, pour stopper les activités susceptibles de porter atteinte au lac, et considérant l’adoption récente d’un plan de gestion du site, le Comité a décidé de retirer le site de cette liste.

La réserve naturelle de Srébarna est un lac d'eau douce adjacent au Danube qui s'étend sur plus de 600 hectares. Il abrite près de 100 espèces d'oiseaux qui viennent s'y reproduire, dont beaucoup sont rares ou menacées. Quelque 80 autres espèces d'oiseaux s'y réfugient au cours de leur migration chaque hiver. Parmi les espèces d'oiseaux les plus intéressantes, on note le pélican dalmate, le bihoreau gris, l'ibis falcinelle et la spatule blanche.

Yellowstone (Etats-Unis d’Amérique) a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en 1978. Il a été porté sur la Liste du patrimoine mondial en péril en 1995, notamment par crainte que des activités d'exploitation minière à proximité ne compromettent les valeurs du premier parc national créé dans le monde (1872). D’autres menaces avaient également été identifiées, dont : l'introduction de la truite de lac non originaire de la région ; la construction de routes ; et la pression provoquée toute l'année par les visiteurs. La population de bisons était aussi clairement menacée par des projets d'abattage à grande échelle, comme mesure de contrôle pour éradiquer la brucellose des troupeaux qui, sans cela, menaçait de s’étendre aux bêtes d’élevage.

Suite à l’abandon de ce projet d’exploitation minière et reconnaissant les progrès accomplis dans le traitement de toutes les questions essentielles qui avaient entraîné le classement de Yellowstone sur la Liste du patrimoine mondial en péril, le Comité a décidé de retirer le site de cette liste, tout en invitant les Etats-Unis à continuer à l’informer des mesures prises et des progrès accomplis.

La vaste forêt naturelle du parc national de Yellowstone couvre près de 9 000 km2, dont 96 % dans le Wyoming, 3 % dans le Montana et 1% dans l'Idaho. On trouve à Yellowstone plus de la moitié des phénomènes géothermiques du monde. Le parc possède également la plus forte concentration mondiale de geysers, 300 environ qui représentent les 2/3 des geysers de la planète. Le parc national est également connu pour sa faune sauvage qui comprend l'ours grizzli, le loup, le bison et le wapiti.

La Contrée naturelle et culturo-historique de Kotor (Serbie et Monténégro) a été inscrite simultanément sur la Liste du patrimoine mondial et sur la Liste du patrimoine mondial en péril en 1979. Ce port naturel monténégrin sur la côte adriatique était un important centre de commerce et d'art qui comptait de célèbres écoles de maçonnerie et de peinture d’icônes au Moyen Âge.

Un grand nombre de ses monuments, dont quatre églises romanes et les remparts de la ville, avaient été gravement endommagés par un tremblement de terre le 15 avril 1979. Le choc du séisme avait complètement détruit de nombreux villages aux alentours et environ 70% des bâtiments de Kotor.

Notant que les monuments et édifices historiques les plus précieux avaient été réparés selon les techniques de conservation appropriées, le Comité du patrimoine mondial a décidé de retirer ce site, qui a bénéficié d’une aide soutenue de l’UNESCO, de la Liste du patrimoine mondial en péril. Il a cependant exprimé son inquiétude sur les risques que l’urbanisation incontrôlée fait peser sur le site.

Avec la Liste du patrimoine mondial en péril, l’UNESCO entend attirer l’attention de la communauté internationale sur la nécessité de renforcer la protection des sites menacés - par les désastres naturels, la pollution minière ou industrielle, le pillage, la guerre, le tourisme mal géré, le braconnage, etc. Une fois inscrits sur la liste “en péril”, ils bénéficient généralement de mesures nationales plus efficaces et d’une aide financière internationale accrue. D’ici la fin de ses travaux, le Comité du patrimoine mondial pourrait inscrire de nouveaux sites sur la Liste du patrimoine mondial en péril.


Pour plus d’informations, consultez le site : http://whc.unesco.org/danglist.htm



 
Auteur(s) UNESCOPRESSE
Source Communiqué de Presse No 2003 - 38
Generic Field
Espagnol
Contact éditorial : Presse écrite: Sophie Boukhari, Bureau de l’information du public, Section éditoriale. Tél. : 33 (0)1 45 68 17 03
Lucia Iglesias-Kuntz, Bureau de l’information du public, Section éditoriale. Tél. : 33 (0)1 45 68 17 02
Contact audiovisuel : Presse audiovisuelle: Carole Darmouni, tél : 33 (0)1 45 68 17 38
Photos: Ariane Bailey, tél. : 33 (0)1 45 68 16 86
Date de publication 02 Jul 2003
© UNESCO 1995-2007 - ID: 13284