Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture
Des nouveaux sites bientôt sur la Liste du Patrimoine Mondial

Suite au retrait de deux candidatures (une proposition d’inscription et une proposition d’extension), le texte se lit désormais comme suit : Paris – La Liste du patrimoine mondial devrait s’enrichir d’une trentaine de nouveaux sites dans le courant de la semaine prochaine. Ces joyaux du patrimoine culturel et naturel de l’humanité y seront inscrits lors de la 27e session du Comité du patrimoine mondial de l’UNESCO, qui se tiendra au siège de l’UNESCO à Paris du 30 juin au 5 juillet.

La séance d’ouverture de la réunion, qui sera inaugurée par le Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura, sera ouverte à la presse (lundi 30 juin, 10h-11h, salle XII, accréditation indispensable). La suite des travaux du Comité se tiendra à huis clos.

Cette année, 37 propositions d’inscription seront soumises à l’examen du Comité (26 culturelles, 7 naturelles et 4 mixtes). Elles seront présentées par 32 pays : Afghanistan, Afrique du Sud, Allemagne, Argentine, Australie, Bosnie-Herzégovine, Chili, Chine, Egypte, Espagne, Fédération de Russie, Gambie, Inde, Iran, Iraq, Israël, Italie, Kazakhstan, Mexique, Mongolie, Pologne, Portugal, République dominicaine, République populaire démocratique de Corée, République tchèque, Royaume-Uni, Slovénie, Soudan, Suisse, Viet-Nam, Zimbabwe. Le Comité étudiera aussi 6 propositions d’extension de sites déjà inscrits dans 5 pays (Brésil, Canada, Chine, Egypte, Panama).

De plus, le Comité réexaminera la Liste du patrimoine mondial en péril. Les sites inscrits sur cette Liste sont aujourd’hui au nombre de 33. Ils sont en général exposés à de graves menaces, comme la pollution minière ou industrielle, le pillage, la guerre, le tourisme mal géré, le braconnage, etc. Cette liste, qui comprend des sites comme Angkor (Cambodge), le Minaret et les vestiges archéologiques de Djam (Afghanistan) ou Tombouctou (Mali), pourra être modifiée par le Comité.

A ce jour, la Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel (1972) protège 730 sites « de valeur universelle exceptionnelle » situés dans 125 Etats parties : 563 biens culturels, 144 biens naturels et 23 biens mixtes. Unique en son genre, cette Convention encourage la coopération internationale afin de sauvegarder un patrimoine culturel et naturel qui fait la richesse de l’humanité tout entière. Avec ses 176 Etats parties, elle est l’un des instruments internationaux les plus ratifiés du monde. En s’y ralliant, les Etats parties s’engagent à préserver les sites inscrits sur la Liste du patrimoine mondial, notamment en créant un cadre législatif et réglementaire approprié.

Le Comité du patrimoine mondial se compose de représentants de 21 Etats. Il est élu tous les six ans par l’Assemblée générale des Etats parties à la Convention. Chaque année, ce Comité inscrit de nouveaux sites sur la Liste du patrimoine mondial, sur proposition des Etats parties et après examen d’évaluations réalisées par deux organisations consultatives : le Conseil international des monuments et des sites (ICOMOS) pour les sites culturels et l’Union mondiale pour la nature (UICN) pour les sites naturels. Le Centre international d’études pour la conservation et la restauration des biens culturels (ICCROM) rend aussi des avis et participe à la formation de spécialistes.

Le Comité du patrimoine mondial est responsable de la mise en œuvre de la Convention de 1972. Il examine les rapports sur l’état de conservation des sites inscrits et demande aux Etats parties de prendre des mesures lorsque ces sites ne sont pas correctement gérés. Ce Comité alloue par ailleurs des financements, grâce au Fonds du patrimoine mondial (environ quatre millions de dollars par an). Il finance des actions d’urgence, encourage la coopération technique et soutient la formation de spécialistes. Son secrétariat est assuré par le Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Accréditation auprès du Service de presse de l’UNESCO Isabelle Le Fournis, tél. : 33 (0)1 45 68 17 48



 
Auteur(s) UNESCOPRESSE
Source Avis aux médias No 2003 - 59
Generic Field
Arabe
Contact éditorial : Presse écrite: Sophie Boukhari, Bureau de l’information du public, Section éditoriale. Tél. : 33 (0)1 45 68 17 03
Lucia Iglesias-Kuntz, Bureau de l’information du public, Section éditoriale. Tél. : 33 (0)1 45 68 17 02
Contact audiovisuel : Carole Darmouni, tél : 33 (0)1 45 68 54 81
Photos: Ariane Bailey, tél. : 33 (0)1 45 68 16 86
Date de publication 27 Jun 2003
© UNESCO 1995-2007 - ID: 13148