UNESCO.ORGL'OrganisationEducationSciences naturellesSciences sociales et humainesCultureCommunication et informationPlan du site
UNESCO - Instruments Normatifs
Accueil ACCUEIL Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer
 




Recommandation concernant les moyens les plus efficaces de rendre les musées accessibles à tous

14 décembre 1960



UNESDOC - (PDF) Anglais - Français - Espagnol - Russe
La Conférence générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture, réunie à Paris du 14 novembre au 15 décembre 1960, en sa onzième session,

Considérant que l'Acte constitutif de l'Organisation lui attribue, entre autres fonctions, celles d'imprimer une impulsion vigoureuse à l'éducation populaire et à la diffusion de la culture, de favoriser la compréhension mutuelle des nations et d'instituer leur collaboration afin de réaliser graduellement l'idéal d'une chance égale d'éducation pour tous, sans distinction de race, de sexe ni d'aucune condition économique ou sociale, et d'aider au maintien, à l'avancement et à la diffusion du savoir,

Considérant que les musées peuvent apporter un concours efficace à l'accomplissement de ces tâches,

Considérant que les musées de toute catégorie constituent une source de délectation et de connaissances,

Considérant en outre qu'en préservant et en présentant au public les oeuvres d'art et les objets de science, les musées contribuent à faire connaître les diverses cultures et, par là, à favoriser la compréhension mutuelle des nations,

Considérant qu'il importe, en conséquence, d'encourager par tous les moyens la fréquentation des musées par toutes les catégories de la population, et notamment par les classes laborieuses,

Considérant que les progrès de l'organisation industrielle du monde ont pour effet d'accroître les loisirs et qu'il convient d'utiliser ces loisirs pour le bien et le perfectionnement culturel de tous,

Reconnaissant les conditions et les nécessités sociales nouvelles dont les musées doivent tenir compte pour remplir leur mission éducative permanente, ainsi que les aspirations du monde du travail à la culture,

Étant saisie de propositions concernant les moyens les plus efficaces de rendre les musées accessibles à tous - question qui constitue le point 17.4.1 de l'ordre du jour de la session,

Après avoir décidé, lors de sa dixième session, que des propositions sur ce point feraient l'objet d'une réglementation internationale par la voie d'une recommandation aux États membres,

Adopte, ce quatorzième jour de décembre 1960, la présente recommandation.


La Conférence générale recommande aux États membres d'appliquer les dispositions ci-après en adoptant, sous forme de loi nationale ou autrement, des mesures en vue de donner effet, dans les territoires sous leur juridiction, aux normes et principes formulés dans la présente recommandation.

La Conférence générale recommande aux États membres de porter la présente recommandation à la connaissance des autorités et organismes s'occupant des musées et à celle des musées eux-mêmes.

La Conférence générale recommande aux États membres de lui présenter, aux dates et sous la forme qu'elle déterminera, des rapports concernant la suite donnée par eux à la présente recommandation.

I. Définition

1. Aux fins de la présente recommandation, on entend par « musée » tout établissement permanent administré dans l'intérêt général en vue de conserver, étudier, mettre en valeur par des moyens divers et, essentiellement, exposer pour la délectation et l'éducation du public un ensemble d'éléments de valeur culturelle : collections d'objets artistiques, historiques, scientifiques et techniques, jardins botaniques et zoologiques, aquariums.

II. Principes généraux

2. Les États devraient prendre toutes les mesures appropriées pour que les musées situés sur leur territoire soient accessibles à tous, sans distinction de condition économique ou sociale.

3. A cette fin, il devrait être tenu compte, dans le choix des mesures à appliquer, des modalités de gestion des musées dans chaque État membre. Ces mesures pourraient varier, notamment selon que les musées sont propriété de l'État et administrés par lui ou que, sans être propriété de l'État, ils bénéficient de la part de celui-ci d'une aide financière permanente ou occasionnelle, ou encore que l'État participe scientifiquement, techniquement ou administrativement à leur gestion.

III. Arrangements matériels et admission dans les musées

4. L'appréciation des collections devrait être rendue aisée à tous les publics par une présentation clarifiée, par l'apposition systématique de cartels ou étiquettes comportant des renseignements succincts, par l'édition de guides et de dépliants donnant aux visiteurs les explications nécessaires et par l'organisation régulière de visites guidées et commentées, adaptées aux différentes catégories de visiteurs et confiées à des personnes qualifiées, désignées de préférence par les soins des organismes prévus au paragraphe 16 de la présente recommandation, ainsi que, éventuellement, par l'utilisation discrète d'appareils audiomécaniques.

5. Les musées devraient demeurer ouverts tous les jours et à des heures qui conviennent à toutes les catégories de visiteurs et tiennent compte, notamment, des loisirs des travailleurs. Ils devraient disposer d'un personnel de surveillance assez nombreux pour assurer par roulement l'ouverture du musée tous les jours, sans exception et sans interruption, sauf au cas où les conditions et habitudes locales exigeraient qu'il en soit autrement, ainsi que le soir 'près les heures de travail. Ils devraient être munis des installations nécessaires d'éclairage, de chauffage, etc.

6. L'accès des musées devrait être facile et les musées eux-mêmes devraient être aussi accueillants que possible et dotés d'un certain confort. Dans la mesure où le caractère du lieu sera respecté et où la visite des collections ne sera pas troublée, des salles de repos, restaurants, cafés, etc., devraient être mis à la disposition du public, de préférence dans l'enceinte du musée (jardins, terrasses, sous-sols aménagés, etc.) ou dans sa proximité immédiate.

7. Des dispositions devraient être prises pour permettre, dans la mesure du possible, l'entrée libre dans les musées. A défaut de la gratuité permanente, et s'il était jugé nécessaire de maintenir, même, à titre symbolique, un faible droit d'entrée, l'admission dans chaque musée devrait être gratuite au moins un jour ou l'équivalent d'un jour par semaine.

8. Lorsqu'un droit d'entrée est exigé, ce droit devrait être supprimé pour les personnes à revenus modestes et pour les familles nombreuses, dans les pays où il existe des méthodes officielles d'identification de ces groupes.

9. Des facilités spéciales devraient être prévues pour encourager les visites fréquemment répétées, notamment sous forme d'abonnement à prix réduit donnant droit, pendant une période déterminée, à un nombre illimité d'entrées soit dans un seul musée, soit dans un ensemble déterminé de musées.

10. La gratuité de l'entrée devrait être accordée, dans la mesure du possible, aux groupes constitués - groupes scolaires ou groupes d'adultes - dans le cadre de programmes éducatifs et culturels, ainsi qu'aux membres du musée ou des associations visées au paragraphe 17 de la présente recommandation.

IV. Propagande en faveur des musées

11. Les États membres devraient contribuer, sur le plan de l'éducation nationale et sur celui des relations internationales, à accroître, soit par l'intermédiaire des autorités locales, soit par l'intermédiaire de leurs services de relations culturelles ou touristiques, la fréquentation des musées et des expositions que ceux-ci présentent.

12.a. Les États membres devraient inciter les organismes de tourisme nationaux ou régionaux à placer l'accroissement de la fréquentation des musées au rang de leurs objectifs principaux et permanents et à consacrer à cet objectif une partie de leurs activités et de leurs ressources.

b. Les musées devraient être invités à recourir aux services de ces organismes d'une manière constante et à les associer à leurs propres efforts pour développer leur rayonnement social et culturel.

V. Place et rôle des musées dans la communauté

13. Les musées devraient être, dans les localités où ils sont situés, des centres intellectuels et culturels. A cette fin, ils devraient contribuer à la vie intellectuelle et culturelle de la population, et cette dernière devrait pouvoir participer aux activités et au développement des musées. Il devrait en être ainsi, notamment, des musées qui se trouvent dans de petites villes ou dans des villages et dont le rayonnement est souvent sans rapport avec la grandeur.

14. Des relations culturelles étroites devraient être établies et développées entre les musées et divers groupes au sein de la communauté (organisations professionnelles, syndicats, etc.), ainsi que les services sociaux des entreprises industrielles et commerciales.

15. Une coopération devrait être instituée ou intensifiée entre les musées et les services ou entreprises de radio et de télévision, de manière à permettre l'utilisation, aux fins d'éducation populaire et scolaire, des objets conservés dans les musées, dans les meilleures conditions de sécurité.

16. Le concours que peuvent apporter les musées à l'instruction scolaire et postscolaire devrait être reconnu et encouragé. Ce concours devrait également être régularisé par la création d'organismes appropriés, chargés d'établir, entre les dirigeants locaux de l'enseignement et les musées qui, en raison du caractère de leurs collections, sont particulièrement fréquentés par le public scolaire, une liaison officielle et permanente qui pourrait prendre les formes suivantes :

a. Création, dans chaque musée, de postes de spécialistes de l'éducation chargés, sous la responsabilité du conservateur, de l'utilisation scolaire du musée;

b. Création, dans les musées, de services éducatifs qui feraient appel à la collaboration de maîtres de l'enseignement;

c. Création, à l'échelon local, régional ou provincial, d'organismes réunissant conservateurs et maîtres en vue d'une meilleure utilisation scolaire des musées;

d. Adoption de toutes autres mesures qui assureraient la coordination, entre les demandes de l'enseignement et les moyens du musée.

17. Les États membres devraient favoriser, notamment par l'octroi de facilités d'ordre juridique, la création et le développement de sociétés d'amis des musées ou d'associations similaires capables d'apporter aux musées leur concours moral et matériel. Celles-ci devraient se voir reconnaître les pouvoirs et accorder les avantages nécessaires à l'accomplissement de leurs tâches.

18. Les États membres devraient encourager le développement des clubs de musée, en vue de faire participer la jeunesse à certaines activités des musées.


Le texte qui précède est le texte authentique de la recommandation dûment adoptée par la Conférence générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture à sa onzième session, qui s'est tenue à Paris et qui a été déclarée close le quinzième jour de décembre 1960.

EN FOI DE QUOI ont apposé leurs signatures, ce quinzième jour de décembre 1960,

Le Président de la Conférence générale
Le Directeur général


 

Imprimer Envoyer  

ORGANISATION UNESCO
Office des normes internationales et des affaires juridiques
  • Mission
  • Qui fait quoi ?

  •  
    RESSOURCES
      UNESCO.ORG
    Responsabilités - Protection des données personnelles - guest (Lire) - ID: 13063