Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture
Des satellites au secours du patrimoine mondial

Paris – Un accord signé aujourd’hui entre l’UNESCO et l’Agence spatiale européenne (ESA) va encourager l’utilisation des satellites d’observation terrestre pour la surveillance de plus de 730 sites culturels et naturels du Patrimoine mondial, y compris des parcs nationaux, en Afrique, qui sont l’habitat naturel des gorilles de montagne dont l’espèce est menacée.

La signature de cet accord, au Salon aéronautique de Paris-Le Bourget (France), par le Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura, et le Directeur général de l’ESA, Antonio Rodotà, constitue le lancement officiel du partenariat Open Initiative, entre l’UNESCO et l’ESA, visant à amener toutes les agences spatiales internationales à aider les pays en développement à surveiller leurs sites du Patrimoine mondial. Dans le cadre, également, d’Open Initiative, l’UNESCO s’apprête à signer un accord de coopération avec l’agence nord-américaine NASA (National Aeronautics and Space Administration) et a reçu des demandes de participation émanant de l’agence argentine CONAE (Comisión Nacional de Actividades Espaciales) ainsi que des agences spatiales indienne, japonaise, canadienne et brésilienne.

Les satellites civils d’observation terrestre peuvent aujourd’hui distinguer des détails de l’ordre de 60 cm. Cela en fait de remarquables instruments pour surveiller les sites culturels et pour cartographier les changements d’utilisation des sols, même dans les lieux les plus reculés. Et la déforestation, autant pour l’implantation humaine que pour la production de combustible, est une menace majeure pour les quelque 600 gorilles de montagne qui subsistent dans le centre de l’Afrique de l’Est.

En avril de cette année, l’ESA a apporté un financement et un savoir-faire technique à un projet commun avec l’UNESCO intitulé BeGo (Built Environment for Gorilla). Ce projet comporte la réalisation d’une série de cartes des parcs nationaux dans les zones de montagne inaccessibles – jusqu’à 5 000 m d’altitude – d’Ouganda, du Rwanda et de la République démocratique du Congo (RDC) qui sont l’habitat naturel du gorille de montagne. Le Parc national des Virunga (RDC), la Forêt impénétrable de Bwindi (Ouganda) sont déjà des sites du Patrimoine mondial, et le Parc national des Volcans (Rwanda) et le Parc naturel à gorilles Mgahinga (Ouganda) sont des sites candidats. Le projet va comparer les images satellites archivées depuis 1992 pour évaluer les changements de l’habitat des gorilles dans les sites du Patrimoine mondial pendant cette période. Le gouvernement belge fournit également expertise et aide financière pour ces actions de conservation dans les sites situés en RDC.

Sur les 730 sites inscrits sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, 563 sont des sites culturels, 144 des sites naturels et 23 des sites mixtes.



 
Auteur(s) UNESCOPRESSE
Source Communiqué de Presse No 2003 - 35
Generic Field
Espagnol | Russe
Contact éditorial : Peter Coles, UNESCO: Bureau de l’information du Public, Section éditoriale. Tél. : +33 (0)1 45 68 17 10
- Email p.coles@unesco.org
Date de publication 18 Jun 2003
© UNESCO 1995-2007 - ID: 13012