Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture
Séminaire sur les agents pathogènes de maladies comme le Syndrome Respiratoire Aigu Sévère (SRAS)

Paris – Alors que les pays luttent pour éviter la propagation du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), l’UNESCO et l’Académie européenne des Arts, des Sciences et des Lettres réunissent des scientifiques éminents pour discuter des moyens de répondre à ce type de maladie et à d’autres, au cours d’un séminaire intitulé « Sciences fondamentales et facteurs pathogènes émergents », les 17 et 18 mai à Paris, à la Section parisienne de l’Académie polonaise des Sciences*.


Plus de 60 scientifiques devraient participer à ce séminaire qui comptera trois tables rondes. La première, animée par la Professeur Jeanne Bugère-Picoux, une spécialiste française des pathologies animales, sera consacrée à la maladie dite de la vache folle, qui fait partie de la famille plus large des encéphalopathies spongiformes transmissibles (EST). Des chercheurs présenteront les dernières découvertes concernant les EST, également connues sous le nom de maladies à prion. Cet ensemble d’affections dégénératives rares du cerveau se caractérisent par la formation de trous microscopiques qui donnent au cerveau l’apparence d’une « éponge ».

La deuxième table ronde, animée par le Docteur Diego Buriot, de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), sera consacrée aux maladies virales émergentes comme le SRAS et aux fièvres hémorragiques à virus (FHV), telles que Ebola. Ces fièvres d’origine virale attaquent généralement plusieurs organes tout en endommageant la capacité du corps à s’autoréguler. Les symptômes sont souvent accompagnés de saignements. Nombre de ces virus provoquent des maladies graves, pouvant entraîner la mort, et la plupart sont zoonotiques, c’est-à-dire qu’ils « sautent » vers l’homme à partir d’animaux, notamment des rongeurs et des insectes comme les tiques et les moustiques.

La troisième table ronde, également animée par la Professeur Jeanne Bugère-Picoux, sera consacrée aux maladies bactériennes émergentes, particulièrement celles transmises par les tiques. Les tiques sont considérées actuellement comme les deuxièmes vecteurs des maladies infectieuses humaines dans le monde, derrière les moustiques. Aux Etats-Unis, par exemple, plus de 16 000 personnes contractent la maladie de Lyme chaque année, après avoir été mordues par des tiques de cervidés infectés.

Le séminaire se terminera par une série de recommandations sur les moyens de combattre efficacement les agents pathogènes émergents.


* La Section parisienne de l’Académie polonaise des Sciences est située au 74 rue Lauriston, 75116 Paris. Le séminaire se tiendra le 17 mai de 9h à 17h et le 18 mai de 10h à 15h.



 
Auteur(s) UNESCOPRESSE
Source Avis aux médias No. 2003-41
Contact éditorial : Lucy Hoareau: Section des sciences de la vie de l’UNESCO. Tél. : +33 (0)1 45 68 38 95 / Fax : +33 (0)1 45 68 58 16
- Email l.hoareau@unesco.org
Date de publication 15 May 2003
© UNESCO 1995-2007 - ID: 12175