Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture
166e session du Conseil exécutif : patrimoine iraquien, budget et textes normatifs

La 166e session du Conseil exécutif de l’UNESCO a pris fin aujourd’hui au Siège de l’Organisation après presque deux semaines de débats qui ont notamment porté sur le projet de programme et de budget pour 2004-2005 et qui ont été marqués par la situation en Iraq.



Dès son discours d’ouverture, la Présidente du Conseil exécutif, Aziza Bennani, Ambassadeur et Déléguée permanente du Maroc auprès de l’UNESCO, Aziza Bennani a rappelé l’Acte constitutif de l’Organisation, qui proclame que « les guerres prenant naissance dans l’esprit des hommes, c’est dans l’esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la paix », pour souligner que les programmes de l’UNESCO visaient « à œuvrer pour l’union et la solidarité entre les peuples et les nations » et qu’ils étaient « fondés sur les principes du dialogue et de la complémentarité entre les cultures et les civilisations ».

Dans une résolution adoptée aujourd’hui, le Conseil exécutif a exprimé son soutien aux récentes déclarations du Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura, concernant les événements survenus en Iraq, ainsi que son action, notamment en matière de sauvegarde du patrimoine irakien. Le Directeur général avait déclaré dès l’ouverture du Conseil : « Par la spécificité même de son mandat, qui est de préparer les fondements de la paix, l’UNESCO a un rôle unique à jouer, mais elle ne peut l’exercer que dans la cohésion et la patience ». Il a précisé que l’Organisation se préparait, en étroite coordination avec les autres institutions du système des Nations Unies, à participer pleinement aux missions d’urgence qu’exigerait la situation iraquienne, notamment dans les domaines éducatif et culturel.

Pour Koïchiro Matsuura, « la culture peut jouer un rôle clé dans la consolidation du processus de paix, la restauration de l’unité nationale et la renaissance d’un espoir pour le futur ». Le Directeur général a demandé aux troupes de la coalition de protéger les sites culturels iraquiens et a appelé les pays voisins, les douanes internationales et les marchands d'art à « une action d'envergure pour faire en sorte que les objets volés ne puissent trouver d'acquéreurs ».

Une réunion d’experts du patrimoine culturel iraquien doit d’ailleurs se tenir à l’UNESCO dès demain et une mission de l’Organisation doit se rendre en Iraq dans un très proche avenir.

Comme l’a souligné la Présidente du Conseil, cette 166e session avait une importance particulière puisqu’elle devait « mettre la quasi-dernière main au Projet de programme et de budget pour 2004-2005 » qui doit être soumis, pour adoption, à la 32e session de la Conférence générale qui se réunira à partir du 29 septembre 2003.

Pour 2004-2005, le Conseil a recommandé le scénario budgétaire de croissance réelle prenant en compte le retour des Etats-Unis au sein de l’UNESCO et comportant un plafond établi à 610 millions de dollars. Après trois exercices biennaux marqués par une forte rigueur, l’UNESCO devrait ainsi bénéficier d’une augmentation de ressources même si celle-ci est modeste. Pour le Directeur général, il s’agit d’un « signe d’espoir, un symbole de la confiance des gouvernants dans la capacité d’action du système des Nations Unies ».

Au cours de cette session, les 58 Etats membres qui composent le Conseil exécutif, ont aussi examiné différents documents et avant-projets de textes qui illustrent le rôle normatif de l’Organisation.

Le Conseil s’est ainsi penché sur un rapport d’étape concernant l’état d’avancement de l’avant-projet de convention sur le patrimoine immatériel. Ce patrimoine est particulièrement fragile comme l’a souligné Aziza Bennani : « Malgré sa valeur incalculable, ce patrimoine risque de disparaître ou de tomber dans l’oubli à cause précisément de son caractère immatériel ». Le principe d’une convention a été soutenu de façon unanime par le Conseil. Une troisième réunion d’experts doit se tenir en juin prochain et un projet devrait être soumis pour examen à la prochaine session de la Conférence générale.

Sur proposition de plusieurs Etats membres, le Conseil a également examiné la faisabilité de l’élaboration d’un instrument normatif sur la diversité culturelle qui prolongerait et complèterait la Déclaration universelle sur la diversité culturelle adoptée en novembre 2001. Parmi les différentes options, l’élaboration d’un texte visant à la protection de la diversité des contenus culturels et des expressions artistiques véhiculées par les industries culturelles a eu la préférence des membres du Conseil. Le sujet a été inscrit à l’ordre du jour de la session de la Conférence générale qui se tiendra cet automne.

Suite à une proposition de la Table ronde des ministres chargés de l’éducation physique et du sport qui s’est tenue à l’UNESCO en janvier dernier, le Conseil a soutenu la proposition d’élaboration par l’Organisation d’une convention internationale contre le dopage dans le sport et a décidé d’inclure ce point à l’ordre du jour de la prochaine Conférence générale. Le texte pourrait être approuvé lors de la session de 2005 de cet organe suprême de l’UNESCO, juste avant les jeux olympiques d’hiver en Italie.

La préparation d’une déclaration internationale sur les données génétiques humaines était également à l’ordre du jour du Conseil. Ce texte, fruit du travail du Comité international de bioéthique (CIB) de l’UNESCO, tente de concilier la liberté de la recherche et le respect tant de la dignité humaine que de la vie privée. Il fait actuellement l’objet d’une consultation internationale et une réunion d’experts gouvernementaux se tiendra les 25-27 juin prochains, ce qui devrait permettre son adoption par la prochaine Conférence générale.

En matière de communication, l’objectif de l’UNESCO dans le cadre du Sommet mondial sur la société de l’information (Genève 2003 - Tunis 2005) - promouvoir le développement de sociétés du savoir – a également été approuvé par le Conseil. Celui-ci s’est également penché sur le projet révisé de Charte sur la conservation du patrimoine numérique, projet qui doit lui aussi être soumis pour adoption à la Conférence générale de cet automne. Cette future Charte aidera les Etats membres à préparer leurs politiques nationales dans ce domaine, permettant une action responsable en faveur de la préservation et d’un plus large accès au patrimoine numérique.

D’autres sujets ont aussi été traités par le Conseil. C’est notamment le cas des Routes de l’olivier, un projet conjuguant culture et développement durable. En matière d’eau et d’écosystèmes, la création d’un fonds pour l’accès à l’eau potable au profit des pays menacés par la désertification a été proposée.

Le Président sénégalais, Abdoulaye Wade, a été invité à prendre la parole devant les Membres du Conseil exécutif le 8 avril. Il leur a présenté sa vision du développement de l’Afrique. Evoquant une Afrique voulant rompre avec ses handicaps historiques à travers le Nouveau Partenariat pour le Développement de l’Afrique (NEPAD), il s’est félicité de la participation de l’UNESCO à la réalisation des objectifs de ce dernier. Il a notamment affirmé : « C’est main dans la main avec l’UNESCO que nous engageons le combat de notre continent pour la conquête de sa place dans la mondialisation ».

Un débat thématique intitulé Pour une éducation de qualité s’est tenu le lundi 7 avril. Pour la Présidente du Conseil, le choix de ce thème était dicté par la conscience que « l’éducation doit, dans le monde d’aujourd’hui, inculquer à l’élève des valeurs universelles devenues indispensables, de même qu’elle doit se distinguer par la qualité et la compétence et ne plus se réduire aux aspects quantitatifs ». Le Conseil a pu entendre : Mohammed Arkoun, Directeur scientifique de la revue Arabica et Visiting Professeur à l’Institute of Ismaili Studies, Londres; Pierre Kipré, Directeur de l’Institut d’études géostratégiques pour l’intégration en Afrique de l’Ouest (IEGIAO) et Wlodzimierz Borodziej, Professeur à l’Institut d’histoire de l’Université of Varsovie et co-Président de la Commission polono-allemande pour les manuels scolaires.

La prochaine session du Conseil exécutif se déroulera du 15 au 24 septembre , juste avant la 32e session de la Conférence générale.



 
Auteur(s) UNESCOPRESSE
Source Communiqué de presse No.2003-25
Generic Field
Arabe
Date de publication 16 Apr 2003
© UNESCO 1995-2007 - ID: 11401