UNESCO.ORGL'OrganisationEducationSciences naturellesSciences sociales et humainesCultureCommunication et informationPlan du site
Recherche Recherche Contacts Contacts Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer S'abonner S'abonner
Themes
  • Education
  • Sciences exactes & nat.
  • Sciences soc. & humaines
  • Culture
  • Communication/Information
  • Communities
  • Commission nationale
  • ONG et Fondations
  • Dans le monde
  • Asie et Pacifique
  • Cluster Countries:
  • Cambodge
  • ADRESSE
    38 Samdech Sothearos Blvd
    P.O. Box 29
    Phnom Penh
    Cambodia
    phnompenh@unesco.org

    Réseau hors Siège de l'UNESCO

     



    Programme pour la sauvegarde d’Angkor : le Comité International de Coordination pour la Sauvegarde et le Développement du Site Historique d’Angkor :
    20-12-2002 11:00 am Angkor, capitale de l’empire khmer du 9ème au 15ème siècle, conserve aujourd’hui une position privilégiée parmi les complexes monumentaux les plus magnifiques du monde. Le parc archéologique couvre une superficie de 401km2 et comprend un nombre exceptionnel de temples, construits à l’époque en l’honneur des dieux protecteurs.
    icc5P.jpg On détecte à Angkor une certaine influence architecturale indienne, ainsi que des détails empruntés aux styles Cham et Javanais. Ces diverses influences ont été assimilées par les Khmers, résultant en un style Angkorien unique. Les capitales de l’empire khmer étaient construites autour des temples et un système complexe d’irrigation composé de canaux, douves et réservoirs fut construit pour répondre aux besoins en eau tant d'un point de vue agricole que religieux.

    Suite à l’inscription d’Angkor sur la Liste du Patrimoine Mondial et la Liste du Patrimoine Mondial en Danger en 1992, l’UNESCO a apporté une aide considérable au Cambodge pour la création et la mise en œuvre d’un cadre institutionnel et juridique adapté pour la protection et la gestion du site. L’inscription du site d’Angkor a fait l’objet de procédures exceptionnelles et était sujette à la capacité du Gouvernement Royal de remplir un certain nombre de conditions. En conséquence, les autorités cambodgiennes ont adopté le Décret Royal pour la Création de Zones Culturelles Protégées dans la Région de Siem Reap/Angkor et les Directives pour la Gestion des Zones. Ce premier pas fut suivi par la création d’un organe indépendant, l’Autorité pour la Protection du Site et de l’Aménagement de la Région d’Angkor (APSARA) en 1995.

    Depuis 1993, l’UNESCO assure également le Secrétariat Permanent du Comité International de Coordination pour la Sauvegarde et le Développement du Site Historique d’Angkor (CIC) dont la co-présidence est assurée par la France et le Japon. La structure du CIC reste flexible, selon les questions à l’étude.

    La Session Plénière du CIC aborde les questions de politique générale, fixe les priorités et approuve les nouvelles propositions de projet. Elle a lieu environ une fois par an et rassemble des participants avec rang d’Ambassadeur. Le Comité Technique du CIC se réunit également une fois par an et est en charge du suivi des différents projets, activités et études menés par les équipes opérant sur le terrain à Angkor.

    En outre, un Groupe d’Experts Ad Hoc est opérationnel depuis 1997 et a pour mandat d’examiner toutes les questions techniques portées devant la Session Plénière ou le Comité Technique : nouvelles propositions de projets, points de doctrine et questions relevant de la compétence du Comité qui nécessitent les conseils techniques du Groupe. Composé de quatre experts (un représentant de la France, un représentant du Japon, un représentant d’ICOMOS ou de l’ICROM et un représentant de l’UNESCO), le groupe d’expert est indépendant. Il se réunit uniquement à la demande des co-présidents, au coup par coup. Enfin, une Réunion Quadripartite réunit régulièrement la France, le Japon, le Gouvernement Royal et l’UNESCO pour examiner les questions techniques liées au fonctionnement du CIC.

    La 8ème Session Plénière du CIC, co-présidée par S.E. André-Jean Libourel, Ambassadeur Plénipotentiaire de France et S.E. Gotaro Ogawa, Ambassadeur Plénipotentiaire du Japon, s’est tenue à Phnom Penh le 6 juillet 2001. Cette réunion du CIC marquait le 10ème anniversaire de l’appel décisif lancé par Sa Majesté le Roi Norodom Sihanouk à l’UNESCO pour la coordination des efforts internationaux entrepris pour la conservation et la sauvegarde d’Angkor. A cette occasion, S.E. Sok An, Ministre à la Présidence du Conseil des Ministres, a lancé un nouvel appel renouvelant l’engagement du Gouvernement Royal et exhortant la communauté internationale et les donateurs à redoubler leurs efforts pour la sauvegarde d’Angkor. Le principal sujet de discussion lors de la réunion portait sur la nécessité d’adopter les mesures nécessaires au maintien d’un juste équilibre entre les activités de conservation et les actions d'aménagement du site.

    La 11ème session du Comité Technique s’est réunie à Siem Reap les 19 et 20 décembre 2001, sous la co-présidence de M. Jacques Gérard, Conseiller de Coopération Culturel de l’Ambassade de France et de M. Katsuhiro Shinohara, Ministre-Conseiller de l’Ambassade du Japon. La majorité des projets soumis lors de cette session portait sur des actions d'aménagement du site. Dans le domaine de la conservation, le Comité Technique a passé en revue les projets de restauration en cours et étudié deux nouvelles propositions. La première, soumise par l’équipe italienne, concernait le projet de restauration de la chaussée principale d’Angkor Wat, sérieusement endommagée en septembre 1997. La deuxième proposition, soumise par la Suisse, concernait la conservation et la mise en valeur du temple de Banteay Srei.

    La 9ème Session Plénière du Comité International de Coordination pour la Sauvegarde et le Développement du Site Historique d’Angkor (CIC) a accueilli 150 participants à Siem Reap les 2 et 3 juillet 2002, sous la co-présidence de S.E. André-Jean Libourel, Ambassadeur de France et de S.E. Gotaro Ogawa, Ambassadeur du Japon. S.E. Sok An, Ministre à la Présidence du Conseil des Ministres, conduisait la délégation cambodgienne. Cette session 2002 revêtait une importance particulière puisqu’elle marquait le 10ème anniversaire de l’inscription du Site Archéologique d’Angkor sur la Liste du Patrimoine Mondial. La première journée de cette session était consacrée aux présentations d’experts reconnus portant sur des thèmes variés, de la recherche archéologique au tourisme et au développement communautaire. Le deuxième jour étai consacré aux visites de terrain : Pre Rup, Ta Som, Chau Sey Tevoda, le Baphuon et Angkor Wat. Ces visites de sites ont permis aux participants d’apprécier de visu les réalisations techniques des équipes internationales travaillant sur le site d’Angkor ainsi que les travaux d’aménagement des parvis d’approche entrepris sous l’égide de l’Autorité APSARA. Cette 9ème session a également été l’occasion de déclarations officielles portant sur les programmes devant être mis en œuvre à Banteay Srei et Ta Phrom par les équipes suisse et indienne respectivement.

    Le 12ème Comité Technique de CIC s’est tenu les 12 et 13 décembre 2002 sous la co-présidence de M. Dominique Dordain, Conseiller de Coopération Culturel de l’Ambassade de France et de M. Katsuhiro Shinohara, Ministre-Conseiller de l’Ambassade du Japon. La première journée était dédiée aux visites de site, consacrées à l’évaluation des travaux de conservation entrepris par l’équipe suisse au temple de Banteay Srei et les travaux de l’équipe indienne à Ta Phrom. Les présentations techniques ont eu lieu lors de la deuxième journée. Le Professeur Giorgio Crocci, membre du Groupe d’Experts Ad Hoc présentera les recommandations pour la conservation d’Angkor. Ces recommandations marquent un premier pas vers l’établissement d’une charte de conservation. Le Comité Technique a pris la décision importante d’organiser la Deuxième Conférence Internationale sur Angkor à Paris, en France, en novembre 2003. Il a été recommandé de confier à l’UNESCO la coordination des activités de préparation de la Conférence. Le Comité Technique a également suggéré l’organisation d’un atelier sur Angkor Wat permettant de définir les procédures de cadrage des interventions internationales, lesquelles relèvent de l’autorité supérieure d’APSARA.

    En qualité de Secrétariat Permanent du CIC, l’UNESCO, en collaboration avec l’équipe japonaise JSA, participe depuis 1996 aux symposiums annuels sur le Bayon. Ces symposiums constituent le principal forum international d’échange scientifique et technique sur Angkor. Le 6ème Symposium sur le Bayon s’est tenu à Siem Reap les 17 et 18 décembre 2001. Les deux journées ont été consacrées aux présentations des experts internationaux et chercheurs distingués tels le Professeur Crocci, Docteur Iwasaki, Docteur Noguchi et Professeur Sugiyama. Les principales recommandations émises par les participants concernent la continuation de la mise en œuvre du plan général conformément aux trois volets du Plan Directeur du Bayon. Ce plan prévoit la mise en œuvre de programmes d’étude, de préservation et d’entretien en étroite collaboration avec l’Autorité APSARA. Il a également été recommandé d’entreprendre un examen approfondi de plusieurs questions techniques dans le périmètre d’Angkor Thom, et sur le temple du Bayon en particulier, et de s’appuyer sur l’expérience acquise sur d’autres sites archéologiques majeurs tels que Borobudur en Indonésie et le Site Patrimoine Mondial de Nara.

    Le 7ème Symposium sur le Bayon s’est réuni les 9 et 10 décembre 2002. A cette occasion, un certain nombre de présentations ont permis une revue des actions en cours sur le Bayon, y compris les activités de recherche, les initiatives de sauvegarde et les enseignements de l’Autorité APSARA en matière de développement et de mise en valeur culturelle des monuments et des sites. En outre, le symposium fut l’occasion de la présentation de plusieurs études de cas pertinentes qui peuvent s’avérer utiles au Cambodge : étude de cas de la Cathédrale de Cologne (Allemagne), du Palais de l’Alhambra à Grenade (Espagne), du site de Joya de Cerén (Salvador) et de Baalbeck (Liban), présentées par des académiciens et professeurs distingués tels que le Docteur Hans Leisen, le Professeur Scick-Werner, Madame Françoise Descamps et le Professeur Giorgio Crocci. En conclusions, plusieurs recommandations ont porté sur l’étude du système d’irrigation d’Angkor et le renforcement de la collaboration entre les différentes équipes présentes à Angkor et confrontées au problème de la conservation des pierres ou à la question de l’accès direct et équilibré de tous les publics au site d’Angkor. Les participants du symposium ont également recommandé plusieurs mesures devant être prises par l’Autorité APSARA pour garantir le développement durable du site, tenant compte des contraintes de plus en plus fortes liées au développement urbain et à l’accroissement de la fréquentation du site. Il a également été décidé de poursuivre les efforts entrepris pour l’élaboration d’un plan directeur pour la préservation du temple du Bayon et la conception d’une « Charte du Bayon », conformément aux principes de déontologie et de bonne pratique de conservation du patrimoine culturel.

    icc13P.jpg


    Técharger le document : 

    Source UNESCO Phnom Penh


    About The Office
  • Mission

  • Programme

  • Who´s Who?

  • Networks
  • Ressources
     ID: 10348 | guest (Lire) Mise à jour: 28-05-2003 8:37 am | © UNESCO 1995-2010 - Contact