UNESCO Banner

DIRECTORA GENERAL DE LA UNESCO

Ouverture par le Directeur général de la sixième réunion du Comité inter institutions des Nations Unies sur la bioéthique (9-10 novembre 2006)

Le Directeur général de l’UNESCO, M. Koïchiro Matsuura, a ouvert aujourd’hui la sixième réunion du Comité interinstitutions des Nations Unies sur la bioéthique, qui se tient au Siège de l’UNESCO du 9 au 10 novembre 2006.

Ce Comité, dont l’UNESCO assure le secrétariat permanent, regroupe notamment les représentants de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) ainsi que, à titre de membres associés, des représentants du Centre international en génie génétique et bioétechnologique (ICGEB), de la Commission européenne, du Conseil de l’Europe, de l’Organisation arabe pour l’éducation, la science et la culture (ALECSO), de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et de l’Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE).

M. Matsuura, ouvrant la réunion, s’est réjouit de voir le Comité devenir une instance d’échange et de concertation incontournable pour les organisations internationales : « A l’heure où les différentes agences du système des Nations Unies sont appelées avec insistance à démontrer leur capacité à la coopération et à la coordination de leurs activités respectives, je ne peux que me féliciter de la vitalité de ce comité et de l’image qu’il projette d’une famille unie et rassemblée autour d’objectifs communs, chacun apportant le témoignage de son expertise et de son savoir-faire », a-t- il ainsi souligné.

Soulignant le caractère transversal et interdisciplinaire de la réflexion étique, le Directeur général a salué la pertinence des questions à l’ordre du jour de cette session, notamment : l’intégration de l’éthique comme enjeu de réflexion et de recherche transversal au sein du système des Nations Unies, le renforcement des capacités dans le domaine de la bioéthique, et la publication d’un rapport de synthèse sur les liens entre éthique, propriété intellectuelle et partage des bienfaits de la recherche scientifique et de ses applications.

Mettant l’accent en particulier sur le nécessaire renforcement des capacités dans les pays en voie de développement, ainsi que sur le développement de l’éducation à la bioéthique et de l’aide à l’élaboration de politiques scientifiques, M. Matsuura a annoncé à cette occasion que les sessions à venir de la Commission mondiale pour l’éthique des sciences et des technologies (COMEST) et du Comité international de bioéthique (CIB) se tiendraient respectivement au Sénégal et au Kenya, afin de mieux répondre à la demande des pays africains.

Enfin, se félicitant de voir le Comité interagences se saisir des questions éthiques liées au droit de la propriété intellectuelle, M. Matsuura a souhaité que le rapport du Comité joue un rôle essentiel de sensibilisation et de diffusion des connaissances auprès de l’opinion, des milieux spécialisés et des décideurs, publics et privés, qui interviennent dans le domaine de la bioéthique : « Les modes possibles de gestion de la propriété intellectuelle sont un domaine aux implications économiques et politiques très importantes, au plus près des préoccupations des pays en voie de développement, notamment en ce qui concerne la protection des savoirs autochtones. Une réflexion traversant l’ensemble des Nations Unies était indispensable, je me félicite que le Comité soit donc aujourd’hui en mesure de soumettre un document de synthèse présentant le bilan des connaissances et des problèmes en jeu. Je ne doute pas que chaque organisation, dans ses domaines de compétence, saura en tirer les meilleurs usages », a notamment déclaré M. Matsuura.

« Ensemble, nous pouvons faire en sorte que la communauté internationale soit mieux informée, et donc mieux responsabilisée pour faire face aux nouveaux défis sociaux et éthiques de ce siècle », -a- t-il conclu.

  • Autor (es):La Porte-parole
  • Fuente:Flash Info N° 178-2006
  • 09-11-2006
Europe and North America Latin America and the Caribbean Africa Arab States Asia Pacific