UNESCO Banner

DIRECTOR-GENERAL OF UNESCO

Le Président de la République du Bénin effectue une visite officielle à l’UNESCO et s’adresse à son Conseil exécutif

Le Président de la République du Bénin effectue une visite officielle à l’UNESCO et s’adresse à son Conseil exécutif
  • © UNESCO/M. Ravassard

Le 20 avril 2009, le Président de la République du Bénin, Dr Thomas Boni Yayi, a effectué sa seconde visite officielle au Siège de l’UNESCO. Au cours de cette visite, il a eu avec le Directeur général de l’UNESCO, M. Koïchiro Matsuura, un entretien bilatéral, avant de s’adresser au Conseil exécutif, puis de rencontrer la communauté béninoise de l’Organisation.

Lors de l’entretien bilatéral avec le Directeur général, en présence de l’Ambassadeur, Délégué permanent du Bénin, M. Olabiyi Babalola Joseph Yaï, et de plusieurs ministres du gouvernement béninois, le Directeur général et son interlocuteur ont évoqué plusieurs points saillants de la coopération entre le Bénin et l’UNESCO et jeté les bases du renforcement de cette coopération, dans les domaines de l’éducation, de l’enseignement supérieur et de la recherche, des programmes PHI, MAB, MOST, de la lutte contre l’érosion marine, de la réhabilitation de sites béninois liés au projet La Route de l’esclave et de la restauration du site du patrimoine mondial que constituent les Palais d’Abomey, entre autres. A la suite de cet entretien, le Président Boni Yayi et M. Matsuura ont signé un communiqué conjoint qui précise les domaines de cette future coopération.

Au cours du déjeuner de travail offert par le Directeur général, celui-ci a tenu à féliciter le Président Boni Yayi pour sa politique en faveur de l’éducation et pour les progrès enregistrés au Bénin en matière de promotion de la démocratie et de respect des droits de l’homme et des libertés publiques. En réponse le Président Boni Yayi a estimé que le renforcement du processus démocratique en Afrique doit mener à la bonne gouvernance, l’élimination de la pauvreté et le développement d’une économie fondée sur les connaissances. Ainsi, la coopération avec l’UNESCO est-elle essentielle en particulier pour le renforcement des capacités et la science et technologie.

Le Président de la République du Bénin s’est ensuite exprimé devant le Conseil exécutif de l’Organisation.

En accueillant Thomas Boni Yayi, le Président du Conseil exécutif, l’Ambassadeur Olabiyi Babalola Joseph Yaï (Bénin), a salué les résultats majeurs obtenus par le Président du Bénin depuis son accession à la magistrature suprême en 2006 : assainissement des finances publiques et de l’économie, modernisation des infrastructures routières et ferroviaires, mise en œuvre de la gratuité de l’enseignement primaire, secondaire et supérieur.

Dans son discours au Conseil, le Président béninois a mis l’accent sur l’impact de la crise actuelle sur l’Afrique qui risque « d’annihiler les efforts de redressement économique engagés par les dirigeants africains, qui doivent en outre faire face à la crise énergétique et à la crise alimentaire ». Insistant particulièrement sur l’éducation, le Président a ajouté : « Le monde ne doit pas prendre le risque d’hypothéquer l’avenir de l’éducation dans les nations moins nanties du fait de la crise, alors que les efforts d’investissement des gouvernements d’Afrique ou d’ailleurs, dans la mise en place de politiques éducatives de qualité et pour la gratuité de l’accès à l’éducation des filles et des garçons devraient être vigoureusement soutenus ».

Le Dr Thomas Boni Yayi a conclu : « Ce que les Gouvernements africains attendent de la communauté internationale, c’est un engagement sans réserve à soutenir nos idéaux de justice, de solidarité et de paix ».

Le Directeur général s’est associé à « ce message de détermination et de mobilisation » lancé à la communauté internationale en déclarant que « le vibrant plaidoyer en faveur de l’éducation, de la santé et de la lutte contre la pauvreté en Afrique c’est un engagement qui reste le nôtre ». Rappelant sa lettre ouverte aux membres du G-20, Koïchiro Matsuura a ajouté : « si nous voulons que les pays les plus touchés par la crise renouent avec la croissance et le développement durable, c’est aujourd’hui qu’il convient d’investir dans les secteurs sociaux, notamment l’éducation. Fort de cet objectif, je souhaite que l’Afrique reste une priorité globale majeure de l’UNESCO pour les deux années à venir. Nous devons en effet faire face aux besoins du continent dans tous nos domaines de compétence. Mon espoir est que nous saurons répondre de façon renouvelée aux besoins de développement nationaux des pays d’Afrique, comme aux exigences d’intégration régionale exprimées par l’Union africaine ».

Dans la soirée du même jour, le Directeur général a eu un entretien avec la Première Dame du Bénin qui gère une fondation consacrée à l’amélioration des conditions de vie des femmes et des jeunes filles. De possibles partenariats on été envisagées dans des domaines tels que l’éducation amuï VIH Sida, l’alphabétisation et l’accès à l’eau potable dans les zones rurales.

  • Author(s):Office of the Spokesperson
  • Source:Flash Info N° 067-2009
  • 24-04-2009
Europe and North America Latin America and the Caribbean Africa Arab States Asia Pacific