UNESCO Banner

DIRECTOR-GENERAL OF UNESCO

Le Directeur général ouvre la deuxième session extraordinaire du Comité intergouvernemental pour la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles

Le Directeur général ouvre la deuxième session extraordinaire du Comité intergouvernemental pour la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles
  • © UNESCO/M. Ravassard

Le 23 mars 2009, M. Koïchiro Matsuura, Directeur général de l’UNESCO, a ouvert la deuxième session extraordinaire du Comité intergouvernemental pour la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles au siège de l’UNESCO.

Après avoir souhaité la bienvenue à la Présidente du Comité, Madame Véra Lacoeuilhe (Sainte-Lucie), et rendu hommage à son appui indéfectible en faveur de la Convention, le Directeur général s’est félicité de ce que la Convention, entrée en vigueur le 18 mars 2007, compte à ce jour 96 Etats Parties.

« Je sais que cette Convention a grandement aidé à inscrire la question de la diversité culturelle au cœur des problématiques du dialogue, de la créativité et du développement. Ses principes fondateurs, mieux reconnus au niveau international, irriguent à présent nombre de plans nationaux, notamment dans les domaines des politiques culturelles et éducatives, a poursuivi le Directeur général, soulignant qu’en matière de normes et standards internationaux, l’UNESCO se trouve à présent, avec la Convention de 1972 sur la protection du patrimoine mondial, la Convention de 2003 sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, et la Convention de 2005, dotée d’un socle normatif exhaustif, apte à protéger et promouvoir, de manière complémentaire, les multiples aspects de la diversité culturelle ».

Le Directeur général a rappelé que le Comité avait pratiquement rempli le mandat qui lui avait été confié par la Conférence des Parties en juin 2007 en adoptant une série de directives et il a noté que la présente session extraordinaire permettrait de compléter ce travail par l’examen du projet de directives opérationnelles relatives à l’article 16, intitulé « Traitement préférentiel pour les pays en développement ».

M. Matsuura s’est par ailleurs réjoui de la poursuite de la réflexion sur les modalités de financement du Fonds international pour la diversité culturelle, dont les ressources s’élèvent à plus d’un million de dollars, et des nouvelles contributions reçues récemment. « Ces exemples sont très encourageants. Pour ma part, j’espère très vivement que de nouvelles contributions ou dons pourront être effectués afin de soutenir les industries culturelles des pays en développement », a poursuivi M. Matsuura.

Rappelant que le travail du Comité serait transmis pour examen et approbation à la prochaine Conférence des Parties, qui se tiendra au Siège de l’UNESCO, du 15 au 18 juin 200, le Directeur général a conclu qu’il s’agira d’une « étape cruciale pour la vie de la Convention puisqu’elle marquera concrètement le début de sa mise en œuvre opérationnelle et avec elle, du Fonds international pour la diversité culturelle ».

  • Author(s):Office of the Spokesperson
  • Source:Flash Info N° 044-2009
  • 24-03-2009
Europe and North America Latin America and the Caribbean Africa Arab States Asia Pacific