UNESCO Banner

DIRECTOR-GENERAL OF UNESCO

Le Directeur général et Son Altesse Sérénissime Albert II de Monaco ouvrent à Monaco une réunion internationale d'experts sur le changement climatique et le développement durable dans l’Arctique

Le Directeur général et Son Altesse Sérénissime Albert II de Monaco ouvrent à Monaco une réunion internationale d'experts sur le changement climatique et le développement durable dans l’Arctique
  • © UNESCO/M. Ravassard

M. Koïchiro Matsuura, Directeur général de l’UNESCO, et Son Altesse Sérénissime Albert II de Monaco ont ouvert le 3 Mars 2009 à Monaco, la réunion internationale d'experts : Développement durable de la région Arctique face au changement climatique – défis scientifiques, sociaux, culturels et éducatifs.

La réunion, organisée par l’UNESCO, et avec la participation active du Professeur Jean Malaurie, Ambassadeur de bonne volonté de l’UNESCO pour les questions polaires arctiques, a rassemblé du 3 au 6 mars une quarantaine de spécialistes des sciences naturelles, des sciences sociales et humaines, de l’éthique environnementale et de l’éducation au développement, des ONG et représentants des peuples autochtones circumpolaires. Achim Steiner, Directeur exécutif du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) et Stein Rosenberg du Conseil arctique, participaient aussi à cette rencontre.

La réunion avait pour but d’évaluer les changements attendus dans le Nord circumpolaire et d’examiner les moyens d’exercer une surveillance de ces changements. Il s’agissait également d’explorer les défis scientifiques, sociaux, culturels et éducatifs qui doivent être relevés pour assurer le développement durable de la région, en particulier au bénéfice des populations autochtones.

Dans son intervention, le Directeur général de l’UNESCO a rappelé que pour comprendre et répondre à une question aussi cruciale que le changement climatique, il fallait « les efforts coordonnés de la communauté scientifique, de la société civile, des gouvernements et des organisations nationales et internationales à travers le monde ». Il a aussi souligné la nécessité d’une approche interdisciplinaire, qui permette de répondre aux trois grands enjeux, environnementaux, culturels et sociaux, et éducatifs.

Dans le domaine de l’environnement, M. Matsuura a rappelé l’importance du programme de l'UNESCO sur l'Homme et la biosphère (MAB), qui comprend cinq réserves de biosphère dans la région arctique, en tant que « formidables laboratoires permettant d'étudier les effets du changement climatique sur la biodiversité et sur les services rendus par les écosystèmes dans le cadre d’un véritable développement durable ». Le Directeur général a aussi indiqué que « les préoccupations suscitées par le changement climatique ont été intégrées dans les différents mécanismes de sauvegarde et processus opérationnels de la Convention de l’UNESCO sur le patrimoine mondial ». Il s’est félicité de ce que six sites (dont cinq naturels) situés dans la région Arctique soient inscrits sur la Liste du patrimoine mondial.

Le Directeur général a accentué aussi l’importance de "la mise en œuvre de mesures de sauvegarde des traditions orales, des pratiques sociales, des savoirs et savoir-faire des communautés autochtones de l'Arctique » à travers la Convention de 2003 pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. Il a également souligné l’importance du Programme de l’UNESCO sur les Systèmes de savoirs locaux et autochtones (LINKS), qui « permet de mettre un accent nécessaire sur le rôle clé des savoirs autochtones dans la compréhension et l’anticipation des risques et mutations provoqués par le changement climatique sur l’organisation des sociétés ».

Son Altesse Sérénissime le Prince Albert II de Monaco, pour sa part, s’est félicité du dynamisme nouveau des politiques communautaires en matière de changement climatique, et a mis l’accent sur « l’autorité morale et la force d’impulsion politique » de l’UNESCO dans le débat. Puis, comme le Directeur général, il a souligné l’importance essentielle des populations autochtones : « Nous devons les replacer au centre des débats, ne jamais oublier que le sujet majeur, c’est toujours, ce sera toujours, l’homme ».

En marge de la réunion, le Directeur général a été reçu en audience par Son Altesse Sérénissime le Prince Albert II de Monaco, avec lequel il a fait le point des relations de coopération de Monaco avec l’UNESCO, en particulier dans les domaines de l’Arctique, de l’eau douce et des océans, du patrimoine mondial matériel et immatériel et de l’éducation. Le Directeur général a aussi eu l’occasion de s’entretenir avec Le Ministre d’Etat M. Proust, en compagnie de M. Pastorelli, Délégué permanent auprès de l’UNESCO, avec qui il s’est félicité des soixante années de coopération fructueuses entre Monaco et l’UNESCO.

Suivant un déjeuner officiel offert par Son Altesse Sérénissime le Prince Albert II de Monaco au Palais Princier, le Directeur général a participé a une réunion, présidé par Son Altesse Sérénissime le Prince Albert II, avec les membres du Gouvernement de Monaco, dont M. Proust, M. Calcagno, Conseiller de Gouvernement chargé du Département de l’Equipement, de l’Environnement et de l’Urbanisme, M. Biancheri, Ministre Plénipotentiaire, Conseiller du Gouvernement pour les Relations Extérieures et les Affaires Economiques et Financières Internationales et M. Masseron, Conseiller de Gouvernement pour l’Intérieur, M. Pastorelli, M. Van Klaveren, Ministre Conseiller, Délégué Permanent auprès des Organismes Internationaux a caractère scientifique, environnementale et humanitaire, et des membres du Cabinet Princier.

A cette occasion, M. Matsuura a remercié le Prince pour les contributions volontaires de Monaco à l’UNESCO, notamment le projet de lutte contre le trafic illicite de biens culturels en Mongolie, et les projets éducatifs au Niger et a souligné le rôle exemplaire joué par Son Altesse Royale la Princesse Caroline de Hanovre en tant qu’Ambassadrice de bonne volonté de l’UNESCO dans ce projet. Le Directeur général s’est félicité plus généralement du nombre accru de projets communs entre l’UNESCO et Monaco. Son Altesse Sérénissime le Prince Albert II de Monaco a souligné l’importance qu’accordait Monaco à l’UNESCO et a félicité le Directeur général pour l’action de l’Organisation en matière de changement climatique, d’environnement et d’eau douce. Le directeur général a exprimé sa satisfaction de pouvoir accueillir Son Altesse Sérénissime le Prince Albert II de Monaco au Siège de l’UNESCO à l’occasion de l’ouverture de la 5ème édition du Forum de Paris : « Sauver la Méditerranée », le 27 Mars 2009.

  • Author(s):Office of the Spokesperson
  • Source:Flash Info N° 035-2009
  • 10-03-2009
Europe and North America Latin America and the Caribbean Africa Arab States Asia Pacific