UNESCO Banner

DIRECTOR-GENERAL OF UNESCO

Le Directeur général visite Santiago du Chili et l’île de Pâques

Le Directeur général visite Santiago du Chili et l’île de Pâques
  • © UNESCO/N. Ferrier

M. Koïchiro Matsuura, Directeur général de l’UNESCO, s’est rendu le 9 février 2009 à Santiago du Chili, où il a été reçu au Palais de La Moneda par la Présidente de la République, Mme Michelle Bachelet.

Il était accompagné par Mme Pilar Armanet, Ambassadrice extraordinaire et plénipotentiaire en France et Déléguée permanente auprès de l’UNESCO, ainsi que par le Vice-ministre des Affaires Etrangères, M. Alberto Van Klaveren Stork.

Le Directeur général a rendu hommage à la Présidente chilienne pour les efforts déployés par son gouvernement afin de préserver et consolider les acquis en matière d’éducation, plaçant son pays en tête pour l’Amérique latine du point de vue de la réalisation des objectifs de l’éducation pour tous. Il l’a invitée à l’ouverture, le 19 mai prochain, de la Sixième Conférence internationale sur l’éducation des adultes (CONFINTEA VI) à Belém (Brésil), et s’est réjoui également de la recevoir le 28 mai 2009 au Siège de l’UNESCO à Paris. Enfin, tout en la félicitant d’avoir porté à cinq les sites culturels chiliens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial et d’avoir favorisé la ratification de trois importants instruments normatifs dans le domaine de la culture, il l’a vivement encouragée à considérer la ratification de la Convention sur la protection du patrimoine culturel subaquatique, ainsi que la Convention concernant les mesures à prendre pour interdire et empêcher l'importation, l'exportation et le transfert de propriété illicites des biens culturels.

A l’issue de l’entretien, M. Matsuura a visité le Salon blanc où le Président Salvador Allende vécut ses dernières heures. Cette pièce a été reconstituée à l’identique à l’occasion du centenaire de sa naissance, en septembre 2008, à l’initiative de la Présidente Bachelet.

Le Directeur général s’est également entretenu, en présence du Vice-ministre des affaires étrangères, avec Mme Paulina Urrutia Fernandez, Ministre présidente du Conseil national de la culture et des arts, au sujet de la ratification des deux conventions évoquées avec la Présidente Bachelet. Il s’est ensuite réuni avec les représentants des organismes chiliens en relation avec l’UNESCO, notamment du Ministère de l’éducation et de la Commission nationale chilienne de coopération avec l’UNESCO, du Conseil des monuments nationaux, de la Direction des bibliothèques, archives et musées, du Conseil national de la culture et des arts, de l’Office national des forêts et du Service hydrographique et océanographique de la marine.

La journée s’est achevée sur une rencontre avec la presse au Bureau de l’UNESCO à Santiago (Voir interview vidéo avec CNN*), ainsi qu’avec l’ensemble du personnel du Bureau.

Le 10 février, le Directeur général s’est rendu sur l’île de Pâques, premier site chilien inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en 1995. Il était accompagné de Mme Pilar Armanet, Déléguée permanente du Chili auprès de l’UNESCO, M. Reinaldo Ruiz Valdez, Vice-Ministre de l’agriculture, et M. Oscar Acuña Poblete, Secrétaire exécutif du Conseil de monuments nationaux. Sur l’Île, il a été reçu par Mmes Melania Carolina Hotu Rey, Gouverneur de la Province, et Luz Zasso Paoa, Maire de Hanga Roa, l’unique ville de l’île. Il a également rencontré Mme Romy Schmidt Crnosija, Ministre des biens nationaux.

Guidé par l’ancien maire de Hanga Roa, Petero Edmunds Paoa, M. Matsuura a parcouru le site du volcan Rano Raraku, où ont été taillés dans la roche volcanique la plupart des moais, les statues de l'Ile de Pâques. Il s’est également rendu au pied du volcan Rano Raraku, où l'Ahu Tongariki réunit 15 moais sur une même plate-forme. Ce site, endommagé en 1960 par un violent tsunami consécutif à un tremblement de terre sur les côtes chiliennes, a été restauré avec l’aide de l’UNESCO et un financement du Japon. Sur la plage d'Anakena, Le Directeur général a observé les moais de l'Ahu Nau Nau coiffés de leur pukao en pierre volcanique rouge, remarquablement préservés par le sable qui les a longtemps ensevelis et protégés de l'érosion. Il a parcouru le site d’Orongo dédié au culte de l’homme-oiseau, représenté sur les pétroglyphes gravés dans la roche, et comportant les vestiges d’anciennes maisons adossées aux parois du volcan. Enfin, sa visite s’est achevée dans le musée de l’île, ouvert en 2004 et abritant, outre un laboratoire de recherche établi par l'UNESCO, l'unique moai féminin, ainsi que des reproductions de tablettes en bois portant des inscriptions en "Rongo-Rongo", découvertes sur l’île de Pâques et non encore déchiffrées.

Les entretiens avec les responsables locaux ont porté sur la précarité du milieu insulaire et sa difficulté à supporter la pression démographique et l’afflux de visiteurs, ainsi que sur le rôle crucial de la communauté Rapa Nui dans la préservation de son patrimoine culturel et naturel. La coopération avec l’UNESCO se poursuivra donc avec un soutien au développement des capacités en vue de permettre aux habitants de l’île de Pâques de continuer à mettre en valeur leur culture originale tout en préservant leur environnement.

  • Author(s):Office of the Spokesperson
  • Source:Flash Info N° 020-2009
  • 17-02-2009
Europe and North America Latin America and the Caribbean Africa Arab States Asia Pacific