UNESCO Banner

DIRECTOR-GENERAL OF UNESCO

Le Directeur général ouvre la 15ème session ordinaire du Comité international de bioéthique

Le Directeur général ouvre la 15ème session ordinaire du Comité international de bioéthique
  • © UNESCO/M. Ravassard

Le Directeur général de l’UNESCO, M. Koïchiro Matsuura, a ouvert le 28 octobre 2008 au Siège de l’Organisation la 15ème session ordinaire du Comité international de bioéthique (CIB), en présence du Président du CIB, M. Adolfo Martínez-Palomo (Mexique).

Cette session, qui sera suivie les 30 et 31 octobre d’une réunion conjointe du CIB et du Comité intergouvernemental de bioéthique (CIGB), sera notamment consacrée à une réflexion sur les principes du respect de la vulnérabilité humaine et de l’intégrité personnelle, la responsabilité sociale et la santé, ainsi que sur les questions du clonage humain et de la gouvernance internationale.

« Il s’agit là d’un rendez-vous très important pour l’Organisation, qui permet de faire un état des lieux, de façon ouverte et pluridisciplinaire, des réflexions et nouveaux défis en matière de bioéthique », a noté le Directeur général. « Je constate avec plaisir que les différentes séances de cette session portent en grande partie sur des thèmes de réflexion inscrits au cœur de la Déclaration universelle sur la bioéthique et les droits de l’homme, adoptée par l’UNESCO en 2005. Je m’en félicite très vivement, car il est essentiel pour nous de continuer à nourrir la réflexion internationale sur les principes reconnus dans cette Déclaration, et de proposer de nouvelles pistes d’action et de réflexion pour l’avenir », a t-il poursuivi.

Soulignant que cette session donnerait lieu à une série d’auditions publiques avec des experts, des comités nationaux de bioéthique et des organisations scientifiques sur les questions de gouvernance et de clonage humain, M. Matsuura s’est félicité de la fonction d’analyse et de veille intellectuelle remplie par le CIB. « Ce temps de la réflexion est utile et nécessaire. Il nous permet de prendre du recul, et nous aide également à mieux mettre en œuvre les nombreuses activités concrètes prévues aujourd’hui par l’UNESCO, tels que l’Observatoire mondial d’éthique (GEObs), les projets d’assistance à la création de comités nationaux de bioéthique, notamment en Afrique, ou le Programme d’éducation à l’éthique », a-t-il déclaré

M. Matsuura a également mis un accent appuyé sur les nouveaux champs de réflexion et d’action ouverts par les bouleversements scientifiques récents dans le domaine de la recherche sur le clonage : « Je pense en particulier à ce qu’on appelle les cellules souches pluripotentes induites (IPS), qui ouvrent des possibilités très utiles de traitement thérapeutique sans utilisation d’embryons. En même temps, elles peuvent donner lieu à des manipulations à des fins de reproduction, et posent donc des questions éthiques inédites (…). L’UNESCO, avec le CIB, devra sans doute se pencher à l’avenir sur ces questions nouvelles qui bouleversent notre connaissance du vivant», a-t-il notamment souligné.

« En explicitant ce lien entre analyse, recherche, enseignement, renforcement des capacités et partage de l’information, je crois que nous montrons ainsi à quel point les travaux du CIB s’insèrent dans une chaîne cohérente d’actions et d’activités qui sont toutes liées entre elles, permettant une vision holistique des enjeux de la bioéthique », a conclu le Directeur général.

  • Author(s):Office of the Spokesperson
  • Source:Flash Info N° 147-2008
  • 29-10-2008
Europe and North America Latin America and the Caribbean Africa Arab States Asia Pacific