United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization

Le Directeur général à l’UNESCO accueille plus de mille représentants d’ONG sous le signe du soixantième anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme

Le Directeur général, M. Koïchiro Matsuura, a souhaité la bienvenue aux quelque 1 200 participants provenant de 80 pays de la 61e Conférence annuelle des ONG associées au Département de l’information de l’Organisation des Nations Unies, réunis à la Maison de l’UNESCO à Paris du 3 au 5 septembre 2008.

Cette manifestation, qui se déroule pour la première fois hors du Siège de l’ONU à New York, a pour thème : « Réaffirmer les droits de l’homme: la Déclaration universelle à 60 ans », et s’inscrit dans les célébrations du soixantième anniversaire de l’adoption de ce texte emblématique.

« Il est hautement symbolique que cette Conférence se tienne dans la ville où a été signée la Déclaration universelle, et dans l’enceinte de l’UNESCO, qui a joué un rôle central dans son adoption » a déclaré M. Matsuura. « Les ONG », a-t-il poursuivi, « ont joué un rôle majeur dans l’élaboration de la Déclaration, et elles sont aujourd’hui, alors que leur nombre s’est considérablement accru, un cadre essentiel d’action et de réflexion sur les droits et les libertés. Il était donc tout naturel qu’elles soient des partenaires de premier plan pour traduire dans la réalité l’objectif de ‘dignité et justice pour tous’ fixé par les Nations Unies pour cette commémoration ».

Rappelant que les valeurs universelles des droits de l’homme et des libertés fondamentales étaient au cœur même du mandat de l’UNESCO, le Directeur général a souligné que l’Organisation était activement engagée, avec l’appui de ses Etats membres, dans l’action du système des Nations Unies pour commémorer le soixantième anniversaire de la Déclaration universelle.

« De nombreux événements sont organisés, qui doivent nous permettre d’intensifier nos efforts pour que les principes de la Déclaration deviennent réalité pour les millions de femmes, d’hommes et d’enfants qui en sont encore privés » a-t-il affirmé. « L’UNESCO a œuvré inlassablement à l’avancement des droits qui relèvent de sa compétence, à savoir le droit a l’éducation, le droit à la liberté d’opinion et d’expression, le droit de chercher, recevoir et répandre les informations et les idées, le droit de participer à la vie culturelle et le droit à bénéficier du progrès scientifique et de ses applications. Ces manifestations sont également l’occasion pour nous de continuer de réfléchir sur les droits émergents, notamment dans les domaines des sciences et de la technologie, de la bioéthique, mais aussi de la santé, de l’environnement ou de l’eau, qui sont aujourd’hui au cœur des préoccupations des sociétés ».

Aux paroles de bienvenue du Directeur général ont succédé celles de M. Kiyo Akasaka, Secrétaire général adjoint à la communication et à l’information de l’ONU, et de Mme Rama Yade, Secrétaire d’Etat chargée des affaires étrangères et des droits de l’homme de la France, pays hôte de la Conférence. Le Secrétaire général de l’ONU et le Président de la 62e session de l’Assemblée générale ont adressé à l’assistance des messages par vidéo, suivis d’une allocution de M. Bacre Ndiaye, représentant du Haut-Commissariat aux droits de l’homme, co-organisateur de la Conférence. Mme Simone Veil, ancien Ministre d’Etat et haute figure des droits de l’homme, était l’invitée d’honneur de cette séance d’ouverture, conclue sur une note d’espoir par la Présidente de la Conférence, Mme Shamina de Gonzaga.

Related links 

Author(s): Office of the Spokesperson - Source: Flash Info N° 106-2008 -  Publication Date: 05-09-2008

© UNESCO 1995-2010 - ID: 43360