UNESCO Banner

DIRECTOR-GENERAL OF UNESCO

Organisations régionales et sous-régionales africaines : Clôture du séminaire de formation des points focaux de l’UNESCO

Organisations régionales et sous-régionales africaines : Clôture du séminaire de formation des points focaux de l’UNESCO
  • © UNESCO/D. Bijeljac

Du 3 au 7 septembre 2007, les points focaux de l’UNESCO au sein des secrétariats des Communautés économiques régionales (CERs) et des Organisations d’intégration régionale (OIRs) africaines ont participé au siège de l’Organisation à un séminaire de formation.

Cette initiative répondait à une recommandation formulée par le Forum des organisations régionales et sous-régionales africaines pour le soutien de la coopération entre l’UNESCO et le NEPAD (FOSRASUN). L’objectif de ce séminaire était de mieux faire connaître les programmes et procédures de l’UNESCO aux points focaux des CERs et OIRs afin d’optimiser leur coopération au niveau sous-régional et régional.

Le Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura, a présidé le 7 septembre 2007 la séance de clôture des travaux. « Premier du genre, ce séminaire revêt, à la veille de la 34e session de notre Conférence générale, une importance particulière. Il avait pour objectif de vous permettre de vous permettre d’exercer plus efficacement le rôle qui vous est confié. Je n’ai pas de doute que vous connaissez à présent mieux notre Organisation, ses missions, ses programmes, les moyens dont elle dispose pour les mettre en œuvre, avec qui et par quels procédés », a-t-il déclaré.

Tirant les principaux enseignements de ce séminaire, M. Matsuura a noté : « Vous connaissez mieux l’UNESCO, et l’UNESCO connaît à présent mieux chacune de vos organisations et leurs spécificités. Cet enrichissement mutuel nous permettra de cibler plus encore notre coopération en prenant en compte nos visions, nos contextes, nos méthodes de travail, nos sensibilités et nos cultures institutionnelles réciproques ». Il a également ajouté que ce séminaire « (…) vous a donné l’occasion de réaliser de manière concrète que rien de ce que fait l’UNESCO n’est en dehors des préoccupations de l’Afrique. Nous n’inventons pas les priorités de l’Afrique, nous accompagnons leur réalisation. Nous sommes à l’écoute constante du continent. C’est lui qui inspire nos actions à travers la participation de ses représentants à la Conférence générale et au Conseil exécutif, le suivi permanent exercé par les Délégations permanentes et le Groupe africain, le travail de terrain mené par nos bureaux hors-Siège, la consultation continue des Commissions nationales, le travail de coordination conduit par le Département Afrique et les visites régulières que j’effectue moi-même sur le continent et qui me donnent l’occasion d’échanger avec les autorités nationales et régionales ».

Le Directeur général a souligné l’importance des domaines de compétence de l’UNESCO - l’éducation, la culture, les sciences et la communication - dans le processus d’intégration régionale de l’Afrique. « Ce serait en effet une erreur de penser que celle-ci repose avant tout sur l’économie. Il n’y aura pas d’intégration sans formation et éducation aux valeurs, sans la conscience, la croyance et la transmission d’un idéal d’avenir partagé. Il n’y aura pas non plus d’intégration sans l’aménagement d’espaces de formation inter-étatiques, de programmes scolaires harmonisés, de centres d’excellence de référence régionale, et sans la promotion de langues transfrontalières et transnationales. Il n’y aura pas d’intégration sans une culture de la paix qui passe par des médias crédibles, parce qu’animés par des professionnels bien formés et conscients de leurs responsabilités dans l’édification de sociétés stables et apaisées », a-t-il ajouté.

En conclusion, M. Matsuura a invité les points focaux de l’UNESCO au sein de leurs organisations respectives à être conscients du « rôle crucial » qui est le leur : « Votre rôle est essentiel, non seulement pour ce qui concerne nos relations mutuelles, mais également s’agissant d’une contribution maîtrisée au processus de réformes et de rationalisation de la coopération internationale initié dans le cadre du système des Nations Unies. C’est pourquoi, je vous engage à poursuivre avec nous la réflexion que vous avez entreprise tout au long de ce séminaire sur la meilleure façon de tirer profit des expertises et des compétences de nos organisations respectives, d'améliorer et développer les mécanismes de notre action collective au bénéfice des populations africaines ».

  • Author(s):Office of the Spokeswoman
  • Source:Flash Info N° 115-2007
  • 11-09-2007
Europe and North America Latin America and the Caribbean Africa Arab States Asia Pacific