United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization

Voyage officiel du Directeur général au Yémen (20-26 Décembre 2006)

Le Directeur général de l’UNESCO, M. Koïchiro Matsuura, s’est rendu au Yémen du 20 au 26 décembre 2006 afin de rencontrer les autorités du pays et approfondir avec elles différents projets de coopération engagés dans les domaines de compétence de l’UNESCO.

Reçu en audience le 23 décembre à Aden par le Président de la République du Yémen, M. Ali Abdullah Saleh, M. Matsuura s’est félicité de la coopération fructueuse nouée entre l’UNESCO et le Yémen, notamment dans les domaines de la culture et de l’éducation. Saluant l’importance accordée par les autorités nationales et locales aux politiques de sauvegarde du patrimoine culturel et naturel, le Directeur général a ensuite rendu hommage à la richesse et diversité du patrimoine immatériel du pays, en appelant les autorités à ratifier la Convention de 2003 sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. Par ailleurs, rappelant la nécessité d’une entrée en vigueur prochaine de la Convention de 2001 sur la protection du patrimoine subaquatique, le Directeur général a vivement encouragé les autorités yéménites à examiner les modalités possibles de sa ratification. M. Matsuura, rappelant que le Yémen faisait partie des dix pays retenus dans le cadre de l’initiative pour l’alphabétisation: Savoir pour pouvoir (LIFE), a également fait part de la volonté de l’UNESCO d’accompagner le pays dans ses efforts pour lutter contre l’analphabétisme et promouvoir l’accès à une éducation de base pour tous. « La première conférence régionale sur l’alphabétisation, qui aura lieu au Qatar du 12 au 14 mars 2007, sera une bonne occasion de mesurer les efforts accomplis et relancer les efforts de coopération à l’échelle de la région arabe », a souligné M. Matsuura. Enfin, le Directeur général a rendu hommage à l’action menée par le Président Saleh dans sa lutte contre le terrorisme et souhaité que les causes profondes de l’ignorance et du fanatisme soient contrecarrées par des politiques approfondies en faveur du dialogue interculturel et interreligieux.

M. Matsuura s’est également entretenu avec le Premier Ministre du pays, M. Abdelkader Bajammal, en présence duquel il a signé à Sana’a le 24 décembre, avec le ministre de l’éducation M. Abdul Salam Mohamed Al Jawfi, le plan d’opérations d’un projet financé par le Fonds en dépôt japonais concernant la formation des maîtres dans le domaine de l’éducation de base. Ce projet est la seconde phase d’un projet destiné à former les maîtres, notamment dans les régions les plus défavorisées du Yémen, à promouvoir la féminisation du corps enseignant, à améliorer le fonctionnement des centres de formation ainsi qu’à fournir du matériel pédagogique de qualité pour l’apprentissage et la formation. « Je suis très heureux de voir la coopération internationale se mettre à nouveau, suite au succès de la première phase du projet, au service d’un engagement prioritaire pour le Yémen, la lutte contre l’analphabétisme et la promotion d’une éducation de qualité pour tous. C’est une cause au cœur des Objectifs du Millénaire pour le développement pour laquelle nous devons tous nous mobiliser», a notamment déclaré le Directeur général.

Par ailleurs, à l’invitation du ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, M. Saleh Ali Ba Surah, et du Président de l’université, M. Khaled Tameem, M. Matsuura s’est rendu à l’université de Sana’a dans le cadre des célébrations de la journée mondiale de la philosophie. S’adressant aux enseignants et étudiants de la faculté des lettres, le Directeur général a mis l’accent sur l’engagement de l’UNESCO en faveur de l’enseignement des sciences humaines, et notamment de la philosophie, afin de promouvoir l’émergence d’une pensée autonome et critique pour faire face aux défis du monde contemporain : « La philosophie ne devrait jamais être prise pour un exercice purement abstrait ; elle représente en effet une réelle force d’action et de changement. Dans une époque marquée par un multiculturalisme croissant, qui y a t-il de plus important que notre capacité à absorber des idées, à comprendre autrui et à s’ouvrir à de nouvelles perspectives et façons de voir le monde ? C’est à travers le dialogue et le libre échange des idées que nous pourrons surmonter les obstacles à la paix et au développement », a t-il souligné. Peu avant, M. Matsuura avait participé à la cérémonie de pose de la première pierre du futur Musée des sciences du Yémen, situé dans l’enceinte de l’université, et conçu avec l’aide de l’UNESCO,

Durant sa visite de la vieille ville de Sana’a, inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité en 1986, le Directeur général a été accueilli par le ministre du tourisme, M. Nabil Hassan Al-Faqih, le ministre de la culture, M. Khalid Al-Ruwayshan, et le maire de la ville, puis s’est rendu à la Maison du manuscrit, avant de visiter une exposition sur la restauration et l’inventaire des collections de manuscrits de Dar Al Makhtutat, projet financé par le gouvernement italien et mis en œuvre par l’UNESCO, en coopération avec le ministère de la culture du Yémen. A Sana’a, M. Matsuura a également visité les infrastructures de la Cité des technologies de l’information et de la communication et s’est rendu, au sud de la capitale, sur les sites de Shibam, Kaukaban puis de Thula, ville inscrite sur la liste indicative du patrimoine mondial.

Enfin, M. Matsuura s’est rendu dans la région du Hathramaout, où il a notamment visité les sites de Al Hajrain, Sayyoun et Tarim, ainsi que la vieille ville de Shibam, inscrite sur la Liste du patrimoine mondial en 1982, et dont la réhabilitation, avec la coopération des experts de l’UNESCO, se poursuit notamment grâce à des financements du gouvernement allemand. Dans ce contexte, il s’est également rendu, en compagnie du Premier Ministre, du ministre de l’éducation et du ministre de l’eau et de l’environnement, M. Abdul Rahman Fadhl Al-Eryani, sur l’île de Socotra, réserve exceptionnelle de biosphère qui fait actuellement l’objet d’une demande de classement au titre de site naturel du patrimoine mondial de l’humanité, afin de discuter avec les autorités du pays des plans de gestion envisagés du site.

Related link 

Author(s): La Porte-parole - Source: Flash Info N° 210-2006 -  Publication Date: 27-12-2006

© UNESCO 1995-2010 - ID: 36291