United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization

Les violences liées au genre en milieu scolaire dans le contexte de l’EPT

A l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination des violences à l’égard des femmes, une table ronde a été organisée, le 23 novembre 2006, par l’UNESCO, la Commission nationale française pour l’UNESCO et le ministère français des Affaires étrangères sur le thème des violences liées au genre en milieu scolaire dans le contexte de l’Education pour tous (EPT).

Le Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura, a ouvert la manifestation en présence de M. Michel Doucin, Ambassadeur pour les droits de l’homme, au ministère des Affaires étrangères français, de M. Paulo Sergio Pinheiro, expert indépendant chargé de l’étude du Secrétaire général des Nations Unies sur la violence à l’encontre des enfants, avec lequel il avait eu un entretien en marge de cette manifestation (voir infra) et des représentants de la Commission nationale française.

Dans son récent rapport concernant l’étude des Nations Unies sur la violence à l’encontre des enfants, Monsieur Pinheiro a formulé nombre de recommandations, notamment envers les Etats. Son rapport note que les Etats doivent promouvoir et protéger les droits humains des femmes et des filles et s’attaquer à toutes les formes de discrimination fondées sur le sexe dans leur stratégie globale de prévention de la violence.

Ces discriminations sont également dénoncées dans l’étude approfondie du Secrétaire général des Nations Unies sur toutes les formes de violence à l’égard des femmes. Dans de nombreux pays, les cadres juridiques et politiques pour lutter contre la violence à l’encontre des femmes existent mais ne sont pas, ou que partiellement, appliqués.

L’enjeu majeur de cette prochaine décennie consistera donc à mobiliser les moyens politiques, financiers et humains nécessaires à son éradication.

Dans son intervention, M. Matsuura a souligné que la violence à l’égard des femmes constitue un « obstacle à l’égalité, au développement et à la paix sur tous les continents ». « Elle met la vie des femmes en péril et nuit au plein épanouissements de leurs capacités. Elle entrave l’exercice de leurs droits de citoyennes, et renforce les autres formes de violence avec des conséquences souvent mortelles », a-t-il déclaré.

Il s’est, à cet égard, réjoui du thème choisi pour marquer cette journée internationale, qui porte sur les violences en milieu scolaire. « L’école peut être le lieu privilégié pour lutter contre toutes les formes de violence, en véhiculant des valeurs humanistes, de tolérance et de paix.

Mais c’est uniquement en considérant la société dans son ensemble et en réunissant tous les acteurs autour d’un projet commun que l’école pourra devenir un véritable lieu de promotion de l’égalité des sexes et d’une culture de la non-violence », a-t-il ajouté.

Le Directeur général a attiré l’attention des participants sur le récent rapport concernant l’étude des Nations Unies sur la violence à l’encontre des enfants, dans lequel M. Pinheiro a formulé de nombreuses recommandations, notamment envers les Etats. Son rapport note que les Etats doivent promouvoir et protéger les droits humains des femmes et des filles et s’attaquer à toutes les formes de discrimination fondées sur le sexe dans leur stratégie globale de prévention de la violence. Ces discriminations ont également été dénoncées dans l’étude approfondie du Secrétaire général des Nations Unies sur toutes les formes de violence à l’égard des femmes rendu public en octobre 2006. « Dans de nombreux pays, les cadres juridiques et politiques pour lutter contre la violence à l’encontre des femmes existent mais ne sont pas, ou que partiellement, appliqués. L’enjeu majeur de cette prochaine décennie consistera donc à mobiliser les moyens politiques, financiers et humains nécessaires à son éradication », a conclu Koïchiro Matsuura.

En marge de cette Table ronde, le Directeur-Général et M. Paulo Sergio Pinheiro se sont rencontrés pour discuter des moyens par lesquels l’UNESCO pouvait contribuer à la promotion du rapport du Secrétaire-général sur la violence à l’égard des enfants. M. Matsuura a souligné la grande importance de cette étude, à laquelle l’UNESCO a fortement contribué, et a fait part à son interlocuteur du plein soutien de l’Organisation, notamment pour la promotion des recommandations au niveau régional. Le Directeur général et M. Pinheiro ont également exprimé leur commune appréciation de l’importance de la prévention de la violence, du rôle déterminant que l’éducation de bonne qualité peut jouer à cet égard.

Author(s): Office of the Spokeswoman - Source: Flash Info N°187-2006 -  Publication Date: 27-11-2006

© UNESCO 1995-2010 - ID: 35916