UNESCO Banner

DIRECTOR-GENERAL OF UNESCO

Première session du Comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel

Première session du Comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel
  • © UNESCO
  • The art of guqin musique

Le Directeur général de l’UNESCO, M. Koïchiro Matsuura, a ouvert samedi 18 novembre 2006 à Alger les travaux de la première session du Comité de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, aux côtés de M. Mohammed Bedjaoui, Ministre des affaires étrangères de l’Algérie, de Madame Khalida Toumi Messaoudi, Ministre de la culture, et de M. Musa Bin Jaafar Bin Hassan, Président de la Conférence générale de l’UNESCO.

M. Matsuura a tout d’abord rendu hommage à Monsieur Mohamed Bedjaoui, Président de l’Assemblée générale des Etats Parties et Ministre des affaires étrangères d’Algérie, pour les efforts inlassables qu’il a déployés pendant plusieurs années en présidant de bout en bout toutes les réunions préparatoires et intergouvernementales qui ont abouti à la naissance de cette Convention.

Il a par ailleurs estimé que la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel doit pouvoir contribuer au rapprochement entre les êtres, à une meilleure compréhension mutuelle et à un dialogue interculturel fécond.

« Je considère la Convention de 2003 comme un pivot entre celle de 1972 concernant la protection du patrimoine mondial et celle de 2005 sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles », a-t-il ajouté. « L’ensemble de ces trois Conventions constitue un socle global sur lequel vont s’appuyer les efforts de la communauté internationale en faveur de la diversité culturelle, à travers la promotion et la sauvegarde de biens et d’expressions, matériels et immatériels, appartenant au passé et au présent, à la tradition et à la modernité. »

Monsieur Matsuura a par ailleurs indiqué aux 24 membres les grandes étapes qui vont jalonner le travail du Comité pendant les deux années à venir.

« Comme vous le savez, l’Assemblée des Etats Parties devrait se réunir tous les deux ans, en juin, et le Comité tous les ans, à l’automne, avec la possibilité toujours présente de recourir à des sessions extraordinaires. Le Comité pourrait ainsi envisager d’organiser une session extraordinaire de travail au printemps 2007, pour débattre de l’essentiel des textes que la première Assemblée générale de 2006 a demandé d’élaborer en toute priorité : le projet de directives opérationnelles, le projet d’accréditation d’organisations non

gouvernementales ayant des fonctions consultatives, ainsi que les critères de sélection des inscriptions sur les deux Listes de la Convention et de l’octroi de l’assistance internationale. La majeure partie de ce travail pourrait être finalisée lors de la deuxième session ordinaire du Comité au début de l’automne 2007, permettant ainsi à l’Assemblée générale d’approuver, si possible avant la fin 2007, l’ensemble des dispositions requises. Le Comité pourrait dès lors inviter les Etats Parties, par lettre circulaire, à proposer des candidatures pour la première inscription sur les listes de la Convention. Les premières inscriptions ne pourront être décidées qu’à l’automne 2008, lors de la troisième session du Comité qui suivra la deuxième session de l’Assemblée générale, en juin 2008, au cours de laquelle la procédure sera approuvée. »

Le Directeur général a terminé son intervention en estimant que les travaux de ce Comité « écriront une page mémorable de l’histoire de la mise en œuvre de notre Convention. Vos débats, je le sais, se dérouleront dans un esprit de compréhension et de consensus, chacun de vous ayant à cœur d’œuvrer de manière urgente à la sauvegarde de ce patrimoine qui nous est si cher ».

A l’ordre du jour de cette première session figurait un débat préliminaire sur les directives opérationnelles devant guider la mise en œuvre de la Convention, en particulier concernant les critères d’inscription sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité et les organismes d’assistance au Comité. Les membres du Comité, ainsi que les Etats Parties à la Convention, ont été invités à poursuivre le débat en faisant parvenir leurs commentaires écrits afin de préparer les documents qui serviront de base aux discussions ultérieures et aux décisions des prochaines sessions.

  • Author(s):Office of the Spokeswoman
  • Source:Flash Info n° 183-2006
  • 23-11-2006
Europe and North America Latin America and the Caribbean Africa Arab States Asia Pacific